Afrique Centrale : Ruée sur le marché des titres publics Version imprimable
06-06-2017
Le Cameroun, le Gabon et le Tchad se lancent dans le marché des titres publics à l’effet de mobiliser près de 45 milliards de f CFA qui seront investis dans les projets de développement.
Trois pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) repartent le 7 juin 2017 sur le marché des titres publics de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) pour tenter de mobiliser une enveloppe globale de 45 milliards de f CFA. Cette nouvelle opération se fera au moyen d’une émission de bons du Trésor assimilables (BTA), d’une maturité de 26 semaines. Les opérations de levée de fonds ce même jour sur le même marché donnent le coup d’envoi du marché de titres pour le compte du second semestre de l’année.
Selon toute vraisemblance, le marché des titres publics rencontre un succès grandissant, puisque tous les pays de la Cemac s’y sont mis, le dernier en date étant le Congo qui a rejoint les autres pays. D’après la Banque centrale, le Gabon, à travers une émission de BTA, tentera de mobiliser au moins 9 milliards de f CFA pour une maturité de 13 semaines. Il est question pour ce pays dont l’économie repose à plus de 80% sur les revenus du pétrole de donner un coup d’accélérateur à certains chantiers qui n’ont pu être réalisés à terme, à cause de la dépréciation des cours de pétrole sur le marché mondial.

Nouveau mécanisme de financement
De son côté, le Tchad, tentera de lever 30 milliards de f CFA, au moyen d’une émission d’obligations du Trésor assimilables (OTA) d’une maturité de 2 ans. Opération à laquelle le gouvernement tchadien servira un taux d’intérêt de 4,5% aux souscripteurs. En pleine crise de pétrole, le Tchad cherche des moyens subsidiaires pour trouver des financements pour soutenir son plan de développement, un pays dont l’économie repose sur le pétrole ayant été sévèrement mis en difficulté, poussant les autorités à déclarer la faillite de l’État sur un certain nombre de projets.

Plus rompu à ce mécanisme de financement, le Cameroun pour ce premier rendez-vous semestriel lorgne une cagnotte de 5 milliards de f CFA, alors que conformément à la loi des Finances 2017, le Cameroun peut mobiliser quelque 300 milliards de f CFA de titres publics pour financer son développement. Selon les statistiques de la BEAC, depuis le lancement du marché des titres publics en novembre 2011, les États de la Cemac ont déjà mobilisé près de 4 000 milliards de f CFA.

Achille Mbog Pibasso, Douala
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×