Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Afrique-Chine : commerce record Version imprimable
27-01-2009

Le volume des échanges commerciaux entre l’Afrique et la Chine a franchi un nouveau record en 2008, en s’établissant à 106,8 milliards de dollars.

Le nombre de Chinois en Afrique atteindrait aujourd’hui 800 000.

Le nombre de Chinois en Afrique atteindrait aujourd’hui 800 000.

Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar

 

Les plus optimistes l’attendaient pour 2010. Il arrive avec deux ans d’avance. Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont dépassé les cent milliards de dollars en 2008, établissant donc un nouveau record.

C’est le ministre chinois du Commerce, Chen Deming, qui a révélé le chiffre, 106,8 milliards de dollars américains, le 19 janvier dernier. L’annonce a été faite à Luanda, capitale de l’Angola, où la Chine règne désormais en maître. L’empire du Milieu s’approvisionne pour le tiers de ses besoins pétroliers en Afrique, et l’Angola est, avec le Soudan, l’Algérie et le Nigeria, le principal exportateur. S’adressant à l’agence de presse officielle chinoise, Xinhua, le ministre a rappelé que le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique était d’un peu plus de 10 milliards de dollars seulement en 2000.

Chen souligne que, depuis le sommet de Beijing sur la coopération Chine-Afrique en 2006, les relations sino-africaines se sont davantage consolidées et renforcées, entraînant une croissance rapide des relations économiques et commerciales. En 2006 et 2007, le président chinois Hu Jin Tao a visité 17 pays africains.

La Chine commerce donc de plus en plus avec l’Afrique. Une croissance rapide, supérieure même à l’accroissement général du commerce chinois. Au premier trimestre de 2005 par exemple, selon les statistiques de l’Administration générale des douanes de Chine, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique a atteint 7,6 milliards de dollars, soit un accroissement de 31% par rapport à la même période de l’année précédente, mais aussi 7,9% de plus que le taux de croissance général du commerce extérieur de la Chine.

 

Tarif zéro

La Chine exporte vers l’Afrique des marchandises traditionnelles de grande consommation, mais aussi de plus en plus d’équipements mécaniques et électroniques ainsi que des produits de haute technologie qui représenteraient désormais la moitié des exportations chinoises. D’Afrique, la Chine importe essentiellement des matières premières, pétrole brut, fer, produits sidérurgiques, bois de grume, diamant, manganèse, produits en cuivre, minerais de cuivre, coton, etc. Ces dernières constituent 87% des importations.

Avec une telle croissance, le volume du commerce de l’Union européenne avec l’Afrique, encore trois fois supérieur à celui de la Chine, pourrait être rapidement dépassé.

L’économie chinoise en pleine expansion est grande dévoreuse de matières premières. 25% de tout le cuivre consommé à travers le monde, 40% du charbon, 35% de l’acier, 10% du pétrole et premier importateur d’aluminium.

Pour encourager ces importations, au 31 décembre 2004, le gouvernement chinois avait déjà consenti l’application du tarif zéro à certains produits en provenance de 25 PMA africains.

Avec une telle croissance, le volume du commerce de l’Union européenne avec l’Afrique, encore trois fois supérieur à celui de la Chine, pourrait être rapidement dépassé.

 

Investissements

Parallèlement au commerce, les investissements chinois ont beaucoup augmenté. Plus de 5 milliards de dollars avant la fin de 2008, a indiqué le ministre chinois du Commerce, qui a tenu à rassurer ses partenaires africains quant au sort de ces relations dans ce contexte de crise financière internationale. Elle ralentira le rythme du développement économique mondial, mais « une attention particulière devra être prêtée à ses effets néfastes sur les pays en développement et les pays sous-développés. Nous souhaitons que la Chine et les pays africains travaillent ensemble à renforcer la coopération multilatérale afin de faire face aux défis de l’actuelle crise financière. »

Les réserves financières de la Chine, estimées à 1500 milliards de dollars, devraient donc continuer à profiter à l’Afrique. En 2007, Pékin a investi plus de 9 milliards de dollars en Afrique. En comparaison, pendant la même période la Banque mondiale n’y a investi qu’un peu plus de 2,5 milliards de dollars. L’Algérie, le Nigeria et le Soudan ont absorbé en 2005, le tiers des investissements en provenance de Chine.

 

Immigration

Pékin ne fait pas qu’investir. Elle exporte aussi sa population. Le nombre de Chinois en Afrique atteindrait aujourd’hui 800 000. Entre la Chine, plus grand pays en développement dans le monde, et l’Afrique, continent qui regroupe le plus de pays en développement, l’idylle se poursuit donc. Pourvu que ce ne soit pas l’alliance du cavalier et du cheval.

 
< Précédent   Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :