Afrique : Les assureurs en conclave à Marrakech Version imprimable
13-02-2017
Les compagnies africaines, réunies au sein de la Fanaf (Fédération des sociétés d’assurance de droit national africaines), tiennent depuis ce matin à Marrakech leur 41ème Assemblée générale annuelle. Une rencontre dont les discussions vont tourner autour du thème «Nouveaux enjeux règlementaires et défis opérationnels : quelle stratégie pour l’assurance africaine?».
Après Abidjan en 2016, la rencontre des assureurs africains, affiliés à la Fanaf, à Marrakech, du 13 au 16 février 2017, va-t-elle permettre d’inscrire le véritable envol du secteur des assurances? Vu les engagements des acteurs, pour hisser un peu plus haut la gestion et la réglementation des compagnies, on peut le croire. Aussi, de par son impact sur le système financier des pays, la profession compte accompagner le développement du continent africain. Dans son allocution d’ouverture à l’Assemblée générale annuelle de la Fanaf, Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance (FMSAR), a justement évoqué le potentiel d’un secteur qui, à la fois, protège les opérateurs économiques (entreprises et ménages), en ce qu’elle contribue à réduire le risque de crédit, mais aussi finance les économies. Il a rappelé que l’assurance canalise l’épargne des ménages et permet d’investir à long terme dans les entreprises et les projets d’infrastructures. Pourtant, il a fait l’amer constat que le continent africain, qui compte 13% de la population mondiale, ne représente aujourd’hui qu’à peine 1,5% du marché global de l’assurance. Du Maroc, où les compagnies d’assurance sont devenues le premier créancier du Trésor avec 30% de la dette intérieure, le président de la FMSAR invite ses pairs africains à relever des défis ayant trait au prix des polices, à faire une offre plus lisible, mieux adaptée, et à sortir des réseaux classiques, afin de trouver de nouvelles niches.

De concert avec lui, Adama Ndiaye, président de la Fanaf, a loué une assemblée générale annuelle qui consacre l’ouverture de leur corporation au nord de l’Afrique et à la zone MENA (Moyen-Orient, Afrique du Nord). Relatant les axes qui seront débattus autour du thème central «Nouveaux enjeux règlementaires et défis opérationnels : quelle stratégie pour l’assurance africaine?», il a annoncé une conférence inaugurale en plénière ainsi que 6 panels relatifs aux enjeux du moment et les perspectives du secteur. En effet, Issofa Nchare, secrétaire général de la CIMA (président de la séance inaugurale), Richard Lowe, PDG du groupe Activa et du réseau Globus, et Romain Paserot, secrétaire général adjoint de l’IAIS, ont campé les débats, sachant que la régulation est convoquée pour accélérer la croissance du marché. À l’issue d’un échange où les articles 13 et 308 sont souvent revenus, les acteurs se sont mis d’accord sur une règlementation adaptée, sans concession à la qualité, et à la remise du client au centre des préoccupations des professionnels.

Daouda MBaye, envoyé spécial à Marrakech
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

L’édition 2017, tenue du 19 au 25 septembre, a axé ses travaux sur le thème «Priorité à l’être...
[La suite...]

Lors de son allocution à la Tribune des Nations unies, lors de l’ouverture de la 72ème Assemblée...
[La suite...]

Engagés dans un conflit maritime dans la partie continentale de l’océan Atlantique regorgeant selon...
[La suite...]

La Banque islamique de développement (BID) etl’Association pour le développement de l’éducation en...
[La suite...]

À fin juin 2017, le groupe Attijariwafa bank, présent dans 26 pays, notamment en Afrique au sud du...
[La suite...]

Le 30 janvier 2017, à l’occasion du 28ème Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, le Maroc a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×