Afrique : Ségolène Royal et Jean-Marc Ayrault à l'heure africaine Version imprimable
16-08-2016
Entre les visites de ministres sur le continent africain et les grands changements au sein de la diplomatie française, Paris passe à l'offensive dans sa diplomatie africaine. Tour d'horizon.
La diplomatie française ne prend pas congé en cette période estivale. Et c’est le moins que l'on puisse dire. Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères, s'est rendu au début de ce mois au Kenya. « Le Kenya est à nos yeux un excellent exemple de cette Afrique dynamique et en plein essor économique », a déclaré le chef de la diplomatie française. Et d'ajouter : «C'est un pays qui montre la voie sur le continent, avec une grande capacité d'innovation à travers par exemple l'essor du mobil banking » a-t-il conclu. Au programme de cette visite pour le chef du Quai d'Orsay, plusieurs entretiens sur la coopération bilatérale entre Paris et Nairobi en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. La diplomatie française qui s'est par ailleurs récemment illustrée par le vote au Conseil de sécurité des Nations unies de l'envoi de près de 230 policiers au Burundi. Selon Ayrault : «Il s'agit d'une force d'observation et non d'intervention militaire », a-t-il indiqué.

L'écologie au cœur du réchauffement des relations bilatérales


Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et du développement durable, s'est rendu, elle, au Mozambique la semaine dernière puis en Tanzanie. C'est la 17ème visite de Ségolène Royal en moins d'un an au continent. La présidente de la COP21 a mis le cap sur l'Afrique : «La prochaine COP22 de Marrakech doit être africaine», déclare-t-elle, avant d'ajouter : «L'Afrique comme victime du réchauffement climatique, mais aussi l'Afrique comme solution», a-t-elle martelé à la résidence de l'ambassadeur de France à Maputo. Pour l'heure, la ministre française de l'Ecologie dit « identifier » des projets finançables. «Lors de l'Assemblée générale des Nations unies en septembre, je vais organiser un événement dédié avec l'ensemble des pays africains de l'initiative pour stabiliser la liste et proposer une répartition des financements. Tout sera prêt pour la COP22 », avance-t-elle.
«Sur le Mozambique, par exemple, on a découvert deux projets de centrales solaires que l'on ne connaissait pas, qui sont matures, qui sont prêts à démarrer mais qui sont bloqués », illustre-t-elle. Les ambitions de Ségolène Royal ne font pas l'ombre d'un doute. Il s'agit avant tout pour la France de s'imposer dans le marché de la diplomatie verte à l'occasion de la prochaine COP22 de Marrakech.

Grand chamboulement dans la cellule «Afrique»


En coulisses aussi cela s'active dans la cellule Afrique de l'Elysée et le bal des ambassadeurs français sur le continent se fait visible. L'ancien ambassadeur du Burkina Faso, Gilles Thibault, quitte Ouagadougou pour Yaoundé ( Cameroun). Laurent Delahousse ( Zimbabwe) cède son siège et part au Burundi. Frédéric Constant, qui n'était pas en odeur de sainteté avec Kigali, rejoint le bureau de Malabo (Guinée équatoriale). Au total, ce sont pas moins de 18 ambassadeurs français du continent qui sont directement concernés par ce jeu de chaises musicales. Ce large remaniement, à un an de la présidentielle, concerne aussi la cellule «Afrique» de la présidence française. Ainsi, la conseillère Afrique de François Hollande quitte son poste et part occuper une fonction de diplomate à Tel Aviv. Rémi Maréchaux, ancien membre de la cellule «Afrique» de l'Elysée, rejoint le Quai d'Orsay pour remplacer Jean-Christophe Belliard et lui succéder à la tête du département «Afrique» au ministère français des Affaires étrangères.

Rudy Casbi
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Find & Fund, nouvelle plateforme de crowdfunding immobilier en France, vient d’ouvrir sa...
[La suite...]

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) va au-delà de générer des emplois et des...
[La suite...]

Investisseurs et Partenaires, un fonds de financement français destiné à accompagner le...
[La suite...]

Le marché de l’enseignement privé va-t-il lui aussi connaître une grande croissance dans les années...
[La suite...]

Le mémorandum d’entente (MOU), signé vendredi dernier, entre le groupe BCP, acteur panafricain de...
[La suite...]

Désormais, aux côtés du Nigéria, du Kenya, de la Zambie, de l’île Maurice et de Madagascar, le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×