Accès abonné :              
Algérie : les banques publiques découvrent le leasing Version imprimable
24-04-2011

La Banque d’Algérie a accordé son agrément à la première filiale des banques publiques spécialisée dans le crédit bail, la Société Nationale de Leasing (SNL), filiale de la BNA et de la BDL.

Dans un communiqué de presse publié le 3 avril dernier, le groupe financier saoudien Swicorp affirme avoir pris connaissance par voie de presse de l’information faisant état de son éviction du consortium formé avec la BEA et la banque portugaise Banco Espirito Santo dans la société Ijar Leasing Algérie (ILA).

MLA, ALC, Société Générale, Natexis, Sofinance, Al Baraka ou encore BNP Paribas se partagent un marché qui reste d’une taille modeste, environ 300 millions d’euros en 2010, mais qui se développe à un rythme annuel estimé à près de 25%.

Quelques jours plus tôt, la Banque d’Algérie avait accordé son agrément à ILA pour exercer en tant qu’établissement financier. Selon le communiqué publié à cette occasion, le capital de la nouvelle société est fixé à 35 millions d’euros, qui sont détenus à hauteur de 65% par la BEA et de 35% par son partenaire portugais. Un attelage dans lequel la banque portugaise devrait apporter son expertise, et la BEA son réseau et ses ressources financières. Le groupe saoudien, qui déplore cette décision, précise avoir engagé des démarches afin d’en obtenir l’explication, et affirme que « les équipes de Swicorp ont dépensé au cours des dernières années une énergie considérable pour permettre à ce consortium de voir le jour ». Il rappelle en outre avoir conseillé depuis plus de quinze ans « des sociétés internationales de premier rang dans le cadre d’opérations d’investissement en Algérie ». Le groupe financier fait ici allusion au rôle important qu’il a joué en particulier dans l’installation en Algérie de SAVOLA, le géant saoudien de l’agroalimentaire.

 

Lenteur de la mise en place

L’éviction imprévue de la banque d’affaire saoudienne du tour de table d’Ijar Leasing intervient dans un contexte marqué par une vague de création de nouveaux opérateurs dans une activité en plein boom qui bénéficie notamment de l’importance des programmes d’investissement de l’Etat dans le domaine du BTP. Le gouvernement algérien vient de lancer un vaste dispositif de dynamisation de l’investissement des PME qui devra notamment contribuer à la création de plus de 200 000 PME, programmé au cours de la période quinquennale 2010-2014. Le Conseil des ministres a constaté, le 22 février dernier, que la plupart des banques publiques n’avaient pas encore créé ou rendu opérationnelles leurs filiales spécialisées dans le leasing, que des instructions datant de 2008 les invitaient pourtant à mettre en place. L’une des principales dispositions financières annoncées lors de cette réunion a donc concerné le lancement, à partir de mars 2011, de ces institutions financières destinées à alléger le coût de la location-vente des équipements pour les petites et moyennes entreprises.

La lenteur de la mise en place des nouveaux acteurs est imputée par un cadre du secteur à « la lourdeur de la procédure d’agrément, qui comporte d’abord une autorisation de constitution de la nouvelle société par le Conseil national de l’investissement, et dans une deuxième étape l’agrément de la Banque d’Algérie, qui équivaut à une autorisation d’exercer ». Des lenteurs qui vont devoir être surmontées. Le gouvernement a fixé une date butoir au 31 mars pour l’agrément de tous les opérateurs. Une nouvelle réunion était prévue à cette date pour vérifier que cette instruction a bien été appliquée…

 

La SNL, première filiale agréée

Les acteurs concernés n’ont pas tardé à obtempérer et, dès le 23 février, la Banque d’Algérie avait accordé son agrément à la première filiale des banques publiques spécialisée dans le crédit bail. La Société Nationale de Leasing (SNL), filiale de la BNA et de la BDL, a été dotée d’un capital de 3,6 milliards de dinars (36 millions d’euros). Son nouveau PDG, Mohamed Krim, annonce qu’elle financera « tous les secteurs d’activité en dehors de l’agriculture, ainsi que des opérateurs qui vont des PME aux professions libérales ». Les principaux secteurs d’activité ciblés par la SNL sont « le transport, le BTP, l’hydraulique, l’industrie et le tourisme ».

Pour Mohamed Krim, les principaux avantages du leasing résident pour les PME dans une formule d’acquisition de leurs équipements à tempérament « qui permet d’économiser les ressources financières de l’entreprise et qui n’exige pas de garantie, du fait que la société de leasing reste propriétaire de l’équipement loué jusqu’à la fin du contrat ». Ce dernier est en général d’une durée financière de trois à quatre ans. Le nouveau PDG de la SNL, qui ambitionne de combler rapidement le retard pris sur les concurrents du secteur privé, précise que « la diffusion du produit devrait s’effectuer dans une première étape au sein d’une dizaine d’agences de la BNA et de la BDL, avant d’être étendu progressivement à un réseau qui compte plus de 300 points de vente ». Il promet que « le traitement des dossiers ne dépassera pas quinze jours ».

 

Un créneau dominé par les banques privées

Le créneau du leasing est occupé en Algérie, depuis son apparition en 2002, par un petit nombre d’institutions financières, presque toutes d’origine étrangère. MLA, ALC, Société Générale, Natexis, Sofinance, Al Baraka ou encore BNP Paribas se partagent un marché qui reste d’une taille modeste, environ 300 millions d’euros en 2010, mais qui se développe à un rythme annuel estimé à près de 25%. Les principales activités concernées sont surtout le transport et les travaux publics, mais aussi des activités de production comme l’agroalimentaire ou les matériaux de construction.

Le leader du secteur reste Maghreb Leasing Algérie (MLA), filiale algérienne de la Tunisienne Amen Bank, qui dispose de cinq agences en Algérie et qui compte près d’un millier de clients. MLA, qui a bénéficié d’un prêt de 6 millions d’euros de la Banque africaine de développement en 2009, a lancé en juin 2010 un emprunt obligataire d’un montant de 20 millions d’euros, entièrement souscrit par les banques de la place. La société envisage une introduction à la Bourse d’Alger au deuxième semestre 2011.

Hassan Haddouche, Alger

 
< Précédent   Suivant >