Assurances : Rejet du groupe Sunu d’une OPA hostile de Saham Version imprimable
05-07-2017
Pour signifier son opposition catégorique à toute OPA hostile, le groupe Sunu Assurances apporte des précisions sur l’entrée, «par effraction», du groupe Saham dans son tour de table.
Le groupe Sunu Assurances, qui revendique d’être parmi les leaders dans le secteur de l’assurance (Vie et Non-vie) en Afrique au sud du Sahara, avec une présence dans 15 pays africains, matérialisée par 24 compagnies d’assurance et un chiffre d’affaires consolidé de plus de 192 millions €, s’offusque d’une entrée loin des règles de l’art du groupe Saham. Dans un document du conseil d’administration de Sunu Finances Holding, qui nous est parvenu, il n’y va pas avec le dos de la cuillère et fustige les mauvaises manières de son président fondateur, Moulay Hafid Elalamy.

Dans les détails rapportés, contrairement à l’approche de ses pairs marocains, celle du groupe Saham et de ses dirigeants, en l’occurrence Moulay Hafid Elalamy, Raymond Farhat et Nadia Fettah Alaoui, directrice générale déléguée de Saham Finances, a été tout autre. Nous relevons dans le texte de Sunu Assurances que «le groupe Saham a en effet choisi de s’introduire, “par effraction” dans le groupe Sunu, sans l’accord préalable de la majorité des actionnaires de ce dernier, passant par le biais de Mamadou Talata Doula, ancien collaborateur et actionnaire minoritaire du groupe Sunu. Celui-ci a exercé des fonctions au sein des filiales du groupe Sunu au Niger jusqu’en 2011, date à laquelle il a fait prévaloir ses droits à la retraite. Il a aussitôt été recruté par Saham Assurances qui l’a nommé directeur général de sa filiale nouvellement créée au Niger en 2013. Il détenait alors une participation historique de 4,3% dans le groupe Sunu. Après avoir demandé à plusieurs reprises au conseil d’administration de Sunu Finances l’autorisation de céder sa participation, autorisation qui lui a été donnée et qui fut même l’objet d’un projet de cession, il changea d’avis à la dernière minute pour décider finalement, le 8 mars 2016, avec l’accord du conseil d’administration de Sunu Finances, de loger ses actions dans une société holding qu’il a reprise à l’île Maurice, à savoir First Engineering Management Consultants Ltd (FEMC)».

Écran et bouc émissaire
Il est ensuite relaté dans le document de Sunu Assurances que «grande fut la surprise des actionnaires du groupe Sunu de recevoir le 6 juin 2017 un mail les informant que Mamadou Talata Doula avait transféré la totalité des actions (2 actions de 10 $ chacune) qu’il détient dans FEMC (société-écran) à Saham Finances, société de tête du groupe Saham». Le groupe Sunu, fondé en 1998 par Pathé Dione, ancien directeur Afrique d’AXA, avec l’accord de Claude Bebear, alors président d’AXA, qui va fêter en 2018 son 20ème anniversaire, indique alors qu’il est bien évident qu’un tel procédé n’a pu se réaliser sans l’aval de Moulay Hafid Elalamy. On y relève aussi qu’il défend que «ses collaborateurs seuls n’auraient pas osé prendre une pareille initiative qui ne s’inscrit pas dans l’esprit de coopération et de partenariat respectueux que le Roi Mohammed VI du Maroc a défini entre les entreprises marocaines et celles du sud du Sahara».

Sans ambages, les actionnaires du groupe Sunu entendent préciser qu’il s’agit là d’une mauvaise manière, et ce, à deux égards. Tout d’abord, ils s’interrogent et demandent est-ce que les dirigeants de Saham ont soudainement oublié que leur filiale Colina Assurances en Côte d’Ivoire, que Saham a reprise, a été fondée et développée par Pathé Dione ? Pourtant, les dirigeants du groupe Saham ne manquent jamais de l’en remercier. Justement, Sunu Assurances précise qu’«il ne faut pas avoir de double langage et le respect ne peut être seulement de façade».

Saham, pas le bienvenu dans Sunu
En deuxième lieu, le rejet est catégorique : «Les actionnaires du groupe Sunu, dans leur grande majorité, déplorent ces méthodes et entendent ici préciser que le groupe Saham Finances n’est pas le bienvenu dans leur groupe. Si l’on choisit de rentrer “par effraction” chez un concurrent, il ne faut pas s’attendre à y être bien accueilli!». Avant de conclure sur cette adresse à Moulay Hafid Elalamy : «La “Karama” (ou respect) = OUI! La “Hogra” (ou mépris, arrogance) = NON!», le groupe Sunu indique : «En effet, Saham Assurances, filiale de Saham Finances, est un concurrent direct du groupe Sunu, sur près de 14 marchés africains. Dans la conception des dirigeants marocains du groupe Saham Finances, les Africains du sud du Sahara ne sont pas dignes de posséder ou de diriger des groupes dans le secteur privé, sans partenariat avec des groupes marocains. C’est cette vision des choses que nous combattons».

Partenariats commerciaux respectueux
Le groupe Sunu Assurances justifie son propos par les nombreuses convoitises dont il a fait l’objet, notamment de la part d’entreprises marocaines, opérant dans le secteur financier (banque et assurance). Parmi celles-ci sont cités des groupes tels que BMCE/BOA et SNI/AttijariWafa, qui ont, déjà par le passé, et comme il est d’usage dans ce type de situation, approché directement Pathé Dione, pour lui faire part de leurs intérêts et lui proposer un partenariat capitalistique. Des propositions ont été déclinées, tout en les remerciant de l’intérêt porté au groupe Sunu, surtout que cela n’a nullement empêché les groupes BMCE/BOA, SNI/Attijari et Sunu de travailler en bonne intelligence pour servir au mieux les demandes et les besoins des assurés africains et, ainsi, de nouer des partenariats commerciaux, sur le terrain, en travaillant, par exemple, dans la bancassurance, soulignent les dirigeants de Sunu. Ces derniers n’ont pas manqué de saluer des méthodes et discussions traduisant une façon de faire respectueuse et basée sur la recherche d’intérêts partagés, au mieux des attentes du marché.

Daouda MBaye, rédacteur en chef
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×