Baisse des taux directeurs: La logique de la banque centrale du Ghana Version imprimable
17-04-2017
La logique de la politique monétaire encourage la banque centrale à relever ses taux pour combattre une inflation galopante. En augmentant les taux d’intérêt, la banque centrale lutte indirectement aussi contre une perte de valeur de son taux de change.
Cependant, quand une banque centrale adopte une politique de ciblage d’un certain taux d’inflation, il peut arriver que face à un taux d’inflation élevé, celle-ci adopte une baisse des taux d’intérêt. En d’autres termes, une banque centrale peut être flexible dans l’application du taux de cible. La banque centrale du Ghana a décidé le mois dernier de réduire ses taux directeurs de 25,5 à 23,5, soit un recul de 2 points, devant un taux d’inflation de 13,2%, largement au-dessus de l’intervalle cible de 8%. Cette démarche est une illustration de la flexibilité de la politique monétaire visant à cibler le taux d’inflation.

Cette contribution aura pour but d’éclairer cette pratique monétaire. Avant d’aller plus loin, nous allons définir le concept du ciblage des taux d’intérêt.
Ghana : Taux d’intérêt de la banque centrale
Ghana : Taux d’intérêt de la banque centrale
Ciblage du taux d’inflation
Pour contrôler le taux d’inflation, la banque centrale peut manipuler son taux d’intérêt nominal. Pour baisser l’inflation (induite par la demande), la banque centrale augmente ses taux. Cette hausse des taux affectera les composantes de la demande globale (consommation-investissement et la balance commerciale) en la réduisant ainsi. Quand par contre la banque centrale veut relever la demande, elle va réduire le taux d’intérêt nominal. Cette baisse des taux affectera à la hausse les composantes de la demande globale (consommation-investissement et la balance commerciale) relevant donc celle-ci. Certaines banques n’ont pas en vue un niveau donné d’inflation. Elles agissent en temps réel. D’autres, par contre, ciblent un certain taux d’inflation qui, selon elles, est jugé acceptable. Cette pratique est appelée «Inflation targeting» ou «ciblage du taux d’inflation». Ci-dessous la liste de quelques pays africains pratiquant le ciblage de l’inflation :

Ghana : 8,00% +/-2,0%
Botswana : 3,00% -6,00%
Kenya : 5,00% +/-2,50%
Mozambique : 5,60%
Nigéria : 6,00% - 9,00%
Afrique du Sud : 3,00% -6,0%

Le Ghana et le Kenya pratiquent un taux de ciblage respectif de 8 et 5% du taux d’inflation avec une variation acceptable de +/-2 et de 2,5%. L’Afrique du Sud et le Nigéria n’ont pas un taux fixe, mais plus tôt une bande de variation qui donne plus de latitude à leurs banques centrales.

Pourquoi donc baisser les taux directeurs quand le taux d’inflation est élevé?
En 2011, la banque centrale du Ghana a réduit son taux d’intérêt nominal alors que le taux d’inflation était hors de sa bande de variation. Depuis le mois de mars 2017, pour la deuxième fois, la banque centrale a décidé de réduire ses taux directeurs de 25,5 à 23,5, soit un recul de 2 points. L’un de mes anciens professeurs d’économie à la faculté d’économie de Vienne a toujours précisé : «La théorie économique oui, mais le contexte et la réalité d’abord». Il y a donc quatre raisons pratiques qui poussent une banque centrale à abandonner momentanément le ciblage d’un certain taux d’inflation.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine

Francis Konan, Mounou Konan Global Economics Consulting
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les patrons des filiales de ce groupe bancaire sont réunis du 16 au 20 octobre 2017 autour du top...
[La suite...]

Dans le cadre d’une tournée régionale, Horst Köhler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU...
[La suite...]

Depuis janvier 2017, l’Afrique a enregistré une augmentation de 13,3% de ses arrivées touristiques...
[La suite...]

Concernant le désir des opérateurs nationaux d’exporter le «poulet marocain» sur le marché de l’UE...
[La suite...]

En faisant exploser, samedi dernier, un camion piégé au centre de Mogadiscio, les terroristes...
[La suite...]

Le Groupement togolais d’assurances compagnie africaine d’assurances (GTAC2A-VIE), filiale du...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×