Bénin : le PAG, rampe de lancement vers l’émergence Version imprimable
17-12-2016
Le Programme d’actions du gouvernement (PAG) 2016-2021 ou «Bénin Révélé» a été exposé, vendredi 16 décembre 2016, dans la Salle du Peuple au palais du président de la République du Bénin, à Cotonou. Reposant sur 3 piliers et 7 axes stratégiques, cet ambitieux programme multisectoriel de 9 039 milliards de f CFA prévoit de placer le Bénin sur une nouvelle ère de développement.
Sur un seul mandat, Patrice Talon, président du Bénin, veut changer le sort de ses compatriotes. Sur la période 2015-2021, il a l’ambition de faire de son pays, avec le soutien de son gouvernement et des forces vives de la nation béninoise, une terre d’épanouissement, de créations, de justice sociale, de liberté, où la méritocratie aura un sens, mais aussi un pays respecté sur la scène internationale. Baptisé «Bénin Révélé», le PAG prend sa genèse dans l’état de révolte qui a habité le chef de l’État. Celui que d’aucuns qualifient d’acteur acharné du développement, a assuré être rentré dans le champ politique pour annihiler toutes ces tares, auxquelles son pays fait face. Loin d’être découragé, il a avoué n’avoir jamais été aussi confiant en l’avenir de son pays. Le maître-mot de la présentation-fleuve, de plus de 4 heures d’horloge dans la Salle du Peuple qui a refusé du monde, a été «confiance». Le président béninois a confiance, car les atouts et les richesses de son pays seront mieux exploités, mais aussi parce qu’il est entouré d’une équipe compétente engagée pour asseoir un environnement démocratique apaisé...

La feuille de route, qu’il a partagée vendredi 16 décembre avec son peuple et le monde entier, est un document qui a été attendu, dans la mesure où elle a été adoptée depuis le mois d’octobre dernier. Dans son adresse à la nation, Patrice Talon a tenu à préciser à tous ceux qui s’empresseraient de se demander pourquoi tout ce temps de latence, 9 mois plus tard après l’accession de son mandat, qu’un tel agenda a été mis en branle dès le lendemain de son accession au pouvoir.

Lancement de Bénin Révélé


Ainsi «Bénin Révélé» est mis en route, car il est temps de révéler ce pays à ses propres ressortissants ainsi qu’aux investisseurs. Voilà un pays qui a une position géostratégique rare, qui a un potentiel agricole riche et diversifié, qui est doté d’un patrimoine culturel et historique de renom, mais aussi d’un capital humain de grande réputation à travers le monde... Sur ce dernier volet, le chef de la magistrature suprême du Bénin a martelé que son pays, jadis connu «Quartier latin de l’Afrique», va redorer son blason. Plus globalement, il entend placer son mandat sous le signe du dynamisme et de la relance économique.
Avant les 4 panels animés par des décideurs publics, souvent introduits par des ministres de tutelle et commentés ou complétés par le président de la République en personne, ce dernier a énoncé les actions phares qui sous-tendent la feuille de route du PAG et qui tournent autour de réformes profondes pour ne pas dire refontes politiques, d’investissements massifs, de projets phares et de projets sectoriels planifiés sur le quinquennat 2016-2021. Les 3 piliers et 7 axes stratégiques qui constituent son ossature tournent autour de «Consolider la démocratie, l’État de droit et la bonne gouvernance» par le renforcement des bases de la démocratie et de l’État de droit et l’amélioration de la gouvernance; «Engager la transformation structurelle de l’économie», via l’assainissement du cadre macroéconomique et le maintien de la stabilité, l’amélioration de la croissance économique, et des performances de l’éducation; et «Améliorer les conditions de vie des populations», à travers le renforcement des services sociaux de base et la protection sociale, ainsi que le développement équilibré de l’espace naturel. C’est tout un programme, de 9 039 milliards de f CFA, dont 1 000 milliards sont déjà mobilisés, décliné en 45 projets phares, soit les plus structurants qui sont financés en Partenariats publi-privé et conduits par des agences dédiées et placées sous la supervision du président, en 95 projets sectoriels, ainsi qu’en 19 réformes institutionnelles.

Des chantiers tous azimuts


Paraphrasant Victor Hugo, Patrice Talon a tenu à rappeler :«Il n’y a pas plus de terres promises que de terrains gagnés», attirant l’attention de ses compatriotes sur le labeur qui incombe à la nation et sur l’engagement de tous. Patrice Talon a justement précisé que le PAG ne sera possible qu’avec l’engagement de tous les Béninois. Il s’agit d’une vision qui repose sur une stratégie claire, pour sortir le Bénin de la pauvreté et consolider la démocratie. Tour à tour, Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’État chargé du Plan et du développement, Joseph Djogbenou, ministre de la Justice et de la législation, Adidjatou Mathys, ministre du Travail et de la fonction publique, Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des finances, Donna Jean-Claude Hossou, ministre de l’Énergie, de l’eau et des mines, Gaston Doussouhoui, conseiller en agriculture, Pascal Irenee Koupaki, ministre d’État, SG de la présidence, Lazare Sehoueto, ministre du Commerce et de l’artisanat, Ange Nkoué, ministre du Tourisme et de la culture, Alassane Seidou, ministre de la Santé, Oswald Honiky, ministre des Sports, José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et du développement durable, Bernabé Dassigli, ministre de la décentralisation et de la déconcentration, Sacca Lafia, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Aurélien Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la coopération,... tout comme tous les directeurs généraux et autres hauts cadres qui se sont succédé à la tribune, ont décliné les projets et chantiers afin d’améliorer le cadre de vie, avec des taux de croissance notables (7,1% dès 2017-2018) tout en maîtrisant les déficits, ériger des hôpitaux et des centres de santé aux plateaux techniques plus élevés, des centrales électriques, des sites touristiques, des pôles de compétences dans les secteurs où le Bénin dispose d’avantages comparatifs... mais aussi pour performer dans le sport, l’enseignement et la recherche, dans la sécurité et la sûreté, la diplomatie économique. Pêle-mêle, citons la fusion de la police et la gendarmerie en janvier 2018, la construction d’une Académie de la police, l’asphaltage des rues de grandes agglomérations, les Green Cities, la garantie et le soutien au logement social pour porter le taux d’intérêt du résiduel à 1%, la proposition de loi pour un mandat présidentiel unique, la préservation de l’écosystème et la mise en avant du culturel, la dépolitisation du Conseil national de l’éducation, la création de l’Agence béninoise pour la recherche et l’innovation, de la Cité internationale de l’innovation et du savoir (CIIS)... Pour tous ces projets, les montants des investissements sont fixés, les sources de financement pistées et le nombre d’emplois à générer déjà déterminé.
Si le privé est censé accompagner le PAG ou Bénin Révélé, rien n’a filtré sur le soutien ou la mise en route de grandes entreprises championnes locomotives de l’économie béninoise et autour desquelles navigueraient toute une flottille de PME-PMI...

Daouda MBAYE, envoyé spécial à Cotonou
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Afruibana, association de producteurs et d’exportateurs de fruits du Cameroun, de Côte d’Ivoire et...
[La suite...]

Rabat, capitale du Maroc, va abriter, lundi 24 juillet, la toute première édition du Moroccan...
[La suite...]

Find & Fund, nouvelle plateforme de crowdfunding immobilier en France, vient d’ouvrir sa...
[La suite...]

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) va au-delà de générer des emplois et des...
[La suite...]

Investisseurs et Partenaires, un fonds de financement français destiné à accompagner le...
[La suite...]

Le marché de l’enseignement privé va-t-il lui aussi connaître une grande croissance dans les années...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×