Accès abonné :              
BGFI Bank s’installe au Cameroun Version imprimable
01-04-2011

La banque franco-gabonaise, présentée comme le premier groupe financier d’Afrique centrale, a officiellement démarré ses activités au Cameroun, courant mars 2011. Le pays de Paul Biya devrait rapidement en devenir l’une des plaques tournantes, d’après le plan de développement prévu par cette institution financière.

La Banque gabonaise et française internationale (BGFI Bank) a officiellement démarré ses activités au Cameroun, le 7 mars 2011, avec l’inauguration de sa toute première agence dans la métropole économique de Douala. L’ouverture de cette agence intervient six mois après l’obtention de l’agrément auprès de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) et le quitus du gouvernement camerounais. BGFI Bank arrive dans un environnement bancaire ouvert, marqué par la présence des filiales des multinationales françaises, américaines et britanniques, aux cotés de banques africaines et camerounaises, le tout comptant une douzaine d’institutions bancaires en activité au Cameroun.

Le plan de développement décliné par le directeur général de la BGFI Bank pour le Cameroun, Eric Masbou, prévoit, pour cette année, l’ouverture de trois autres agences, dont une à Yaoundé et deux à Douala.

 

Internationalisation

Dans ce contexte concurrentiel, BGFI Bank, qui constitue le premier groupe financier dans la zone Cemac, avec un total bilan de 1078 milliards de francs CFA en 2010, entend offrir une gamme de produits dans les métiers de la banque et de la finance. Entre autres, la banque, l’asset management, la bourse, le cash, l’immobilier, le factoring, le Finatra, le Loxia, l’EMF. Le plan de développement décliné par le directeur général de BGFI Bank pour le Cameroun, Eric Masbou, prévoit, pour cette année, l’ouverture de trois autres agences, dont une à Yaoundé et deux à Douala, siège national de la banque. « L’implantation de la BGFI Bank au Cameroun entre dans le cadre de l’internationalisation de cette banque, dont l’objectif est d’assurer la pérennité du groupe. Notre mission, c’est d’offrir à la clientèle une gamme de services à valeur ajoutée en parfaite adéquation avec ses attentes immédiates et futures. », a-t-il déclaré.

 

Restructuration bancaire

En sa qualité de locomotive de la Cemac, le Cameroun représente un marché important pour BGFI Bank, dont la filiale camerounaise commence ses activités avec un capital de 10 milliards de francs CFA. Désormais, BGFI Bank est présente dans neuf pays : Gabon, Congo, Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo, Bénin, Madagascar, Côte d’Ivoire et France. Le Cameroun devrait rapidement constituer un pôle de développement primordial dans une perspective de déploiement et de renforcement des activités du groupe bancaire. En attendant la fin des travaux du siège au quartier administratif de Bananjo, les activités sont cantonnées à l’agence dite Prestige, en plein cœur du quartier commercial Akwa. Une agence prioritairement destinée au financement des activités des PME/PMI, mais également ouverte à d’autres types de clientèle.

Entre innovations et stratégies de conquête de parts de marchés, BGFI Bank mise sur « le professionnalisme, la célérité et la souplesse dans le traitement des dossiers ». Aussi prévoit-on par exemple, que, dès la constitution complète du dossier, les réponses aux demandes de crédit se fassent dans un délai de sept jours ouvrés pour les particuliers et quinze jours ouvrés pour les entreprises.

Après la restructuration bancaire intervenue il y a une quinzaine d’années, le secteur bancaire camerounais s’organise et se structure de plus en plus, avec notamment une présence accrue des institutions bancaires dans le financement des projets structurants, à travers un modèle d’intervention basé sur la syndication de banques.

Achille Mbog Pibasso, Douala

 
< Précédent   Suivant >