«Biens mal acquis» : Report du procès de Teodorin Obiang au 19 juin prochain Version imprimable
04-01-2017
Le procès de Teodorin Obiang est reporté au mois de juin prochain. Mis en cause dans l’affaire dite des «biens mal acquis», le fils de l’actuel chef d’État équato-guinéen reste cependant toujours dans le viseur de la justice française.
Teodorin Obiang a obtenu un peu de répit de la part de la justice française. Le procès de l’actuel vice-président de la République de Guinée équatoriale reprendra le 19 juin prochain. La Cour a en effet estimé, conformément à la demande des avocats de la défense, qu’il fallait attendre les recommandations et les conclusions de la Haute Cour internationale de justice qui doit statuer dans les prochaines semaines sur un dossier similaire dont Teodorin Obiang demeure également le principal accusé. Actuellement mis en cause dans l’affaire des «biens mal acquis», le fils du président équato-guinéen n’en a donc pas fini avec les ennuis judiciaires suite à la plainte déposée par plusieurs ONG dont Transparency International. La justice française ayant décidé finalement d’instruire le dossier malgré la demande des avocats de la défense, arguant que leur client bénéficie de l’immunité diplomatique. Sauf que celle-ci ne couvre pas les accusations d’abus de biens sociaux.

Téodorin Obiang et son train de vie bourgeois


Teodorin Obiang, 47 ans, semble ainsi mener une vie de sherpa selon les éléments qui figurent dans le dossier. Depuis 2006-2007, celui qui a été à la tête de la Société nationale d’exploitation forestière de Guinée équatoriale, la Somagui Forestal, posséderait une quinzaine de voitures de luxe qu’il aurait réglé par virement via les comptes de sa société forestière. Il n’en fallait pas moins pour attirer l’attention des autorités françaises qui ont procédé en 2011 à la saisie de 18 véhicules de luxe garés dans le parking de son hôtel particulier dans le 16ème arrondissement et dans un garage privé du 8ème arrondissement de la capitale.
Si Teodorin Obiang semble assumer ce train de vie fastueux, il n’en serait en revanche pas moins astucieux et discret pour effectuer certains de ses achats. Ainsi, l’hôtel particulier aurait été acquis grâce à plusieurs de ses participations dans des fonds suisses. L’acte de propriété du bien ne porterait d’ailleurs pas son nom propre. Et pour mieux encore brouiller les pistes, Teodorin Obiang a fait pression pour que sa résidence devienne le lieu officiel de l’ambassade de la République de Guinée équatoriale en France. Il espérait peut-être ainsi «immuniser» son bien en lui donnant l’attribut de représentation diplomatique en octobre 2011. Mais cette mesure s’est avérée non efficace. Cinq mois plus tard, la justice française a ordonné la saisie pénale du parc immobilier de Teodorin Obiang en France, estimé à 107 millions d’euros.

Rudy Casbi
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le 30 janvier 2017, à l’occasion du 28ème Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, le Maroc a...
[La suite...]

Du 28 juillet au 31 aout 2017, à Abuja au Nigéria, le gouvernement fédéral du Nigéria et la Cocoa...
[La suite...]

L’usage des drones par la secte terroriste nigériane Boko Haram est source d’inquiétudes dans la...
[La suite...]

Les fonds alloués par la Banque mondiale (BM) au Cameroun pour l’année fiscale 2016-2017, en guise...
[La suite...]

Le Maroc abrite le 1er Forum des managers territoriaux et des instituts de formation ciblant les...
[La suite...]

Pour sa 20ème édition en 40 ans d’existence, le Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK),...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×