Cameroun : l’offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire Version imprimable
06-05-2014
Cameroun : l’offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire La circulation des personnes et des biens enregistre des améliorations perceptibles depuis le lundi 5 mai 2014, avec la mise en circulation des nouveaux trains par la Cameroon Railways (Camrail), une entité du groupe Bolloré au Cameroun spécialisée dans le transport ferroviaire.
Le groupe Bolloré vient de mettre en circulation, des trains de grande puissance qui permettent de rallier les villes de Yaoundé et de Douala, respectivement la capitale et la principale métropole économique du pays, en l’espace de trois heures. Une nouvelle offre qui participe à l’amélioration du trafic, d’autant que le train Intercity connaîtra un déploiement progressif dans d’autres localités du pays, en plus des quatre rotations quotidiennes actuelles pour desservir les deux principales métropoles. Une initiative de Vincent Bolloré, PDG du groupe éponyme, saluée par les autorités camerounaises, en l’occurrence le Premier ministre chef du gouvernement, Philémon Yang, lors de la cérémonie officielle de lancement à Yaoundé. La mise en circulation des nouveaux véhicules-trains «permet désormais de diversifier l’offre de transport dans notre pays», d’autant que le Cameroun compte sur le groupe Bolloré pour la réalisation du plan ferroviaire national, estimé à 15 000 milliards de f CFA. 

Sa réalisation prévoit, entre autres, la réhabilitation des infrastructures, le renouvellement des installations existantes et le prolongement du chemin du fer du Cameroun vers le Tchad, pour plus de 1 400 km. Un gigantesque projet puisque «tout ceci est important d’autant plus que demain vous verrez les flux qui autrefois étaient Nord-Sud qui aujourd’hui deviennent davantage Sud-Sud et qui demain seront intra-africains. Ceci est important pour que le Cameroun puisse être de plus en plus attractif pour les investissements étrangers, développer de vraies zones d’activités industrielles qui permettent là aussi de nourrir toute la région. Et quand je dis toute la région, pourquoi pas y inclure une partie du Nigéria», a relevé le chef du gouvernement. Ce dernier a salué au passage Bolloré Africa Logistics pour avoir mis en place un service innovant, notamment les bus électriques destinés à transporter gratuitement les étudiants et les enseignants sur le campus de l’université de Yaoundé I. Des bus électriques rechargeables avec de l’énergie solaire estimés à 1,5 milliard de f CFA. 

Partenariat gagnant-gagnant

Pour Dominique Lafont, président de Bolloré Africa Logistics (BAL), le lancement des nouveaux trains voyageurs est une preuve que son entreprise croit en l’avenir du Cameroun et de l’Afrique, raison pour laquelle ce groupe a décidé de diversifier ses activités à travers le continent. «Je voudrais profiter de cette occasion pour vous dire à quel point le Groupe Bolloré est fier de la confiance que lui font les autorités du Cameroun, notamment dans le cadre des multiples partenariats publics/privés qui ont été ouverts dès la fin des années 90. Le premier partenariat public/privé que nous ayons ouvert au Cameroun, c’était Camrail, en 1999. Le second, ç’a été le Terminal à conteneurs du Port autonome de Douala», a-t-il précisé. En termes d’investissement, depuis le début de ce partenariat public/privé, Camrail a investi 180 milliards de f CFA dans la réhabilitation des voies, dans le renouvellement du matériel roulant, dans l’achat de locomotives et dans la réhabilitation des gares. La matérialisation de ce projet, a-t-il indiqué, découle des entretiens de l’année dernière entre le président camerounais Paul Biya et le PDG du groupe Vincent Bolloré, ce dernier qui «fonde beaucoup d’espoir dans le développement de l’Afrique». 

Avec près de 7 000 employés directs au Cameroun, le groupe Bolloré fait partie des plus gros employeurs du pays, d’où l’engagement des deux parties d’œuvrer ensemble pour le renforcement de ce partenariat gagnant-gagnant. Sur les 55 000 emplois que compte le groupe Bolloré à travers le monde, 25 000 sont en Afrique, où cette firme est présente dans divers secteurs d’activités, de la logistique au transport, en passant par la filière bois, les énergies renouvelables ou encore la communication. 

Achille Mbog Pibasso
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×