Casablanca : Premier Symposium «Fibre optique et bâtiments intelligents» Version imprimable
08-10-2015
AOB Group, en partenariat avec la Fédération nationale des promoteurs immobiliers Maroc (FNPI), a annoncé, mercredi 7 octobre à Casablanca, l’organisation de la première édition du Symposium «Fibre optique et bâtiments intelligents» le mardi 20 octobre à Casablanca.
Avec une bande passante beaucoup plus large, la convergence, la domotique et la connectique, aujourd’hui au menu des réalisations urbanistiques, deviennent plus aisées. Dans tous les cas, la fibre optique ou Fiber to the home (FTTH, pour fibre jusqu’à l’abonné) est à nos portes. Au Maroc, il s’agit d’un enjeu majeur de développement économique qu’autant les pouvoirs publics que les opérateurs économiques ne comptent pas rater. Parce que la tendance est aux bâtiments intelligents, un premier symposium, au slogan «Le Très haut débit partout et pour tous», entend réunir tous les acteurs de cet écosystème, à savoir les fournisseurs de services, investisseurs, promoteurs immobiliers, architectes, équipementiers, bureaux d’études… autour de la problématique du bâtiment câblé (fibre optique). 

Pour réussir cet événement, l’initiateur AOB Group s’est entouré d’institutionnels, tels que la FNPI, l’opérateur télécom Méditel, le fondeur chinois Huawei, MedZ Sourcing, filiale de CDG Développement, le fabricant OFS de fibre optique, l’intégrateur Teleco et le cluster EMC qui est sous la tutelle du ministère marocain de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Outre des séances plénières, la manifestation sera ponctuée de tables rondes et de rencontres B2B. A noter que l’ouverture du symposium sera rehaussée par la présence de Mohamed Nabil Benabdallah, ministre marocain de l’Habitat et de la politique de la ville. 

Démocratiser la fibre


Justifiant la tenue d’une telle manifestation, l’architecte Fouad Akkalay, du groupe Archimédia, a rappelé l’assertion d’un de ses professeurs soutenant : «Le monde sera divisé en deux groupes : les branchés et les non-branchés». De son avis, si actuellement les installations en fibre optique ne sont pas monnaie courante au Maroc, il a espoir que tout sera fait pour qu’on s’y mette dans son pays, à défaut de devenir le ¼ monde de la fibre optique… réel partisan du bâtiment câblé, il préconise une réglementation à la française qui s’y est mise depuis 2012. 

Pour Ahmed Khaouja, ingénieur d’Etat en télécommunications et DG de PTT (Promotion des Télécoms et des Tics), la fibre optique est déjà sur le marché. Il en veut pour preuve la plateforme Atlantic Free Zone de Kénitra au Maroc, qui est à 100% un aménagement à la fibre optique. Ce qu’a du reste confirmé Hossam Alami de MedZ Sourcing, qui a soutenu que cette zone franche est précâblée depuis 2008, un atout supplémentaire pour inciter les investisseurs à s’y implanter. Cet expert trouve que l’intérêt d’une telle rencontre est de savoir comment vulgariser cette technologie. Dans cette équation, le paramètre de l’investissement du génie-civil reste le plus difficile à résoudre. Quant à la disponibilité de la fibre optique sur le marché marocain, Rachid Morad Fatih, d’OFS Tanger, est revenu sur la mise en place d’une unité de production de fibre optique à Tanger d’ici l’an prochain. Un chantier qui va nécessiter un investissement de 8 millions de $, pour produire toutes solutions de FTTH. 

Une révolution


A l’annonce de cet important événement qui révolutionnera peut-être le BTP et tout l’écosystème de la connectique au Maroc, Rachid Naanani, président du cluster EMC, a fait mention de la réalisation d’un logement-témoin à énergie positive, revenant à 2 000 à 2 200 DH TTC/m². Si l’arsenal réglementaire avance dans le bons sens, ce type de logement, au taux d’intégration à 95% par des industriels locaux, qui est doté d’une ferme solaire et câblé, se déclinera sur un projet de 300 logements. Ce type de bâtiments, où sont utilisées des peintures écologiques, qui garantissent une isolation acoustique inférieure à 50 db, pourrait être à la portée de tous les budgets. Certes, le calcul de l’enveloppe thermique est à faire, mais néanmoins, si les pouvoirs publics jouent le jeu, notamment en termes d’investissements sur le génie civil, il a de beaux jours devant lui. Xu Xujing, directeur général de Huawei Maroc, soutiendra justement que la fibre ne coûte rien. Il croit que le Maroc a la chance de ne pas reproduire les erreurs des Européens et des Chinois. Pour introduire la fibre optique dans les vieux bâtiments, ils ont du détruire pour les installer. 

Daouda MBaye
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Nairobi, capitale du Kenya, vient d’abriter pour la première fois la conférence "Morocco–Kenya...
[La suite...]

Au Sénégal, le mandat du «Wax waxxeet», qui signifie le fait de se dédire en wolof, langue...
[La suite...]

Un déjeuner de travail a été organisé par le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa)...
[La suite...]

Afin d’améliorer l’attractivité des produits d’artisanat au Maroc et à l’international, le...
[La suite...]

Environ 41 millions d’euros, c’est le montant du prêt octroyé par la Banque africaine de...
[La suite...]

La Société commerciale de banque (SCB), appartenant à Attijariwafa bank, fait partie, avec les...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×