Climat : Mbarka Bouaida expose le plan Halieutis à New York Version imprimable
10-06-2017
En marge de la Conférence de l’ONU sur les océans, récemment tenue à New York, Mbarka Bouaida, secrétaire d’État auprès du ministre marocain de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, chargée de la Pêche maritime, a dévoilé, au cours d’un Side Event sur les pêches maritimes et l’aquaculture en Afrique et l’impact du changement climatique, les spécificités et perspectives du plan Halieutis.
L’exploitation légitime des ressources halieutiques doit se faire dans le sillage des Objectifs de développement durable (ODD14). Le plan Halieutis du Maroc, axé sur le développement d’une nouvelle dynamique dans le secteur halieutique, va dans ce sens. Lors du Side Event de jeudi dernier, organisé par le Maroc sur les pêches maritimes et l’aquaculture en Afrique et l’impact du changement climatique, Mbarka Bouaida, secrétaire d’État auprès du ministre marocain de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, chargée de la Pêche maritime, l’a démontré, soutenant que les piliers du plan Halieutis, lancé en 2009, répondent parfaitement à ces objectifs.

En marge de la Conférence de l’ONU sur les océans, elle est revenue sur une démarche qui se décline en 3 stratégies principales, à savoir la durabilité, en assurant la pérennité du secteur pour les générations futures, la performance, à travers la gestion de manière efficiente des équipements et infrastructures de débarquement, et enfin la compétitivité, via une offre de produits bien valorisés et compétitifs.

Plus de valeur ajoutée


Face à une assistance comprenant Oumar Guèye, ministre sénégalais de la Pêche et de l’économie maritime, Árni Mathiesen, directeur général adjoint de la FAO, des diplomates et nombreux experts, elle a brossé dans un bilan succinct les ombreuses réalisations à l’actif d’un tel plan. Halieutis s’est effectivement traduit, en l’espace de quelques années, en la réalisation de plus de 15 plans d’aménagements, basés sur un système de zoning, de repos biologiques, de quotas, tous accompagnés d’un système de contrôle pour garantir leur bonne mise en œuvre. En termes de renforcement des infrastructures, la ministre de tutelle a précisé la mise en place de halles de poisson, de points de débarquements et autres aménagements dédiés à la commercialisation et la valorisation des produits de la pêche.

L’initiative Ceinture Bleue, lancée en novembre dernier durant la COP22 et visant à transformer les contraintes liées au changement climatique en opportunités pour le développement économique et social en Afrique, n’a pas été omise. Pour Mbarka Bouaida, une telle initiative mérite que l’on conjugue tous les efforts et connaissances scientifiques en vue de maintenir un océan sain, capable de fournir une alimentation et une vie sur ses côtes durables et pérennes pour les générations futures.

Le respect scrupuleux de toute cette approche n’a d’ailleurs pas tardé à porter ses fruits dans un secteur qui s’est érigé parmi les plus porteurs au Maroc. D’aucuns ont évoqué les effets multiplicateurs du plan Halieutis qui voit la production grimper de 950 000 t en 2011 à 1,36 million de t en 2016. En termes de performances aussi, les recettes en devises issues de l’exportation des produits de la pêche sont allées crescendo pour atteindre les 2 milliards de $, en 2016.

Daouda MBaye, rédacteur en chef
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×