Accès abonné :              
Comment Pékin a vécu l’intervention française en Côte d’Ivoire Version imprimable
05-07-2011

Houphouët-Boigny se méfiait de la Chine. « Envahissante », confiait-il aux Français. Après sa mort, les autorités chinoises ont juré de faire d’Abidjan l’une des bases stratégiques de leur déploiement en Afrique. L’intervention militaire française dans la crise postélectorale ivoirienne a été vécue comme un cauchemar par Pékin. Un cauchemar silencieux. Un silence à la chinoise.

12_13_chine-cote.jpg

CI_Chine-16.jpg

12_13_Clinique_Chinoise_Ferke.jpg


12_13_chine-cote-ivoire.jpg


Entre 2000 et 2010, la Chine a multiplié par dix ses échanges avec l’Afrique [5], atteignant 129 milliards de dollars et devenant son premier partenaire commercial.

« Ne vous mettez pas en avant, mais ne restez pas en arrière »

En 1995, soit deux ans après la disparition du président Félix Houphouët-Boigny, Jiang Zemin donna le top départ de l’internationalisation des entrepreneurs chinois : « Sortez, avait lancé le dirigeant communiste, devenez des entrepreneurs mondiaux ! » Plusieurs entreprises chinoises avaient choisi l’Afrique, et la Côte d’Ivoire en particulier, parce qu’elles pouvaient, en tant qu’outsiders, voir leurs concurrents occidentaux à l’œuvre et les étudier, sans être trop jugées sur la qualité de leurs produits par trop bon marché. La musique était la même pour toutes : « Ne vous mettez pas en avant, mais ne restez pas en arrière. » En attendant de prendre racine. Depuis lors, « le gouvernement chinois encourage donc les entreprises à investir en Afrique dans des secteurs aussi variés que le commerce, l’agriculture, la construction, les mines, le tourisme », confiait He Wenping, directeur des études africaines à l’Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, à l’hebdomadaire Jeune Afrique le 8 juin 2009.

L’offensive économique ivoirienne, quant à elle, a été amorcée en mai 2009. Une quarantaine d’officiels et de dirigeants d’entreprises (Anare, Gestoci, Petroci, port autonome d’Abidjan, Sodemi, etc.) avaient alors effectué le voyage de Shanghai à l’occasion du IIème Forum de promotion des matières premières et de l’industrialisation, du 18 au 22 mai 2009, avec pour objectif d’attirer les grandes entreprises publiques chinoises en Côte d’ivoire.

Bien que l’Hexagone reste le plus important partenaire commercial de la Côte d’Ivoire, avec quelque 600 entreprises françaises gérant jusqu’à 30% du PIB ivoirien, force est de constater que le volume des échanges commerciaux entre Abidjan et Pékin a connu un bond spectaculaire au cours des dix dernières années.

 

« Point n’est besoin d’élever la voix quand on a raison »

Dès le début de la crise consécutive à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d’Ivoire, la Chine a appelé les parties prenantes au dialogue en mettant en avant le dispositif de médiation africain. « Nous apprécions les efforts positifs de l’Union africaine et de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest pour promouvoir une résolution pacifique de la crise en Côte d’ivoire », avait déclaré Hong Lei, porte-parole du Ministère chinois des affaires étrangères, le 6 janvier 2011 à Pékin. Dans le fond, le discours des autorités chinoises est resté quasi constant durant tout le conflit, les Chinois repoussant toute idée d’intervention militaire, malgré les pressions de la France. Ce qui a fait dire à certains diplomates français, dans les couloirs de Bruxelles, que la Chine soutenait Laurent Gbagbo. Sans totalement écarter cette éventualité, il convient cependant de replacer l’attitude des Chinois dans son contexte idéologique et stratégique. « Point n’est besoin d’élever la voix quand on a raison », aiment à dire les officiels chinois pour habiller leur refus de toute opposition frontale, même lorsqu’ils observent – comme dans les cas de la Libye et de la Côte d’Ivoire – que les guerres pour « sauver les vies civiles » sont aussi des guerres économiques. Et un vrai cauchemar pour l’expansion chinoise en Afrique. Tout en se dotant des moyens financiers, scientifiques, technologiques, militaires, diplomatiques et culturels dignes d’une superpuissance, la Chine – dans son ascension – évite, pour le moment, d’en revêtir les habits [1], limitant ainsi ses responsabilités dans le désordre international.

 

« Trop de colle ne colle plus, trop de sucre n’adoucit plus »

D’après de nombreux analystes présents en Afrique du Sud le 4 mai 2011, la Côte d’Ivoire d’après-crise était bel et bien dans la ligne de mire de Pékin lorsque Liu Guijin, représentant spécial de son ministre des Affaires étrangères, déclarait lors du XXIème Forum économique mondial sur l’Afrique : « Nous allons investir dans des zones industrielles et contribuer au développement de l’industrie manufacturière. » Parlant du « retour en force de Paris en Côte d’Ivoire », les diplomates chinois estiment, en privé, que « trop de colle ne colle plus… », même s’ils sont conscients que les échanges entre l’Afrique et l’empire du Milieu ne sont pas à la hauteur du discours politique [2]. D’ailleurs, « ils ne le sont pas non plus avec les autres partenaires que sont l’Union européenne ou les États-Unis […]. Nos échanges contribuent quand même à hauteur de 20% à la croissance africaine », se défendent les autorités chinoises, qui misent par ailleurs sur un dispositif d’influence extrêmement rôdé. Le leadership chinois sur le continent noir [3] est un mélange de puissance et de discrétion où rhétorique, remises de dettes, programmes de coopération, produits bon marché, constructions d’infrastructures de santé, d’éducation et de sport arrosent l’ensemble de la cible, du sommet à la base.

 

« Il ne faut jamais lancer de pierre quand on habite une maison de verre »

L’une des raisons de la percée chinoise en Afrique tient de la rhétorique politique. Les vertus « gagnant-gagnant » d’une coopération Sud-Sud et « les rapports d’égalité, de respect, d’amitié et de fraternité » reviennent constamment aux lèvres des dirigeants chinois.

Au creux de l’oreille ou dans les grands fora internationaux, les officiels chinois se plaisent à rappeler à leurs homologues africains que « dans les affaires internationales, la Chine et l’Afrique se sont toujours prêtées confiance et concertées pour défendre les intérêts légitimes des pays en développement. » [4] Les gouvernements africains et chinois essuient régulièrement les mêmes critiques au sujet des droits de l’homme et de la démocratie, et vivent généralement toute ingérence étrangère dans leurs affaires intérieures comme une attaque ennemie. Or la stratégie chinoise enseigne qu’« il ne faut jamais lancer de pierre quand on habite une maison en verre ». Au-delà des enjeux géostratégiques, c’est là une des principales raisons internes qui justifient que « Pékin préfère l’ordre établi aux révolutions en pays amis », que ce soit en Côte d’ivoire, en Corée du Nord, au Soudan, en Syrie, au Zimbabwe ou en Libye. Cela étant, la présence du président Sarkozy, accompagné des dirigeants de grandes entreprises françaises tels que Martin Bouygues, Michel Roussin, Vincent Bolloré ou encore Alexandre Vilgrain, patron du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN), à la cérémonie d’investiture du président Ouattara le 21 mai 2011 à Yamoussoukro montre bien que la France entend toucher les dividendes de son soutien au nouveau chef de l’Etat ivoirien.

 

« Pourquoi se jeter à l’eau avant que la barque n’ait chaviré ? »

A Paris, quelques analystes du Quai d’Orsay estiment que « Pékin paiera cher son soutien au président Gbagbo ». En cause, entre autres, le don de produits effectué le 8 mars 2011 à Abidjan par l’ambassadeur Wei Wenhua.

L’une des raisons de la percée chinoise en Afrique tient de la rhétorique politique. Les vertus « gagnant-gagnant » d’une coopération Sud-Sud et « les rapports d’égalité, de respect, d’amitié et de fraternité » reviennent constamment aux lèvres des dirigeants chinois.

Réagissant à cette question, en privé, un attaché militaire chinois se défendait ainsi fin mars : « Mais pourquoi se jeter à l’eau avant que la barque n’ait chaviré ? » Il faut dire que cette aide chinoise était d’autant plus sensible qu’Issa Malick, alors ministre ivoirien de l’Agriculture, avait déclaré : « A ce moment précis où notre pays traverse l’une des plus grandes crises de son histoire, ce don de produits agricoles et de matériels mécaniques pour la relance de la riziculture est un signe fort qui témoigne du soutien indéfectible de la Chine, grand producteur de riz, au peuple souverain de Côte d’Ivoire. » Toujours fin mars, la décision de Noble Group de s’acquitter des impôts exigés par Laurent Gbagbo suite à l’ordonnance du 7 mars 2011 prescrivant la saisie et la vente de près de 400 000 tonnes de stocks de cacao entreposé, a été ressentie par le camp Ouattara comme une bouffée d’oxygène chinoise offerte à un adversaire placé sous asphyxie financière. Certains stratèges chinois estiment d’ailleurs que leur gouvernement a manqué de lucidité dans cette affaire. D’autres relativisent, évoquant « une action humanitaire destinée à sauver des populations civiles » dans le premier cas, et à « respecter la loi » dans le second. Reçu en audience le 3 mai 2011 par le président Ouattara, l’ambassadeur de Chine à Abidjan s’est dit soulagé par la fin de la guerre dans le pays. Wei Wenhua a salué la politique de réconciliation et de réunification initiée par le nouvel exécutif, et réaffirmé l’engagement de la Chine à contribuer à la reconstruction et au développement socioéconomique de la Côte d’Ivoire.

 

« On ne rassasie pas un chameau en le nourrissant à la cuillère »

Bien que l’Hexagone reste, en juin 2011, le plus important partenaire commercial de la Côte d’Ivoire, avec quelque 600 entreprises françaises gérant jusqu’à 30% du PIB ivoirien, force est de constater que le volume des échanges commerciaux entre Abidjan et Pékin a connu un bond spectaculaire au cours des dix dernières années, passant d’une soixantaine de millions de dollars en 2002 à plus d’un demi-milliard $ en 2009. « On ne rassasie pas un chameau en le nourrissant à la cuillère », ironisent les analystes chinois en pointant la chute drastique des échanges commerciaux de la France avec l’Afrique : de 40% dans les années 60 à 2% en 2010, alors qu’entre 2000 et 2010 la Chine a multiplié par dix ses échanges avec l’Afrique [5], atteignant 129 milliards de dollars et devenant son premier partenaire commercial.

D’après le rapport La Chine en Afrique, publié le 21 avril 2011 par Renaissance Capital, les échanges entre le continent noir et l’empire du Milieu pourraient atteindre 400 milliards en 2015. Devant ce tableau, Pékin espère secrètement que l’intervention militaire française au pays d’Houphouët-Boigny participe des derniers soubresauts d’une puissance en déclin.

 

1. Barthélémy Courmont, Chine, la grande séduction. Essai sur le soft power chinois, Editions Choiseul, Paris, 1990, page 69.

2. Guy Gweth : « Les cinq piliers de la puissance chinoise en Afrique », in Les Afriques, n°149, du 27 janvier au 2 février 2011, page 19.

3. Guy Gweth : « Grandeurs et décadence de la Chine-Afrique minière », in Commodesk.com, 9 mars 2011.

4. Hu Jintao, extrait du discours prononcé le 4 novembre 2009 lors du Sommet Chine-Afrique à Charm el-Cheikh, en Egypte.

5. Guy Gweth : « La coopération sino-camerounaise déchiffrée », in Afrology.com, 27 décembre 2010.

 

 

Guy Gweth, conseil en intelligence économique & stratégique chez Knowdys www.knowdys.com – http://africadiligence.com

 
< Précédent   Suivant >