Côte d’Ivoire : Coca-Cola à la rescousse de la lutte contre la mortalité infantile Version imprimable
02-10-2017
Le géant américain Coca-Cola, à travers sa Fondation, a fait jeudi 28 septembre un don de 6 milliards de f CFA au gouvernement ivoirien, dans le cadre de l’appui à la politique du ministère ivoirien de la Santé, afin de parvenir à la réduction de l’épineuse question de la mortalité infantile.
La Fondation du groupe Coca-Cola vient de signer à Abidjan un mémorandum de financement avec le gouvernement ivoirien, représenté par la ministre de la Santé, Raymonde Goudou Koffy, assistée de son collègue de l’Industrie, Émile Brou. Il s’agit d’appuyer la politique gouvernementale, en matière de construction de centres de santé, comme l’a souligné Raymonde Goudou Koffi, en direction de la mère et de l’enfant, dans la perspective in fine de contribuer à la réduction de la mortalité infantile.

Le groupe Coca-Cola fortement représenté, lors de cette cérémonie de signature du mémorandum, a clairement indiqué par la voix de Brian Smith, président Europe, Moyen-Orient, que le groupe n’est pas seulement une société de production et de commercialisation de boissons, c’est un industriel qui œuvre aussi à travers sa fondation pour l’accompagnement du processus de développement des pays où il exerce ses activités. C’est dans ce contexte que le groupe apporte un don d’un montant global de 6 milliards de f CFA au ministère de la Santé de Côte d’Ivoire dans sa politique de réduction de la mortalité infantile et d’équipement des centres sanitaires maternels. Brian Smith, qui avait à ses côtés Don Dussey, Senior Communication et Manager Afrique de l’Ouest, a, au nom de Coca-Cola, exprimé au gouvernement ivoirien l’engagement du groupe à contribuer à l’essor économique de la Côte d’Ivoire. La signature du mémorandum entre le gouvernement ivoirien et le groupe Coca-Cola s’est effectuée en présence d'Emeke Lweriebor, directeur Afrique francophone de la Banque UBA, qui a aussi apposé la signature de son institution bancaire qui servira de transit de fonds dans le cadre de cette donation.

Prendre le problème à bras-le-corps
Pour rappel, les taux de mortalité infantile, bien que toujours élevés en Afrique subsaharienne, sont en régression et ce recul semble être relativement lent en Côte d’Ivoire. Il est probable que des facteurs propres à la Côte d’Ivoire expliquent ces faibles proportions de baisse. La problématique de la mortalité infantile reste et demeure une question cruciale et prioritaire pour les pouvoirs publics.

La mortalité des enfants de moins de 5 ans, considérée pendant longtemps comme un sujet ou phénomène démographique, sociologique, etc., ne relevant pas du champ de l’analyse économique, se révèle de plus en plus comme un problème central de l’économie du développement. Son ampleur dans les pays en développement, les coûts économiques et sociaux qu’elle génère, les obstacles qu’elle constitue à la réalisation des objectifs d’éducation, de croissance démographique et économique à long terme en font un phénomène dont l’analyse minutieuse s’impose aux économistes du développement.

La mortalité infanto-juvénile est l’un des problèmes sociaux les plus cruciaux en Afrique subsaharienne. En cela, elle a fait l’objet de nombreuses études pendant les deux dernières décennies. Plusieurs raisons expliquent l’intérêt des recherches pour la mortalité en général et pour celle des enfants en particulier.

L’Afrique subsaharienne est cette partie du monde qui concentre à elle seule 40% de la mortalité infanto-juvénile, alors qu’elle n’abrite que 14% de la population mondiale et 24% des enfants de moins de cinq ans y vivent. Le taux de mortalité infantile y est le plus élevé de tous les continents, soit 89%o (unicef/funeap)

Pour le groupe Coca-Cola, il faudrait dans un court, moyen et long terme parvenir à l’objectif zéro mort-né. Cet objectif, qui figure dans les politiques de développement publiques, devrait parvenir au but ultime, soit l’amélioration de la planification familiale en faisant en sorte qu’au 21ème siècle aucune femme ne décède en donnant la vie.

Rodrigue Fénelon Massala, journaliste grand reporter
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×