Côte d’Ivoire : Guillaume Soro se distingue Version imprimable
23-07-2017
Après trois semaines d’absence en Europe, Guillaume Soro a regagné Abidjan dans un contexte politique et sécuritaire tendu. À sa descente d’avion, il a délivré un message d’espérance au peuple ivoirien. Décryptage.
Côte d’Ivoire : Guillaume Soro se distingue Après trois semaines d’absence en Europe, Guillaume Soro a regagné Abidjan dans un contexte politique et sécuritaire tendu. À sa descente d’avion, il a délivré un message d’espérance au peuple ivoirien. Décryptage.
Après avoir exprimé sa joie de regagner son pays, Guillaume Soro a fait le point de la tournée qu’il a effectuée successivement en Belgique, au Luxembourg et en France. Durant son séjour européen, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne a observé l’emballement médiatique et politique du débat national, un débat entaché d’accusations diverses et variées avec en toile de fond la recherche de boucs émissaires autour de sa personne. Sans évoquer cette séquence, Guillaume Soro a solennellement délivré un message d’espérance dont Les Afriques s’est procuré une copie. Un message axé autour du pardon, de la réconciliation, du rassemblement et de la consolidation de la paix chèrement acquise par le peuple ivoirien au prix de souffrances et de vicissitudes historiques.

C’est dans cette optique que le président de l’Assemblée nationale ivoirienne a déclaré : «Je suis un acteur majeur de la crise de 2002. Je prends ma part de responsabilité et dès à présent, j’irai demander pardon aux Ivoiriens pour toutes les fautes que j’ai pu commettre. Je demanderai pardon à mes aînés Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et même Laurent Gbagbo». Un message de forte tonalité. Soro prononce pour la première fois le nom de Gbagbo outre les noms de Bédié et Ouattara dans le cadre du pardon. Cette posture de rassembleur, de pardon et de réconciliation que Soro adopte laisse voir qu’il a été depuis les dix dernières années au centre de la décision politique ; depuis Lomé Marcoursis Pretoria Accra 1 et 2 puis Ouagadougou à travers la signature de l’APO. Guillaume Soro a été un ou sinon le principal catalyseur du dénouement de la crise politique et un partenaire incontournable de la consolidation de la paix. C’est sans nul doute dans ce contexte que le speaker ivoirien, le plus jeune des acteurs clés de la scène politique qui a tout au long de son parcours connu des hauts et des bas, des divergences avec ses aînés ;((Ouattara, Bédié et Gbagbo), a voulu saisir cette occasion pour leur demander pardon en exhortant chacun d’entre eux à poursuivre les efforts de la réconciliation.

La Côte d’Ivoire doit préserver par tous les moyens une paix stable pour la nation, et pour chacun de ses enfants. L’art de la paix est un exercice difficile qui nécessite humilité, efforts et conscience. La paix est un choix et une expérience. Parce que les artisans d’un idéal de paix ne considèrent pas qu’elle est acquise. La Côte d’Ivoire connaît aujourd’hui des jours meilleurs que le pays n’a pu connaître il y a quelques années. La paix concerne tout le monde notamment les acteurs politiques. Ainsi pour Guillaume Soro, chacun doit se donner un rôle afin de préserver la paix. C’est ainsi qu’il fait observer dans ce message : «Personne n’a intérêt à jouer contre la paix, la tranquillité et la sérénité de la Côte d’Ivoire».
«Le chemin de la paix est un effort constant qui a toujours orienté et animé l’action du président de l’Assemblée ivoirienne», nous fait remarquer Konate Sidiki aux côtés du peuple ivoirien.

C’est avec cette philosophie et fort de son expérience depuis bientôt vingt ans au service de l’État et aux côtés du peuple puis en sa qualité de président de l’Assemblée nationale que Guillaume Soro prône à nouveau le pardon et la réconciliation en s’appuyant sur son discours du 3 avril 2017 a l’ouverture de la session parlementaire. L’Histoire ivoirienne est grande et forte, elle dépasse les humeurs des uns et des autres. Il est à signaler que les Ivoiriens qui ont traversé une crise militaropolitique ont le devoir d’honorer l’héritage du père fondateur de la Côte d’Ivoire Félix Houphouët-Boigny qui a donné à la Côte d’Ivoire de la splendeur et du respect, par delà les frontières. Houphouët le pensait, il le disait, «dans la recherche de la paix juste et durable, on ne doit pas hésiter, à un seul instant, à recourir avec obstination au dialogue».

La quête de la réconciliation doit donner à chacune et chacun confiance, parce que l’entreprise démocratique Soro la perçoit bien, loin de la menace, la sanction, l’exclusion. Il prône le rassemblement en invitant chaque entité du pays à y prendre part, y compris ceux qui ont choisi par le passé un chemin différent.

En scrutant le message de forte tonalité délivré par Guillaume Soro à sa descente d’avion, jeudi 20 juillet, nous retenons trois éléments fondamentaux : primo, Soro recentre le débat politique autour de la question du pardon ; secundo, il relance la question du chantier de la réconciliation en tendant la main même à Laurent Gbagbo ; tertio, il se positionne en homme du rassemblement balayant au passage l’image projetée par certains de ses adversaires internes et externes qui attendaient qu’il prononce un discours musclé ou se mue dans un silence. Guillaume Soro a pris tout le monde de court en délivrant aux Ivoiriens un message d’espérance, qui a pour mérite de décrisper l’atmosphère politique et sociale après la vague des limogeages des cadres proches du PDCI et de la mouvance Soro. Il a invité sa famille politique à ne pas se diviser, d’où l’appel au rassemblement.

Rodrigue Fénelon Massala
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×