Crise Libyenne : L’Union Africaine perd la Main Version imprimable
30-05-2018
A l’initiative de la France ,Une conférence internationale sous l'égide de l'ONU s’est tenu au palais de l’Elysee à Paris le mardi 29 mai pour enclencher selon le président Français Emmanuel Macron la voie à des élections avant la fin de l'année.
Dans la vision diplomatique du président Français Emmanuel Macron qui a fait du dossier Libyen une des Pierre angulaire de sa politique internationale dans le cadre du règlement de cette crise a initié cette conférence comme une nouvelle étape dans le processus de dialogue pour sortir de la crise libyenne après avoir réussi à réunir en juillet dernier le Premier ministre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar.

En plus de ces deux protagonistes, deux autres acteurs majeurs libyens sont présents à Paris : Aguila Saleh, le chef du Parlement et Khaled al-Mishri, le président du Haut Conseil d'Etat. Tous ont signer un déclaration commune de 8 points qui porte sur les élections.

Emmanuel Macron place cette conférence dans la continuité de la rencontre qui a eu lieu en juillet dernier entre Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, et Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d'union nationale. La crise Libyenne qui depuis 7 ans jours pour jours est devenu un fonds de commerce international où se mêle et s’entrechoque les diplomaties parallèles et les initiatives multiples et variées qui in fine compliquent le processus de sortie de crise.

En effet ,il sied de rappeler avant et après la chute du régime Kadhafi l’Afrique à tenter de créer les conditions de la reprise du dialogue entre les différents protagonistes Libyens .C’est dans ce contexte que l’Union Africaine more sur pied un comité de haut niveau composé de 6 chefs chefs d’Etat et placé sous la présidence du président du Congo Sassou Nguesso qui avait pour mission de tenter de nouer le fil du Dialogue . Malheureusement l’action de ce comité s’écartant fondamentalement de la véritable feuille de route tracée au niveau de l’union Africaine a été transformée en canaux de sauvetage du président Congolais qui a voulu s’appuyer sur ce comité pour revenir sur la scène internationale.

Ainsi il multiplie avec un ancien des réseaux de la France Afrique le nommé Jean Yves olivier les initiatives sans réellement atteindre l’objectif principal de la pacification et de l’unification de la Libye. Outre l’initiative menée par Sassou,les pays de la région notamment l’Egypte la Tunisie et l’Algerie en accord avec l’ONU mènent également des initiatives diplomatiques fructueuses qui aboutissent à la signature d’un accord entre les diffents protagonistes Libyens.

Entre temps les Emiras Arabes Unies de leurs côté également ne ménagent aucun effort pour engager les protagonistes Libyens sur la voie de la paix.

Au regard de tout ce qui précède et face à la multiplicité des initiatives de médiation sur le dossier Libyen ,la France autrefois pyromane se saisit du dossier Libyen . Emmanuel Macron fraîchement élu président de la France trouve la une occasion pour imprimer sa marque diplomatique.Il pense que la France qui a joué un rôle sont-il n’est pas fier dans la destruction de la Libye doit assister les Libyens à la reconstruction de leur pays . C’est ainsi en juillet 2017 à Saint Cloud il parvient à reunir au tour d’une table le Maréchal Aftar et le premier Ministre Fayez . Une initiative qui provoque l’ire des dirigeants de l’Union Africaine qui perçoivent déjà leur mise à l’écart progressive.

Entre chevauchement et multiplication des initiatives l’ONU a l’initiative de la France convoque à Paris les diffents protagonistes en conviant l’Union Africaine et les pays voisin à une réunion à paris.

Au cours de cette réunion, il sied de le notifier Emmanuel Macron avec l’appuie de l’ONU et des pays de la ligue Arabe vient de dessaisir officiellement l’Union Africaine du dossier Libyen . Désormais c’est Macron qui tient les manettes . Le communiqué conjoint signé par les différents protagonistes Libyens ne mentionne nul part le rôle et les initiatives de l’Union Africaine de son fameux comité de haut niveau présidé par Sassou.

Un communiqué de Huit points pour des élections
Selon nos informations, le texte de ce nouvel accord politique interlibyen comprend huit points qui porteront sur le calendrier et les conditions de la tenue des élections prévues avant la fin de cette année, selon un calendrier qui sera précisé par Ghassan Salamé, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, en concertation avec le Premier ministre Fayez al-Sarraj.

Au terme de notre analyse ,nous sommes en droit de le notifier avec objectivité que l’Afrique vient de perdre la main sur le dossier Libyens.

Les Afriques
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les principaux protagonistes de la crise libyenne se sont retrouvés le 29 mai 2018 à Paris autour...
[La suite...]

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, a annoncé le...
[La suite...]

Les 54e assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) se tiendront en 2019 à...
[La suite...]

La 13è session du Conseil économique et social du Forum des Nations Unies sur les Forêts, a...
[La suite...]

Lors d'une conférence de presse au Parlement européen à Bruxelles, Ana Gomes a fait valoir que la...
[La suite...]

Une loi sur le statut d'anciens présidents au coeur d'une session parlementaire en RDC.
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×