Droit maritime : Le Maroc et l’Afrique face aux défis de la mer Version imprimable
03-03-2017
«Droit de la mer : Quelles actualités et quels défis?» est le thème de la rencontre, tenue le vendredi 3 mars, à la Faculté des sciences de Rabat. Les spécialistes de la mer et du droit maritime ont discuté des enjeux juridiques et institutionnels, des dimensions économiques et des préoccupations environnementales ainsi que des aspects sécuritaires et migratoires dans la gestion des mers. Le cas du Maroc et des pays africains était au cœur des débats.
Pendant une journée, les spécialistes du droit de la mer, venus du Maroc mais aussi des pays comme l’Allemagne, le Niger, se sont penchés sur les différents enjeux du droit maritime. D’abord, les enjeux juridiques et institutionnels ont trait à la question de la démarcation des espaces maritimes et de la distribution des richesses en mer et le droit à l’accès à la mer pour les pays de l’intérieur, enclavés.

Un point crucial d’autant plus que l’Afrique compte le plus grand nombre de pays sans littoral au monde, d’où l’importance du respect des règles de la convention des Nations unies sur le droit de la mer pour ces pays privés d’accès. Une attention particulière a été portée à la jurisprudence récente du Tribunal international du droit de la mer et aussi sur la délimitation du plateau continental marocain dans l’océan Atlantique.

Autre aspect majeur abordé par les spécialistes de la mer est la prise en compte des dimensions économiques et environnementales. Les pays africains essaient d’apporter une réponse coordonnée à ces défis à travers notamment la Coopération halieutique entre les États africains riverains de l’océan Atlantique (Comhafat). En outre, la convention internationale du droit de la mer a été présentée comme un levier pour la croissance, la protection et la valorisation des espaces maritimes des États parties.

Il a été question de l’adhésion du Maroc à cette convention. Une adhésion importante dans un contexte où la Méditerranée doit faire face entre autres aux défis externes du trafic croissant du transport des hydrocarbures. En effet, l’optimisation du transit des produits pétroliers face à la mondialisation doit allier exigences environnementales et intelligence des stratégies. Les mers sont aussi confrontées à la question de la sécurité, liée à la présence de pirates, aux trafics de drogues ou de migrants. Pour y faire face, le Maroc a développé une stratégie, une approche adaptée, vu son positionnement géopolitique maritime de pont entre l’Afrique et l’Europe. Pour plus d’efficacité, le Royaume agit en concomitance avec d’autres pays du continent dans le cadre de la Stratégie maritime intégrée 2050 de l’Afrique.

Maimouna DIA
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×