Etats-Unis d’Amérique : Quoi ? Voter pour Trump, moi jamais ! Version imprimable
28-07-2016
Donald Trump est le candidat du parti républicain à l’élection présidentielle de cette année. L’homme est un personnage emblématique connu pour ses déclarations contre le sexe opposé, les immigrants mexicains et les musulmans. D’un côté, il n’est pas le chouchou du parti républicain, et de l’autre côté son message, à caractère populiste, fait l’affaire d’un électorat de race blanche très frustré par la situation politique et économique actuelle…
Pour la présidentielle de 2016, le candidat républicain divise, même au sein de son parti. Dans le lot des républicains, un groupe très conservateur refuse d’être parmi les adeptes de Trump. Ils jurent par tous les moyens de ne pas voter pour lui. C’est ce lot que le journal de Bloomberg a interrogé pour connaître son background. Il a mentionné plusieurs raisons pour lesquelles ces durs conservateurs ne voteront pas pour Trump. Dans cette analyse de notre confrère, je me suis penché sur l’historique de leurs votes. Avec un peu d’ingéniosité, j’ai créé une base de données sur eux pour faire une étude analytique de ces personnes qui disent «Quoi? Voter pour Trump, moi jamais !»

La clé au noyau dur


L’étude analytique se focalise sur une liste de républicains qui ont exprimé le désir de ne pas voter pour Trump. Les variables ou paramètres qui entrent en jeux sont premièrement ceux qui ne voteront pas Trump, mais qui ont voté Clinton, Reggan, Bush, Mc Cain et Romney, deuxièmement ceux des électeurs qui se disent être actifs dans la vie du parti (volontaires, financiers).

Aussi, le plus faible pourcentage de ceux qui ne voteront pas pour Trump, mais qui ont voté pour Bill Clinton, est le taux le plus faible (5%). Ne demandez pas à des républicains durs de peau de voter pour un démocrate. Une part de 30% de personnes, qui ont voté Reagan et 31% qui ont voté pour Bush, ont déclaré «ne pas voter Trump». A travers ce taux, on peut affirmer sans problème que la mémoire politique de Reagan commence à s’évaporer, grâce à un changement démographique. Quant au président Georges Bush, le pourcentage contre Trump pourrait s’élargir suite à la campagne politique sans vergogne que ce dernier a tenue contre Jeb Bush. Comment Trump peut-il approcher les fidèles de Mc Cain et Romney quand celui-ci les a pratiquement humiliés ? Une analyse d’ailleurs montre que ces deux groupes ont leurs distributions très fortement corrélées. Il ressort de cette étude que le grand obstacle à la présidence de Trump est le noyau conservateur. Ce sont des électeurs qui sont activement impliqués dans la vie politique du parti. Parmi eux, 85% ne voterons par Trump.

Francis Konan, économiste et analyste politique
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×