Gambie : Yahya Jammeh récuse les résultats Version imprimable
11-12-2016
Hier soir, la nouvelle est tombée comme un couperet. Le président sortant aux dernières élections en Gambie, qui avait commencé à reconnaître les résultats de la présidentielle, le 2 décembre 2016, allant jusqu’à féliciter Adama Barrow, candidat d’une coalition de l’opposition, est revenu sur tout cela...
La volte-face de Yahya Jammeh a pris de court tous les observateurs. Il est tout simplement revenu, dans la soirée du vendredi 9 décembre 2016, sur ses propos du lendemain du scrutin. C’est un véritable coup de théâtre! C’est vraiment le cas de dire, «chassez le naturel, il revient au galop». En effet, l’autocrate, qui a pendant quelques jours poussé les plus sceptiques d’entre nous à signer des billets saluant l’acte d’un «démocrate» majeur, n’a pas trouvé mieux à faire que de refuser les résultats du vote présidentiel du 1er décembre.

Le putsch de trop


Dès l’annonce du putsch – il faut appeler un chat un chat –, les réactions n’ont pas tardé. Le président élu a vigoureusement condamné la sortie de celui qu’il a vaincu, l'appelant à plus de retenue, non sans lui signifier que l’annulation du scrutin et l’organisation d’un nouveau incombent à la Commission électorale indépendante... Au Sénégal voisin, le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, a rendu le message de l’État pour une saisine du Conseil de sécurité de l’ONU, des organes compétents dans la sous-région et de l’UA.
Dans tous les cas, après ce long règne de Yahya Jammeh, sans partage, certains rares analystes restaient sceptiques suite à sa brusque métamorphose. Ces derniers jours, il a refusé au président élu les plateaux de la chaîne de télévision nationale gambienne, convoqué ses fidèles de l’armée pour distribuer de complaisantes promotions, et n’a pas gobé que ses «électeurs-mercenaires» aient été empêchés de traverser la frontière sud pour un bourrage traditionnel des élections... La sortie des prisonniers politiques, dont notamment Ousainou Darboe, avec les langues qui ont commencé à se délier ont fait le reste...
Banjul, la capitale, quadrillée par des forces loyales à Jammeh vit un calme précaire. Les Gambiens restent accrochés à la décision du Conseil de sécurité des Nations unies...

Daouda MBAYE, rédacteur en chef
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Au Sénégal, le mandat du «Wax waxxeet», qui signifie le fait de se dédire en wolof, langue...
[La suite...]

Nairobi, capitale du Kenya, vient d’abriter pour la première fois la conférence "Morocco–Kenya...
[La suite...]

Un déjeuner de travail a été organisé par le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa)...
[La suite...]

Afin d’améliorer l’attractivité des produits d’artisanat au Maroc et à l’international, le...
[La suite...]

Environ 41 millions d’euros, c’est le montant du prêt octroyé par la Banque africaine de...
[La suite...]

La Société commerciale de banque (SCB), appartenant à Attijariwafa bank, fait partie, avec les...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×