Interview Khadija Boujanoui : «Le pouvoir des femmes est aussi une affaire d’hommes» Version imprimable
03-03-2017
La présidente du Comité Parité & Diversité de 2M Maroc et non moins directrice financière et du contrôle de gestion de la chaîne, Khadija Boujanoui, met ici l’accent sur l’ambition des "Panafricaines", 1er Forum de femmes journalistes d’Afrique, pour créer une passerelle à même d’aboutir à des synergies, mais aussi sur le travail de longue haleine des femmes pour combattre les clichés, le rôle des femmes dans le développement…
Les Afriques : Quelles ont été les importantes contraintes auxquelles vous avez fait face dans le montage du projet des "Panafricaines"?
Khadija Boujanoui : Pour commencer, je dirais que c’est un projet qui a été très exigeant, mais aussi très passionnant. Dans ce genre de mission, le défi est quotidien. Après les idées et la gestation, il a fallu bâtir un premier socle en créant rapidement une base de données, un répertoire qui regroupe toutes les journalistes de l’Afrique francophone. Le plus difficile, je pense, a été cette partie, ce travail de recherche minutieux et d’identification de ces compétences qui ne sont pas suffisamment mises en avant sur les sites et les organisations continentales. D’ailleurs, c’est un constat que nous avions établi depuis plusieurs mois. C’est pour pallier cette situation que nous avons pensé à créer une passerelle qui permettra de créer une synergie. Nous travaillons actuellement sur la création d’un site qui permettra de rassembler toutes ces compétences et faciliter leur mise en contact.

Aujourd’hui que la femme a prouvé ses compétences, croyez-vous que le combat du genre soit désuet? Sinon, pourquoi?
Si le combat du genre était désuet, le principe de la rémunération égale pour un travail de valeur égale serait respecté entre hommes et femmes (rires). Il faut bien sûr saluer les avancées réalisées, mais aussi savoir être réaliste et lucide, la situation des femmes marocaines et africaines est encore fragile. Un grand pourcentage de femmes est encore confronté à de multiples obstacles qui empêchent leur autonomisation sociale, économique et politique. Les femmes sont sous-représentées dans les espaces décisionnels. Le Comité que je préside se bat au quotidien pour que la parité soit respectée à l’antenne et que l’image de la femme soit valorisée. La veille, que ce soit en amont ou en aval, est permanente pour combattre les clichés. C’est un travail de longue haleine. Vous le savez très bien, les stéréotypes ont la vie dure, ils restent vivaces.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.

Propos recueillis par D. MBaye

Bio-express
Khadija Boujanoui est présidente du Comité Parité & Diversité de 2M et directrice financière et du contrôle de gestion de la chaîne.
Après des études supérieures à l’université de Nice Sophia Antipolis et une expérience au sein d’une multinationale, Wasteels SAM, basée à Monaco, en tant qu’analyste financière, Khadija Boujanoui intègre 2M en décembre 2005 en tant que directrice financière. A ce titre, elle est acteur majeur dans la mise en œuvre du changement structurel au niveau de la direction financière. Grâce à ses qualités managériales affirmées et son sens de la communication et du contact, elle a créé une solide cohésion et a réussi à fédérer des équipes pluridisciplinaires. En parallèle de son implication en tant que directrice financière, Khadija Boujanoui assure depuis 2013 la présidence Comité Parité & Diversité de 2M. Elle représente activement la chaîne dans toutes les manifestations et actions d’organismes œuvrant dans le domaine de la parité et de l’image de la femme.
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Patrice Talon au Bénin qui a abandonné son projet de nouvelle Constitution, Ibrahim Boubacar...
[La suite...]

Royal Air Maroc et Boeing ont révélé, ce mercredi 21 juin 2017, la commande d’une conversion du...
[La suite...]

Les forums et autres séminaires sont utiles à plus d’un titre, en ce sens que ce sont des...
[La suite...]

Afin d’offrir un accompagnement de proximité aux entreprises marocaines, disposant d’un fort...
[La suite...]

Wari veut occuper le terrain de la high-tech africaine. Kabirou Mbodje, PDG de Wari, entend bien...
[La suite...]

Il y a quelques jours, une femme et sa fille sont mortes d’une intoxication à la toxine botulique....
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×