Interview Konimba Sidibé, ministre de la Promotion des investissements et du secteur privé du Mali Version imprimable
05-10-2017
Le Mali est le premier producteur de cheptel en Afrique de l’Ouest, le 2ème producteur de coton, possède 43 millions d’hectares de terres arables et a eu une croissance de 5,3% en 2016. Dans cet entretien, Konimba Sidibé, ministre de la Promotion des investissements et du secteur privé du Mali, nous apporte, en marge de la conférence «Africa Convergence» de Casablanca, des éclaircissements notamment sur l’attractivité du pays, les politiques sectorielles pour attirer les investissements, et le Forum international Invest in Mali, prévu à Bamako les 7 & 8 décembre 2017.
Les Afriques : Quelle est la valeur ajoutée du Mali en termes d’attractivité pour les investisseurs?
Konimba Sidibé :
Le Mali comme les pays de la sous-région présente d’énormes potentialités en matière d’investissements. Que ce soit au Mali, au Sénégal ou autres, l’investissement étranger est en train de connaitre un essor jamais égalé par le passé, et c’est valable aussi pour l’investissement local. Le taux de croissance dans ces pays tourne autour de 5 à 6% en moyenne alors que dans d’autres pays du monde, une croissance de 2% est rare et fortement appréciée. Le Mali en particulier présente une attractivité spécifique pour les investisseurs, celle de pouvoir se positionner sur des opportunités réelles en matière de développement de filières industrielles, que ce soit dans l’agriculture, l’énergie ou les infrastructures.

Dans quels secteurs le Mali a-t-il des avantages concurrentiels par rapport à ses voisins pour attirer les investisseurs?
Le Mali est le premier producteur de céréale, de bétails, de l’or et dans beaucoup d’autres domaines dans l’espace Uemoa. Chaque pays à ses avantages comparatifs et le Mali est loin d’exploiter pleinement son potentiel agricole. Parmi les défis pour le Mali, on peut citer le domaine de l’agriculture, pour lequel nous recherchons à favoriser et à développer l’entrepreneuriat et les investissements locaux et internationaux. Il est question de réaliser une véritable transformation structurelle de l’agriculture permettant de hisser sa productivité et sa compétitivité au niveau international. Nous travaillons sur ces points et nos partenaires ont compris notre démarche.

La relative insécurité causée par les islamistes radicaux a-t-elle eu un impact sur l’attractivité du Mali comme destination des capitaux?
Pas beaucoup en réalité. L’entrepreneur est celui qui fait l’arbitrage entre les niveaux de risques des rentabilités. Cette rentabilité est à un niveau tel dans nos pays que les gens viennent. Et sachez également que l’insécurité ne concerne surtout qu’une partie limitée du pays.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.

Propos recueillis par Maimouna DIA
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

La BGFIBank a réalisé un résultat net de 15 milliards de francs CFA au cours du premier semestre...
[La suite...]

Dix-sept recours ont été déposés dans le délai de soixante-douze heures imparti pour le...
[La suite...]

Confortant son leadership en matière de Responsabilité Sociétale et Environnementale, BMCE Bank...
[La suite...]

Le représentant par intérim des Nations Unies en Guinée, Georges Alfred Kizerbo, a affirmé un...
[La suite...]

Le Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (GIMAC) organise du 10 au 12...
[La suite...]

« Le gouvernement libérien signe un accord de partenariat de cinq ans avec l’Organisation Mercy...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×