Interview Roland Portella, L’agribusiness en Afrique : La CADE, pour un développement équitable Version imprimable
01-06-2017
Membre du collectif de la Coordination pour l’Afrique de demain depuis 2009 puis président de ce think-tank, Roland Portella fait le point sur les initiatives menées par la CADE.
Comment pouvez-vous nous décrire la CADE?
C’est un centre d’outil d’aide à la décision sur les différentes politiques publiques et d’aide à l’investissement que je gère depuis 2014. Nous comptons 80 membres qui viennent du privé, mais aussi d’institutions internationales, du Cirad ou même de ministères des Affaires étrangères.

Quels sont vos domaines d’action?
En tant que think-tank, nous avons travaillé sur l’agroforesterie. Nous réunissons les réflexions des meilleurs acteurs de ce domaine. À fin juin, on rendra public le prochain rapport qui s’intitule «Quels sont les filières et les métiers d’avenir dans le domaine de l’économie verte et du développement durable?».

Pouvez-vous nous donner plus de précisions?
Dans les locaux du cabinet Orick, le 27 juin à Paris, la CADE aura pour objectif de conseiller au mieux les participants sur les investissements à réaliser dans ces différents secteurs d’activité liés aux processus d’industrialisation en s’appuyant sur les énergies renouvelables. C’est aussi avec ce genre d’initiative qui permet d’amplifier les partenariats public-privé afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique sans que cela constitue un frein au développement économique.

À la CADE, nous pensons que la simple signature d’une charte sans objectif délimité n’a aucune valeur. Le meilleur des symboles, c’est l’action pour un développement équitable. Cela s’applique à tous les secteurs de l’agronomie. J’aimerais que l’Europe dise «nous arrêtons de subventionner l’exportation de poulet, de lait en direction de l’Afrique». C’est cela l’enjeu.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.

Propos recueillis par Rudy Casbi
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×