Accès abonné :              
L’Afrique vue de Londres Version imprimable
26-09-2010

Le Sommet d’évaluation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, OMD, a eu une bonne couverture dans la presse britannique qui a recherché à mettre en valeur les bonnes performances de certains pays africains notamment. Et puis il y a les sempiternels centres d’intérêt médiatiques de cette même presse sur le continent: la somalie, le Zimbabwe, et le Soudan et l’Afrique du Sud. 

 

 

New-York: OMD quel bilan?

Focalisons-nous sur ce que relatent le Daily Telegraph et le Guardian à propos des OMD. Le Guardian publie un article de Juanita During l’une des ambassadrices de WaterAid, une ONG britannique spécialisée dans l’eau, et l’assainissement. Chaque minute dans le monde une femme meurt des suites d’une grossesse ou d’un accouchement, et le paludisme provoque la mort d’un million de personnes chaque année, a rappelle Mme During. C’est pourquoi il etait important à 5 ans du délai fixé pour atteindre ces objectifs de faire cette évaluation. L’article du Guardian souligne l’interaction entre les différents objectifs qui fait qu’un bon management des ressources en eau peut par exemple faire la différence dans le recul du paludisme et d’autres maladies hydriques. Sans une bonne hygiène, de l’eau potable et des sanitaires adéquats, une bonne partie de ces objectifs ne seront pas atteints dans les pays en développement. Au Nigeria par exemple, seulement la moitié de la population a accès à l’eau potable, et moins d’un tiers de la population bénéficie de sanitaires adéquats. Et comme conséquence chaque année, 150 000 enfants nigérians meurt de diarrhée.

Le Daily Telegraph met l’accent sur l’annonce faite par Nick Clegg, le Vice premier ministre britannique, qui a indiqué que son gouvernement s’engage à dépenser 500 millions de livres sterling par an pour combattre le paludisme.


Niger: Haro sur AQMI

Mais l’actualité ces derniers jours a été focalisée sur la réponse française à l’enlèvement des employés d’Areva. Le Financial Times comme les autres journaux évoquent le déploiement 80 militaires français ainsi que des avions de reconnaissance pour retrouver les 5 français et les deux autres ressortissants étrangers enlevés depuis le 16 Septembre. Il ne fait aucun doute que ce soit une opération menée par le groupe Al Qaeda au Maghreb, AQMI dont le leader Abu Musab Abdul Wadud a d’ailleurs mis en garde la France contre toute action militaire visant a récupéré leurs kidnappés. Les journaux britanniques rappellent volontiers qu’une précédente intervention militaire française contre Aqim dans la Sahara africain avait échoué. Et conséquence de cet échec, l’otage français Michel Germaneau avait été exécuté par ses ravisseurs.


Soudan : Le dernier pas vers la liberté

Le Daily Telegraph et The Economist anticipent un peu sur le referendum du Sud Soudan supposé se tenir le 9 janvier prochain. Il y a beaucoup d’incertitude sur la tenue de ce referendum, ce qui inquiète la communauté internationale, car une nouvelle guerre civile meurtrière est très probable, si Khartoum renonçait à cette échéance importante de l’accord de paix signé entre Khartoum et les dirigeants nationalistes du Sud Soudan. The Economist précise d’ailleurs que l’actuel gouvernement du sud-soudan parle de ce referendum comme étant « Le dernier pas vers la liberté ». Pour le SPLM, de Salva Kiir il s’agit de l’aboutissement d’une lutte de près d’un demi-siècle contre les différents régimes islamistes de Khartoum, qui essayaient d’imposer une culture arabe et musulmane, à la population largement noire africaine chrétienne et animiste du sud. Lorsque le cessez-le-feu fut négocié en 2005, la guerre avait déjà coûté la vie à 2,5 millions de personnes et déplacé des millions d’autres. Pour le Daily Telegraph, il ne fait aucun doute que le président Omar El-Béchir a demandé à ces représentants de trainer les pieds dans la préparation de ce referendum. Mais averti le journal, même si le referendum devait être reporté, le Sud-Soudan déclarerait unilatéralement son indépendance le 9 Janvier prochain. Les officiels américains dont Hillary Clinton, la secrétaire d’état, Samantha Power Directrice des affaires multilatérales a la Maison Blanche, ont interpelle Khartoum pour qu’il respecte cette échéance de janvier. Selon un diplomate occidental basé à Khartoum, chaque jour il y aurait des menaces réelles contre ce referendum.


La Somalie surveillée.

La démission du premier ministre somalien, Omar Abdirashid Charmarke a été très largement commenté sinon au moins annoncé par toute la presse britannique. Comme si l’on surveillait de près ce qui se passait du côté de Mogadiscio.

The Independent a juste repris une dépêche de l’agence Reuters, mais photo à l’appui le Guardian annonce le décès de 19 personnes ces derniers jours, suite aux combats entre Al-Shabab et les fidèles du président Sheikh Ahmed. 70 autres personnes auraient été blessées. Les troupes de l’Union Africaine s’efforceraient de repousser les éléments d’Al Shabab d’une route stratégique souvent utilisée par les membres du gouvernement. Le Daily Telegraph précise que ces six derniers mois, le président et le premier ministre ont passé le temps à faire des querelles de pouvoir, ce qui empêchait le gouvernement de se concentrer sur la réponse militaire à l’encontre des insurgés.


Zimbabwe.

Le Zimbabwé s’est invité au devant de la scène politique internationale avec le lancement d’un fond d’investissement par le milliardaire britannique Richard Branson. Ce fond dénommé « Enterprise Zimbabwe » a été lancé à New-York. L’objectif selon le milliardaire britannique, est de rassurer les investisseurs privés, qui souhaiteraient revenir au Zimbabwé mais qui restent méfiants. Certains pensent en effet, que les investissements pourraient aller selon The Independent, dans les poches de certains politiciens et non en faveur des populations. L’initiative de Branson, donnerait une sorte gage à ces investisseurs. Le Daily Telegraph évoque lui, le rejet de cette initiative par des membres de la Zanu-PF de Robert Mugabé qui y verrait une sorte de tentative de re-colonisation du Zimbabwé.


Enfin signalons que le FT parle des défis auxquels Jacob Zuma le président sud africain fait face. Une fronde qui pourrait compromettre sa future réélection à la tête du pays. A Durban au Congrès national du parti, président Zuma est donc passé à l’offensive pour mettre de l’ordre dans la maison ANC, après les divisions, indiscipline et autre mécontentement de la ligue des Jeunes, du parti Communiste et du Syndicat Cosatu visant à remettre en cause son autorité. Au sein du parti a espère que cette sortie du président Zuma permettra de réaffirmer son autorité et faire taire les dissensions qui prenaient de l’ampleur au fil des mois.

 
< Précédent   Suivant >