La hausse des salaires en Chine profitera-t-elle aux Africains? Version imprimable
31-08-2010

Les Chinois, de nos jours, sont plutôt séduits par le secteur florissant des services où ils peuvent obtenir des salaires « normaux » à moindre effort. Analyse.

Depuis quelques temps, dans les milieux de l’économie internationale, le phénomène de la hausse des salaires industriels en Chine fait la une des journaux. La Chine, qui a basé sa croissance économique de ces dix dernières années sur une hausse des exportations, est entrain de connaitre le revers de la médaille de sa politique de la main-d’œuvre bon marché.

Main-d’œuvre moins chère et croissance économique induite par les exportations

Quand la main-d’œuvre, dans un pays est en abondance, elle a tendance à être bon marché. Cet avantage se répercutera à la hausse sur les profits de ces entreprises nationales. Les entreprises internationales, pour profiter de la faiblesse des salaires, sont tentées de délocaliser leurs productions dans ce pays qui connait alors une augmentation des investissements directs étrangers. Ce schéma conducteur a été au centre de la croissance économique de la Chine, récemment classée deuxième puissance économique mondiale après les Etats-Unis.

Chine usine

Le revers de la médaille

Le modèle de main d’œuvre bon marché qui a longtemps soutenu l’économie de la Chine est entrain de se lézarder. Depuis un certain temps, les industries chinoises font face à une hausse des coûts salariaux.

Cette hausse des coûts de salaire, dans le secteur industriel, exerce une pression à la baisse sur les profits et contraint les entreprises à regarder ailleurs. Ce n’est pas encore le « grand-Trek » mais le début d’une délocalisation silencieuse vers le pays profond, où certaines entreprises peuvent retrouver de la main-d’œuvre bon marché.

Le phénomène de la hausse des salaires est plus accru dans l’industrie d’exportation. Dans la région de Guangdong, le poumon industriel de la Chine, les salaires ont presque doublé pendant ces trois années consécutives.

Pour attirer une main-d’œuvre additionnelle, les entreprises se doivent d’augmenter les salaires. La croissance économique de la Chine a créé une classe de travailleurs qui n’est plus attirée par l’emploi industriel. Les Chinois, de nos jours, sont plutôt séduits par le secteur florissant des services, où ils peuvent obtenir des salaires normaux à moindre effort. Cette migration de travailleurs du secteur industriel vers celui des services explique la hausse des salaires dans le premier secteur. Cette situation fait revivre la vielle notion Lewisienne de la dynamique sur le marché travail. Selon cette théorie, un pays en plein développement économique et technologique va connaitre un déficit nominal mais aussi qualitatif de la main-d’eouvre. L’introduction de la technologie de pointe dans le secteur industriel d’exportation engendre donc en Chine une demande de travailleurs qualifiés, que les entreprises ont du mal à recruter. Ce déficit de travailleurs qualifiés va à la longue pousser les salaires à la hausse.

La solution pour les compagnies internationale serait de délocaliser la production vers d’autres pays ou la main d’œuvre est moins chère. Depuis peu, ce sont les pays comme l’Indonésie, le Vietnam, quelques pays de l’Amérique latine, et l’Inde dans une moindre mesure. Dans le moyen et long terme, il est cependant fort probable que les salaires soient rehaussés dans l’arrière pays de la Chine et des pays précités, pourrait t-on alors citer les pays émergeants d’Afrique comme une autre alternative ?

Les pays émergents d’Afrique face à la hausse des salaires en Chine

Les pays émergents d’Afrique ont de par leurs structures plusieurs avantages à savoir :

  • La stabilité sociale et politique
  • Un bon climat économique
  • Une population jeune et donc
  • Une main-d’œuvre abondante et a moindre marché
  • Un stock de ressources naturelles (pétrole, gaz, minerais)

Malgré ses avantages, il n’est pas encore certain que, dans le court terme, les industries chinoises puissent délocaliser vers les pays émergents d’Afrique. Il existe en Chine une multitude de petite et moyenne entreprise-mi-artisanales capables de produire très bon marché des biens à faible valeur ajouté. On pourrait même voire le petit secteur-industriel chinois comme une menace pour l’industrie des pays émergents d’Afrique vus comme des débouchés pour l’industrie chinoise et non comme alternative de production.

En revanche, le sort des entreprises internationales qui, jusque là, étaient implantées en Chine rend cette situation intéressante. Depuis peu, les pays émergents d’Afrique (Maroc-Tunisie-Botswana-Ghana- l’Ile Maurice…) sont en train de devenir une alternative. S’il est improbable de voir les entreprises américaines cibler les pays émergent de l’Afrique plutôt que ceux de l’Amérique latine, les pays d’Europe, au contraire, devraient reconsidérer l’Afrique émergente qui part avec un avantage certain au niveau de l’abondance des ressources et de la main-d’œuvre bon marché ainsi que de la proximité.

Francis Konan : économiste, diplômé de l’Université d’Economie et de Gestion de Vienne (Autriche), l’Institut des Etudes Avancées de Vienne (Autriche) et de la Faculté des Sciences Economiques & Gestion de l’Université d’Abidjan (Côte d’Ivoire)


 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les transferts d’argent suivent une courbe ascendante au Cameroun. Un nouveau mode de paiement qui...
[La suite...]

Les patrons des filiales de ce groupe bancaire sont réunis du 16 au 20 octobre 2017 autour du top...
[La suite...]

Dans le cadre d’une tournée régionale, Horst Köhler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU...
[La suite...]

Depuis janvier 2017, l’Afrique a enregistré une augmentation de 13,3% de ses arrivées touristiques...
[La suite...]

Concernant le désir des opérateurs nationaux d’exporter le «poulet marocain» sur le marché de l’UE...
[La suite...]

En faisant exploser, samedi dernier, un camion piégé au centre de Mogadiscio, les terroristes...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×