La problématique du financement de la croissance verte en Afrique Version imprimable
12-07-2018
Une conférence internationale sur le financement de la croissance verte en Afrique s’est tenue à Abidjan destinée à ma problématique au financement de la croissance verte en Afrique.
La capitale économique de la Côte d’Ivoire a abrité les 19 et 20 juin 2018, une conférence internationale dédiée au financement de la croissance verte en Afrique sous l’égide du Centre du commerce international (ITC), de l’African Guaranteed Fund (AGF), du Nordic développent fund (NDF), de la Banque africaine de développement (BAD) et l’État de Côte d’Ivoire. Une plateforme de discussions des options de financement et des actions favorables à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique et de l’impact de la réglementation sur le développement de nouveaux produits et services pour les particuliers et les Petites et moyennes entreprises (PME). Objectifs, fournir aux pays africains une expertise renforcée dans la recherche de financements pour un développement sobre en carbone.

Sur l’importance desdits travaux, la quatrième conférence du genre après celle de Lusaka en Zambie, de Nairobi au Kenya et d’Accra au Ghana, le ministère ivoirien de la salubrité, de l’environnement et du développement durable a relevé que « la problématique du financement de la croissance verte dans les pays africains reste encore une question épineuse», déplorant notamment le fait que «malgré les nombreux efforts des pays africains, on note une faible innovation en matière de fiscalité verte, un faible tissu industriel dans les filières vertes et un faible engagement du secteur bancaire et des fonds de garantie ».

Prenant le cas spécifique de la côte d’Ivoire, le représentant du gouvernement s’est félicité du renforcement du cadre législatif et réglementaire des investissements verts dans ce pays citant notamment, la loi 2014 d’orientation sur le développement durable, du code d’investissement et du code de l’électricité, avant d’ajouter qu’ « un texte sur la fiscalité environnementale incitative est en cours d’élaboration ». Toutefois, force est de constater que sur le plan international, « malgré les embellies récentes des fonds dédiés aux financements climatiques, la disponibilité de ceux-ci et leur critères d’accès restent encore flous et souvent méconnus par une frange importante des acteurs économiques dans nos pays».

Pour African Guaranteed Fund ( AGF), structure co-organisatrice de cette conférence, la question principale des rencontres d’Abidjan est « comment financer la croissance économique respectueuse de l’environnement, et visant par des actions ou des innovations spécifiques à remédier aux atteintes qui lui sont portées, tout cela avec un contenu local poussé, croissance qualifiée par les experts de « verte et inclusive ». Une réelle problématique dans un contexte de changement climatique.

Jean Jacques Opango
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

L’entreprise danoise fabricant d’éoliennes, Vestas, a annoncé la fourniture de 159 MW pour le...
[La suite...]

Une opération de plantation, à la capitale du Niger, de plusieurs milliers d'arbres baptisée...
[La suite...]

Le Ghana tente d’attirer des investisseurs français. Les associations de la diaspora ghanéenne...
[La suite...]

A Finance Innovation, le continent africain est devenu une priorité. Le Sénégal et le Rwanda...
[La suite...]

En Tunisie, le président de la République Béji Caïd Essebsi a annoncé lundi 13 août un projet de...
[La suite...]

L’exigence de l’accroissement du rendement des produits agricoles, halieutiques et de l’industrie...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×