Accès abonné :              
Le fonds mondial pour l’environnement débloque 119 millions de dollars pour la grande muraille verte Version imprimable
28-09-2010

Projet panafricain qui concerne 11 pays du continent s’étendant de Dakar à Djibouti, la Grande muraille verte vient de bénéficier d’un financement évalué à 119 millions de dollars de la part du fonds mondial pour l’environnement révèle l’ICCF une fondation internationale composée des membres du congrès des Etats-Unis d’Amérique et des militants de la protection de l’environnement.

 muraille-verte1.jpg

Par Mohamed Ndiaye

Projet panafricain qui concerne 11 pays du continent s’étendant de Dakar à Djibouti, la Grande muraille verte vient de bénéficier d’un financement évalué à 119 millions de dollars de la part du fonds mondial pour l’environnement révèle l’ICCF une fondation internationale composée des membres du congrès des Etats-Unis d’Amérique et des militants de la protection de l’environnement.

La grande muraille a donc été primée par le congrès américain avec à la clé ce financement qui vient relancer ce projet panafricain qui ne bénéficiait jusque là d’aucun budget. Initiateur du projet, le Chef de l’Etat sénégalais n’avait eu de cesse de développer un plaidoyer en direction des partenaires au développement qui viennent ainsi de réagir à travers ce financement de 119 millions de dollars. Un tel projet mérite d’ailleurs un engagement politique fort estime Lindsay Thomas Président du conseil d’administration de l’ICCF. Pour la structure américaine, le développement économique des peuples africains est étroitement lié à la conservation de la nature. De même, la prise en compte des ressources naturelles est fondamentale dans la lutte contre la pauvreté, la bonne gouvernance et la sécurité régionale.

muraille-verte

La Grande muraille verte a pour objectif principal d’entraver l’avancée du désert par le biais d’une vaste opération de reboisement sur une bande de terre de 15 km de large et une étendue de quelques 7600km. Cette ceinture de végétation vise ainsi à contrer efficacement la désertification au Sahara d’autant plus que dans le Sahel près de 10 millions d’individus sont confrontés à la malnutrition. La Grande muraille verte concerne le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Burkina, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, l’Erythrée, l’Ethiopie et Djibouti. La capitale tchadienne Ndjamena a d’ailleurs abrité il ya quelques mois un sommet des chefs d’Etat concernés par le projet. La Kenyane Wangari Maathai, première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix en 2004 a par son action contre la déforestation beaucoup contribué à rendre crédible la Grande muraille verte. Fondatrice du mouvement de la ceinture verte, elle a dénoncé à plusieurs reprises le massacre des forêts de la zone sahelienne.Pas moins de 2 millions d’hectares de forêts sont détruits chaque année dans sahel selon l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao).

 
< Précédent   Suivant >