Le Ghana : un champion ouest africain de l'univers startup ? Version imprimable
25-09-2018
Le Ghana se dote d'un bon réseau d'incubateurs. Grâce à cet écosystème, les startups ghanéennes ont réussi à lever près de 30 millions d'euros auprès de différents fonds d'investissements.
Les startups au Ghana poussent comme des champignons. Comme un symbole de ce succès, le nombre d'incubateurs est lui aussi en augmentation. Désormais, nous en comptons plus d'une dizaine au Ghana. Le MEST( Meltwater School of Technology) en est un. « Nous sommes devenus le premier réseau d'incubateurs sur le continent africain avec des antennes à Narobi , Johannesbourg et donc à Accra » Pour chacun des incubateurs, le MEST mise davantage sur le potentiel humain d'un porteur de projet dans sa politique de « recrutement ». Dans la capitale ghannéenne, le MEST recrute 60 porteurs de projets à l'issue d'une phase de sélecton qui dure 8 mois. «Durant cette phase nous testons la persévérance du candidat. Il nous importe aussi de vérifier la présence du candidat dans le supports numériques. Beaucoup de porteurs de projets n'ont pas de pages de réseaux sociaux à jour ou n'ont pas de sites internet, ce qui est problématique pour un incubateur comme le nôtre dont la principale mission est de développer et d'accompagner des start-ups dans les nouvelles technologies », nous explique Celine Duros – cadre au sein du MEST, une structure qui propose plusieurs modules de formations pour ces porteurs de projets.

LE MEST, un incubateur aux grandes ambitions
Implanté il y a presque 10 ans sur le continent africain, le MEST a pu démontrer son sérieux et sa crédibilité. Selon la direction, les premières startups africaines qui ont accédé à 500 Startups et au Ycombinator viennent du MEST. Pour parvenir à ce résultat, le MEST suit sa propre stratégie. «Nous leur donnons une bourse chaque mois, l'équivalent d'un salaire – de manière à ce qu'ils ne puissent penser qu'à la création de leur entreprise. Enfin le MEST peut aussi booster la financiarisation des start-ups grâce à un fonds d'investissement interne à l'incubateur», explique Céline Duros. En dix ans, le MEST a ainsi débloqué près de 20 millions de dollars pour le développement des start-ups qu'elle a prise sous son aile.

Rudy Casbi
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP) finalise l’acquisition, auprès du groupe...
[La suite...]

La Banque africaine de développement finance des entreprises publiques et privées non africaines...
[La suite...]

Le royaume chérifien a été choisi pour abriter les assemblées annuelles du Groupe de la Banque...
[La suite...]

La facilité accordée par la CEXIM marque la première facilité de financement obtenue par Africa...
[La suite...]

Les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) mobilisés pour...
[La suite...]

Les premières élections municipales en Tunisie, sept ans après la révolution n’a pas mobilisé...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×