Maroc : Bank Al-Maghrib appuie l’option Afrique Version imprimable
28-03-2013
Le conseil de Bank Al Maghrib a annoncé le 26 mars dernier que la croissance du PIB marocain devrait s’établir entre 4% et 5% en 2013. Les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib représentent, toujours et depuis quelques mois, 4 mois d’importations.

Pour Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, la banque centrale du Maroc, tenir des relations économiques solides avec les les pays de l’Afrique subsaharienne et de l’Afrique de l’ouest s’avère, aujourd’hui, et plus que jamais, un choix stratégique pour le Royaume. Le gouverneur de Bank Al-Maghrib a déclaré qu’il faut «accélérer la cadence et le rythme des échanges entre le Maroc et les pays de l’Afrique ». Avec la qualité de l’aanalyste teintée de son franc-parler habituel, Abdellatif Jouahri a insisté sur le renforcement des relations avec l’Afrique, solution à l’économie marocaine. L’Europe va mal, a-t-il dit. Les USA vivent un ralentissement historique et le monde arabe est traversé par les crises politiques. L’Afrique, a-t-il martelé, demeure un partenaire incontournable. «La présence de plus d’une entreprise bancaire marocaine de l’autre côté du Sahara est un atout », argue Abdellatif Jouahri.

Ces déclarations livrées lors de la conférence trimestrielle de Bank Al-Maghrib, organisée le 26 mars dernier à Rabat, coïncidaient avec la tournée africaine du roi du Maroc, Mohammed VI. En ce même jour en effet, le souverain a été au Gabon, troisième et dernière étape de ses visites officielles, qui l’ont conduit, auparavant, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Evoquant ces rencontres au sommet entre le Maroc et ces pays partenaires, M. Jouahri, a parlé d’un partenariat gagnant-gagnant. Reste à souligner que le rythme des échanges doit s’harmoniser avec les ambitions tout en boostant le côté marketing.

Dans ce cadre, il est à souligner que Bank Al-Maghrib participe à la négociation des accords financiers internationaux et peut être chargée de leur exécution. Elle conclut toutes conventions utiles à l’exécution technique de ces accords.

Un taux directeur inchangé

Par ailleurs, suite à la réunion trimestrielle, le Conseil de Bank Al Maghrib, après l’examen des dernières évolutions et de la situation économique, monétaire et financière, a noté que « l’inflation est restée modérée, en dépit des hausses enregistrées ces trois derniers mois où elle s’est établit à 2,6% en décembre et janvier et à 2,2% en février, en liaison principalement avec l’augmentation de 10% en moyenne sur la période des prix des produits alimentaires volatils ». Pour le gouverneur Bank Al-Maghrib Dans un contexte caractérisé par une balance des risques équilibrée, « sous l’hypothèse du maintien du dispositif actuel de compensation, et une prévision centrale de l’inflation durablement en ligne avec l’objectif de stabilité des prix, le Conseil a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 3% ».

Ainsi, selon la banque centrale du Maroc, sur le plan international, la conjoncture demeure caractérisée par la faiblesse de l’activité économique et la persistance des incertitudes liées à sa reprise. Les résultats des comptes nationaux du quatrième trimestre 2012 font ressortir un ralentissement à 1,6% de la croissance aux Etats-Unis et une diminution de 0,9% du PIB dans la zone euro. Les projections pour 2013 ont été révisées à la baisse, la croissance devant s’établir selon le FMI à 2% aux Etats-Unis et à -0,2% dans la zone euro. Le chômage a reculé à 7,7% en février aux Etats-Unis, alors qu’il est resté proche de 12% dans la zone euro, sur la base des données du mois de janvier. Pour sa part, le crédit a enregistré à la fin janvier un ralentissement aux Etats-Unis, tout en restant au-dessus de 5%, alors que dans la zone euro, il a poursuivi sa contraction amorcée depuis mai 2012. Au niveau des marchés boursiers, les indices continuent, à fin février, à afficher des améliorations significatives aux Etats-Unis et des évolutions contrastées d’un pays à l’autre dans la zone euro.

L’ensemble de ces évolutions laissent entrevoir pour l’économie marocaine l’absence de pressions inflationnistes significatives d’origine externe au cours des prochains trimestres.

Au niveau du Maroc, la croissance est estimée à 2,6% au quatrième trimestre et à moins de 3% pour l’ensemble de l’année 2012. En 2013, malgré l’incertitude entourant l’évolution de l’activité chez les principaux partenaires du Maroc et celle des prix mondiaux des produits énergétiques, la croissance devrait se situer entre 4% et 5%, soutenue ainsi par la hausse prévue de l’activité agricole. Sur le plan des finances publiques, les données de 2012 montrent un creusement du déficit budgétaire, hors recettes de privatisation, à 7,6%, après 6,7% en 2011, lié notamment à l’aggravation des charges de compensation. En 2013, ce déficit devrait se situer à 5,5% du PIB selon les dernières prévisions.

Au niveau des comptes extérieurs, les données les plus récentes font ressortir une atténuation de 17,5% du déficit commercial à 27,5 milliards de dirhams à fin février, en liaison avec une baisse des importations (-10,8%) plus importante que celle des exportations (-3%). Les recettes voyages ont augmenté de 2%, alors que les transferts des MRE se sont contractés de 2,9%. En outre, les rentrées au titre des investissements directs étrangers ont atteint 10,2 milliards de dirhams contre 5,3 milliards une année auparavant. Dans ces conditions, les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib représentent à fin février 4 mois et quelques jours d’importations de biens et services.

Sanae Taleb
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Participant aux Assemblées de printemps du FMI et de la Banque mondiale, du 17 au 23 avril 2017 à...
[La suite...]

La Caravane Saga Africa de l’entrepreneuriat, devant relier par la route Dakar au Sénégal à...
[La suite...]

La fin de la journée du lundi 24 avril 2017 à Bettenty, village insulaire de la commune de...
[La suite...]

«L’Afrique sera le continent du 21ème siècle», prédisent certains économistes avisés. Un avenir qui...
[La suite...]

NGE Impact en partenariat avec Maroc Export ont annoncé, le 24 avril 2017 à Casablanca, la 5ème...
[La suite...]

Le Club Afrique Développement a organisé, du 19 au 22 avril 2017 à Abidjan, une rencontre et une...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×