Maroc : Emmanuel Macron chaleureusement accueilli à Rabat Version imprimable
15-06-2017
Depuis hier, le président français Emmanuel Macron effectue une visite de travail et d’amitié au Maroc qui s’achève ce jeudi 15 juin. Cette première visite au Maroc du chef de l’État français, porté à la magistrature suprême de son pays il y a à peine un mois, revêt un caractère hautement symbolique.
Les relations entre le Maroc et la France sont au beau fixe, tant la convergence des vues est large. Dans un accueil solennel, Rabat a mis les petits plats dans les grands en l’honneur du président Emmanuel Macron et la délégation qui l’accompagne, dont son épouse Brigitte. Depuis le tapis rouge étalé sur le tarmac de l’aéroport de Rabat-Salé, jusqu’au Ftour (repas de rupture du jeûne), en passant par un entretien en tête à tête avec le Roi Mohammed VI, rien n’a été de trop pour exprimer la chaleur des liens entre deux pays amis et proches. Entouré de la princesse Lalla Salma, son épouse, de son fils le Prince héritier Moulay El Hassan et de son frère le Prince Moulay Rachid, le Roi du Maroc a donné un cachet particulier à cette visite. Son hôte s’est d’ailleurs senti très touché par cette marque d’amitié et le caractère très personnel de la relation qui s’établit entre eux. C’est ainsi qu’il s’est exprimé dans une brève conférence de presse, hier en fin d’après-midi, pendant laquelle il n’a occulté aucune question, y compris la situation dans la région du Rif. Se gardant de toute ingérence, Emmanuel Macron, qui s’en est enquis, a apprécié auprès du souverain une volonté de répondre dans la durée aux causes profondes.

Convergence de vues
Il ressort des premières entrevues que la France entend accompagner le Maroc dans les réformes entreprises et allant dans le sens de la modernisation des institutions, le développement social et territorial, des programmes de lutte contre les inégalités, ou encore de l’insertion du Maroc dans la mondialisation. L’agenda chargé de cette brève visite comprend un gros volet politique, mais l’économique n'est pas en reste, avec à titre d’exemple l’inauguration ce jeudi 15 juin de l’usine PSA à Kénitra. Une implantation qui a nécessité un investissement de 557 millions d’euros et qui va générer 1 500 emplois directs et 5 000 emplois indirects, pour une production annuelle d’ici à 2020 de 90 000 unités.

La politique africaine, avec un Maroc de retour au sein de la grande famille panafricaine, singulièrement de l’Union africaine, et un statut imminent de membre à part entière de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), a donc été auscultée. Le chef de l’État français a fait savoir justement que si les démarches ne sont pas identiques, les finalités sont partagées, notamment en matière de stabilité politique et démocratique, mais aussi de croissance soutenue. Gageons que la sécurité au Sahel et le retour à la paix en Libye figureront dans les discussions.

Relativement à la crise dans les pays du Golfe arabique, les deux Etats, partisans de la médiation, appellent à l’apaisement et proposent des missions de bons auspices.

Daouda MBaye, rédacteur en chef
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les patrons des filiales de ce groupe bancaire sont réunis du 16 au 20 octobre 2017 autour du top...
[La suite...]

Dans le cadre d’une tournée régionale, Horst Köhler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU...
[La suite...]

Depuis janvier 2017, l’Afrique a enregistré une augmentation de 13,3% de ses arrivées touristiques...
[La suite...]

Concernant le désir des opérateurs nationaux d’exporter le «poulet marocain» sur le marché de l’UE...
[La suite...]

En faisant exploser, samedi dernier, un camion piégé au centre de Mogadiscio, les terroristes...
[La suite...]

Le Groupement togolais d’assurances compagnie africaine d’assurances (GTAC2A-VIE), filiale du...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×