Maroc : Intoxication alimentaire, quand le médiocre loue le médiocre Version imprimable
17-06-2017
Il y a quelques jours, une femme et sa fille sont mortes d’une intoxication à la toxine botulique. L’Onssa (Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires) a sorti deux communiqués, sur alkhabir.org, louant contre tout bon sens le travail de la société au produit incriminé sans la nommer! Aussi, un dernier communiqué, daté du 13 juin 2017, a évoqué le retrait de produits alimentaires sans pour autant citer la marque en question, les lots concernés et la société qui les produit.
Il est intéressant de noter que, contrairement à l’habitude, les communiqués de l’Onssa précédemment évoqués ont été rédigés cette fois en arabe uniquement. Probablement qu’en français, les chances auraient été grandes qu’ils soient lus ailleurs en Afrique, ce qui ferait de l’ombre sur les hauteurs du plan Maroc Vert qui promeut l’image d’un Maroc leader du secteur agroalimentaire africain. L’Onssa aurait-elle cédé à une pression d’ordre politique pour faire une entorse à ses communiqués habituellement bilingues? Ce qui est certain, c’est que l’organisme de tutelle a été mis en place pour veiller sur la salubrité des aliments consommés par l’homme et l’animal. Tresser des lauriers à une société dont un produit a causé les décès de consommateurs est simplement ahurissant. À titre personnel, je suis habitué au travail bas de gamme de cet organisme (voir différents articles de ce blog). En effet, depuis près de vingt-cinq ans à présent que j’exerce dans le métier d’expertise judiciaire, comprenant des centaines d’expertises d’ordre légal faites pour différents tribunaux du Royaume, je peux dire que de nombreux responsables de la répression des fraudes, dont j’ai eu l’opportunité d’observer les agissements, dont certains sont peut-être drapés à présent de la couverture Onssa, ont des comportements plus proches des mafiosi qu’autre chose. La question qui se pose est pourquoi ces services en particulier, contrairement à d’autres services de l’État, n’ont pas bénéficié d’une mise à niveau? Il est difficile de répondre à cette interrogation compte tenu de la sensibilité et la portée du contrôle alimentaire. Mais, habituellement, le Maroc est prompt à mettre en œuvre des opérations de mise à niveau s’il reçoit des critiques d’organismes européens sur tel service ou tel organisme.

De la poudre aux yeux


Il est vrai que les Européens (certains en tout cas) louent directement et indirectement les prestations de responsables de l’Onssa alors que celles-ci sont pour nous autres Marocains au-dessous du médiocre. Cela nous amène à se poser la question pourquoi les Européens sont si complaisants avec l’Onssa et ses dépendances. Il n’y a pas de preuve et on risque de verser dans la diffamation. À présent, si on regarde sous un autre angle, on réalise que sans certification de nos voisins du Nord, on ne peut rien exporter sur le marché européen, de très loin le premier marché pour les produits agroalimentaires marocains et africains en général. Lu dans l’autre sens, cela indique que la crédibilité de l’«accréditation» Onssa est au niveau zéro pour les donneurs d’ordre de l’autre côté de la rive méditerranéenne. La boucle est bouclée : ce qui affaiblit la crédibilité de l’Onssa (la qualité de leur travail avant tout) verse dans l’augmentation de celle des autres intervenants privés européens pour, dans bien des cas, racketter nos opérateurs locaux. Les exemples ne manquent pas pour justifier cette perspective.

Arnaques en cascade


Selon des informations que je tiens de sources directes, certaines coopératives vivent l’enfer avec un «grand» certificateur européen qui s’est débrouillé pour s’imposer par Arrêté ministériel (un comble!) pour un quasi-monopole sur la certification relevant du domaine du «Bio» au Maroc.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.

Par Dr Ahmed Essadki, expert national
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les patrons des filiales de ce groupe bancaire sont réunis du 16 au 20 octobre 2017 autour du top...
[La suite...]

Dans le cadre d’une tournée régionale, Horst Köhler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU...
[La suite...]

Depuis janvier 2017, l’Afrique a enregistré une augmentation de 13,3% de ses arrivées touristiques...
[La suite...]

Concernant le désir des opérateurs nationaux d’exporter le «poulet marocain» sur le marché de l’UE...
[La suite...]

En faisant exploser, samedi dernier, un camion piégé au centre de Mogadiscio, les terroristes...
[La suite...]

Le Groupement togolais d’assurances compagnie africaine d’assurances (GTAC2A-VIE), filiale du...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×