Migrations : Des causes aux conséquences Version imprimable
14-06-2018
En dépit du nombre de morts préoccupant enregistrés sur la route qui mène vers un « Eldorado » européen, des migrants sont loin d’abdiquer. Un phénomène aux causes profondes.
Les mouvements migratoires vers l’Occident et plus particulièrement vers l’Europe, sont loin de s’arrêter. Indépendamment des morts par déshydratation dans le Sahel, malgré la cascade des morts des suites de noyade dans la Méditerranée, sans oublier d’autres causes de décès liés aux trafiquants, à l’hostilité des populations des « pays d’accueil » et d’autres causes spécifiques, de nombreux Africains, notamment des Subsahariens sont loin d’abandonner l’aventure, celle qui est supposée les amené vers « la terre promise ». Et rien n’indique que cette année ne connaîtra pas les mêmes effervescences, les mêmes envies de partir, mais aussi, hélas, les mêmes morts pour différentes raisons dont quelques-unes ont été évoquées en sus.

Du Niger au Mali, en passant par la Lybie, le Maroc, de nombreux ressortissants au Sud du Sahara entendent entreprendre les chemins d’un hypothétique Eldorado européen, où des petits esprits pensent que « le bonheur se ramasse en route ». Toutefois, au-delà des récriminations compréhensibles qu’on oppose aux candidats à l’émigration, il convient de s’interroger sur les causes de ces départs, ou tentatives de départs, que ni les morts par noyade avec possibilité de ne jamais retrouver le corps et bénéficier d’un sépulcre, ni les dessèchements de corps au Sahara à la merci des charognards, ni des assassinats, des emprisonnements, la torture, la traite sexuelle et d’autres formes d’esclavage moderne, n’arrivent à endiguer ? Loin d’être un cas homogène, il y a forcément des raisons pertinentes qui peuvent pousser les uns et les autres à se « jeter dans l’eau », quitte à se faire dévorer par les animaux et les poissons féroces qui peuplent les mers et les océans.

Au chapitre des causes, l’on peut citer la guerre, les violences sous plusieurs formes et la pauvreté. Si la guerre débouche forcément sur le déplacement des populations et favorise une volonté de s’exiler pour éviter d’être tué, la pauvreté constitue également l’une des raisons principales de la course effrénée vers la migration. En effet, des millions de personnes continuent d’être déracinées à travers le monde à cause de ces fléaux. Conséquence les flux migratoires ne se tarissent pas, en particulier vers l’Europe. Principal point de départ, l’Afrique n’échappe pas à ces fléaux. C’est dire qu’audelà de la volonté de certains Africains de vouloir rejoindre l’Europe ou d’autres régions de la planète qui connaissent un niveau de développement réel, la plupart des candidats à l’émigration sont des personnes n’ayant pas trouvé des solutions idoines aux problèmes existentiels.

Conséquence, il arrive régulièrement que des familles se cotisent pour placer un ou deux plénipotentiaires dans l’aventure, la finalité étant de gagner l’Occident où des conditions de vie seraient meilleures, et en retour, pourvoir aux besoins de la famille ou de la communauté. Comment ont évolué les mouvements migratoires vers l’Europe cette année ? Quelles sont les principales destinations des réfugiés, les routes empruntées ? Avec le concours d’InfoMigrants, Les Afriques revient sur les dernières tendances migratoires.

Achille Mbog Pibasso
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

La neuvième édition d’Africa postal forum se tiendra à Abidjan, la capitale économique de la Côte...
[La suite...]

Le géant mondial du courtage en assurances Brokerslink a annoncé l’extension de son réseau à neuf...
[La suite...]

Le deuxième forum Partenariats public-privé (PPP) Afrique qui se tiendra les 12 et 13 novembre...
[La suite...]

Le groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP) finalise l’acquisition, auprès du groupe...
[La suite...]

La Banque africaine de développement finance des entreprises publiques et privées non africaines...
[La suite...]

Le royaume chérifien a été choisi pour abriter les assemblées annuelles du Groupe de la Banque...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×