“Morocco–Kenya: Two lions on the move”, 1ère conférence E&E Live à Nairobi Version imprimable
27-03-2017
Nairobi, capitale du Kenya, vient d’abriter pour la première fois la conférence "Morocco–Kenya : two lions on the move". A l’initiative d’Economie Entreprises LIVE, plateforme de débats stratégiques du magazine éponyme, elle ambitionnait, entre autres, de mettre en avant les synergies potentielles.
La promotion des échanges entre le Maroc et les pays du reste du continent passe par des rencontres entre décideurs de tous bords. En leur qualité d’acteurs importants dans la promotion du partenariat Sud-Sud, le Maroc et le Kenya, considérés comme deux locomotives du continent, présentent des complémentarités certaines. Justement, Economie & Entreprises LIVE, qui a organisé la Conférence Morocco-Kenya Maroc : two lions on the move » s’inscrit dans cette direction. Vendredi dernier, Nairobi, capitale du Kenya, a accueilli des acteurs économiques et décideurs publics des deux pays, pour à la fois pour comparer les modèles de développement respectifs et de mettre en avant les synergies potentielles à mettre en œuvre. Au menu des échanges, les plans agricoles, le développement d’infrastructures, ou encore le climat des affaires, ont été autant de sujets à même d’apporter un retour d’expérience et favorisant le rapprochement des deux économies.

Parmi les personnalités de renom qui ont rehaussé de leur présence cette rencontre, Bernard Mbui Wagacha, conseiller économique senior du président Uhuru Kenyatta, Gabriel Negatu, directeur régional de la Banque africaine de développement (BAD), Abdou Soulèye Diop, président de la commission Afrique de la CGEM (patronat du Maroc), Nick Nesbitt, vice-président de Kepsa, Youssef Imghi, directeur général de Tanger Med Engineering, et Mohamed Ait Kadi, président du conseil général pour le développement de l'Agriculture au Maroc.

Dans un document qui nous est parvenu, il est indiqué des échanges fructueux. Doit-on rappeler que le Kenya, malgré un fléchissement de la croissance enregistrée dans le continent, demeure la première économie d’Afrique de l’Est. Ce pays, qui a su tirer profit de la diminution de la facture énergétique, afin d’engager d’importants investissements publics dans les infrastructures, relançant ainsi la croissance et l’emploi, a un PIB estimé à 69,17 milliards de $ en 2016 et a réalisé un taux de croissance de 6%.

Abdelmalek El Mekkaoui, journaliste
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

À l’issue du dépouillement de plus de 95% des bulletins, la Commission électorale a dévoilé hier...
[La suite...]

Dans la lignée de ses consœurs, suite à l’adoption de la loi 103.12, relative aux établissements de...
[La suite...]

À la Conférence des Nations unies COP23 sur le climat à Bonn, du 6 au 17 novembre 2017, 19...
[La suite...]

Rallier Tanger à Casablanca en deux heures contre cinq actuellement, c’est ce que devrait permettre...
[La suite...]

Arrivé mardi soir à Rabat pour une visite de travail et d’amitié de 2 jours dans le Royaume à la...
[La suite...]

Selon une source proche du dossier, l’ex-ministre des Affaires étrangères Djibril Bassole serait...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×