Accès abonné :              


Mouammar Kadhafi annonce le gouvernement fédéral africain Version imprimable
07-01-2009

«Elargi ou restreint ». Voilà deux mots qui ont forgé le discours du Guide libyen, Mouammar Kadhafi, lundi à Bamako, à propos du gouvernement fédéral africain. Bien avant le sommet de l’Union africaine (UA) prévu au mois de février à Addis Abeba, l’on peut dire que quelques points de consensus commencent à se dégager.

Mouammar Kadhadi annonce le  gouvernement fédéral africain

Ce gouvernement devra engager tous les pays membres ou à défaut, indique le Guide libyen, un nombre restreint de pays. Le prochain gouvernement devra aller au-delà des ministères des Affaires étrangères, du Commerce et de la Défense pour englober un vrai exécutif dont la forme et le fond restent à discuter. Plus que jamais partisan de cette union, Mouammar Kadhafi vient d’achever une tournée marathon qui l’aura conduit en Sierra Leone, en Guinée, au Liberia et au Mali pour prêcher la bonne cause. Le téléphone a aussi beaucoup fonctionné entre Tripoli Dakar, Cotonou et Accra. Si tous ses interlocuteurs ont rassuré le Guide sur leur volonté de voir se concrétiser ce vieux rêve du Ghanéen Kwamé Nkrumah, nombreux sont ceux qui trouvent le temps relativement court.

Le malien Amadou Toumani Touré est certainement parmi les plus ouverts à ce projet : « La constitution malienne dit que nous sommes prêts à perdre une partie ou toute notre souveraineté au profit de l’intégration africaine » a-t-il notamment répondu aux déclarations due Mouammar Kadhafi.

Pour rappel, le gouvernement fédéral africain devait initialement voir le jour lors du 9e sommet des chefs d’Etat de l’UA à Accra en février 2007. Repoussé au mois de juillet 2008 au même sommet tenu au Caire, le projet est toujours de mise. Il n’en demeure pas moins, dans le contexte géopolitique actuel, que le slogan du Guide libyen, partisan d’un seul passeport, d’une seule monnaie et d’une seule armée de 2 millions de soldats, a peu de chances d’être validé lors du prochain sommet de l’UA. Cependant, le départ du sud-africain Thabo Mbeki, partisan d’une union progressive à travers les ensembles régionaux, facilite incontestablement la tâche à la diplomatie libyenne.

MBF

 
< Précédent   Suivant >