Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
NEPAD : relance reportée Version imprimable
27-11-2007

Objet de critiques de plus en plus vives, le NEPAD devait se relancer à Dakar, mais le sommet a été reporté sine die.

Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar

« Le NEPAD est une belle Mercedes avec un mauvais chauffeur. Le Sommet de Dakar a pour objectif de lui trouver le bon chauffeur », a expliqué le président Wade à propos du sommet que devait abriter son pays. La Mercedes attendra encore car la réunion du « Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique », prévue le 22 novembre, a été reportée. De source informée, le report aurait été demandé par l’Afrique du Sud, prétextant le Sommet du Commonwealth pourtant prévu de longue date. Un prétexte, pense-t-on du côté de Dakar, puisque la date en avait été arrêtée en concertation avec tous les Etats concernés.

Le NEPAD est né en 2001 dans une opposition à peine feutrée entre Abdoulaye Wade et Thabo Mbeki, chacun ayant son plan pour sortir le continent de l’ornière. OMEGA pour le premier, Programme de renaissance africaine pour le nouveau millénaire (MAP) pour le second. Une escale à Pretoria du président sénégalais en route pour le Sommet de l’Organisation de l’unité africaine à Lusaka, en juillet 2001, avait permis de désamorcer la bombe. Les deux leaders convinrent de fusionner les deux plans. Naît ainsi la Nouvelle initiative africaine. Présentée au sommet par Wade, elle est adoptée comme programme officiel de l’Organisation de l’unité africaine. Le nom a toutefois changé. La Nouvelle initiative africaine devient le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique.

Pensée économique Le NEPAD n’est pas le premier programme de développement continental. Il y a eu notamment le Plan d’action de Lagos en 1980, le Programme prioritaire de redressement économique en Afrique en 1985, la Communauté économique africaine en 1991, le Program-me d’action du Caire en 1995. Des plans conçus par des experts puis avalisés par les chefs d’Etat. Pour le NEPAD, ce sont deux chefs d’Etat qui ont pris la plume, rédigé et présenté à leurs pairs. Un vrai leadership dans la pensée économique. Le G8 en mal d’initiative pour sortir l’Afrique de l’ornière applaudit des deux mains. Le Sommet de Kananaskis en juillet 2002 adopte un Plan d’action pour l’Afrique. Il est particulièrement élogieux pour le NEPAD. « Le NEPAD offre une occasion historique de surmonter les obstacles au développement de l’Afrique. Notre Plan d’action pour l’Afrique, qui constitue la toute première réponse du G8, vise à encourager l’effort créatif qui sous-tend le NEPAD et à donner des bases solides à la coopération future », indique-t-il notamment.

Déception Six ans après, le bilan est pour le moins mitigé. Wade est particulièrement sévère. En juin dernier, interviewé sur la chaîne Africable, il annonce : « J'ai décidé de ne plus perdre mon temps à des réunions où finalement on ne fait rien. Il y a des centaines de millions de dollars qu'on dépense dans des voyages et des hôtels. Il n'y a pas une seule classe d'école réalisée. Il n'y a pas un seul dispensaire réalisé. » Son appréciation n’est pas partagée par le président Mbeki. Pour lui, le NEPAD a développé divers projets et programmes. Et de citer le câble sous-marin de l'Afrique de l'Est long de presque 10 000 km qui devrait être opérationnel vers la fin de l'année 2008. A Khartoum, en janvier 2006, les chefs d’Etat et de gouvernement ont donné mandat à Wade d’organiser une session spéciale pour la relance. En prélude à la rencontre, il a proposé de transformer le NEPAD en une agence continentale dont le siège serait à Addis Abeba. Qui s'occuperait en priorité des projets d'infrastructures et de leur financement. Le calendrier international laisse très peu de place à l’organisation rapide de ce sommet. Probablement faudra- t-il attendre le prochain sommet de l’UA en janvier prochain. Encore quelques mois de perdus.

 
< Précédent