NoorAssur célèbre le vivre-ensemble Version imprimable
29-11-2016
Profondément attachée à son pays d’origine, le Maroc, Sonia Mariji revient, entre autres, à travers cet entretien, sur l’historique du réseau d’épargne et assurance islamique en France pour répondre à une demande historique de la communauté française de confession musulmane, mais rapidement adoptée par tous, sa disponibilité pour apporter un environnement régulé à travers une finance participative et éthique, en Afrique, sur une série de projets courant 2017…

Les Afriques : NoorAssur couvre l’épargne et l’assurance islamique. Quels sont les produits phares du concept?


Sonia Mariji : Les produits phares que j’ai créés, dès février 2013, répondent à une demande historique de la communauté française de confession musulmane, soit donner la possibilité à ces Français de pouvoir épargner pour le mariage, logement, études, pèlerinage et la retraite, mais aussi permettre aux chefs d’entreprise, qui sont très nombreux dans cette communauté, de pouvoir épargner pour leur retraite selon les dispositifs «La Madelin du chef d’entreprise» (articles 82 et 62 du CGI)
Les produits phares sont une réponse aux besoins de ces Français. Ma volonté a été dès 2008, après une prise de conscience de ce qu’est la finance, d’apporter un environnement régulé à travers une finance participative et éthique.
C’est à ce moment que j’ai réfléchi à une manière de structurer une gamme de solutions en épargne et assurance halal. Ce travail m’a pris plusieurs années pour arriver au lancement du premier contrat épargne et placements Salam, fiscalité assurance-vie dès février 2013.
Depuis, j’ai fait évoluer la gamme NoorAssur, en lançant en novembre 2016 les premiers Takaful en France, répondant ainsi à un besoin d’assurance tel que le Takaful santé (complément au régime obligatoire de la sécu), le Takaful protection juridique médicale, ainsi que le Takaful rapatriement corps couvrant frais d’obsèques du défunt dans son pays d’origine.
Nous travaillons avec les équipes R&D de NoorAssur sur d’autres solutions qui seront lancées courant 2017 !
Ma volonté est véritablement d’apporter une gamme complète en finance islamique, et cela à travers un réseau d’agences NoorAssur partout en France.

La finance islamique diffère de celle dite conventionnelle. Où se situent les différences ou comment gagner de l’argent en optant de devenir votre client?


Les différences fondamentales entre la finance conventionnelle et finance islamique sont régies par 5 principes, à savoir l’interdiction Riâ, Gharar, Maysir (intérêt et usure, incertitude et spéculation), l’obligation Musharaka (partage pertes et profits) et les investissements domaines réels et tangibles.
Ces principes sont éthiques et universels, et quasi à l’opposé de la spéculation dérégulée que la finance conventionnelle offre malheureusement aujourd’hui, à l’origine des dernières crises les plus terribles que nous avons connues.
Pour tout musulman, bien entendu, il n’est pas interdit de gagner de l’argent, heureusement que les musulmans ne sont pas condamnés à rester pauvres ! Il faut simplement respecter les 5 points fondamentaux.
En les respectant, la Mudaraba (plus-value) permet bien entendu de faire valoriser son investissement, du moment que le domaine d’investissement respecte les fondamentaux.


La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.

Le site web de NourAssur : Le site web de NoorAssur

Propos recueillis par Daouda MBaye
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Du 11 au 13 septembre 2017, Agadir a pris le relais de Marrakech, relativement aux échanges...
[La suite...]

En visite officielle au Maroc, Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des Affaires...
[La suite...]

A fin juin 2017, le groupe Banque centrale populaire (BCP) réalise des performances qui confortent...
[La suite...]

Le Congrès Femmes et Agriculture en Afrique, tenu du 11 au 13 septembre 2017 à Marrakech, s’est...
[La suite...]

L’aéroport Marrakech-Menara a abrité le MEBAA Show Morocco 2017, les 12 et 13 septembre. Plus de 60...
[La suite...]

Selon La Croix-Rouge, 3 millions de Kényans ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Les...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×