Plus de 10 millions d’armes circulent en Afrique centrale Version imprimable
07-07-2018
Cette partie du continent en butte à des conflits sociaux fait face à une forte circulation des armes légères. Un facteur déstabilisant pour les pays de la sous-région.
Plus de dix millions d’armes légères circulent actuellement dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), d’après des statistiques publiées mardi à l’occasion de la première conférence sur la Convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre (ALPC). Les travaux qui ont pour thème, « l’accès des acteurs non-étatiques aux armes légères et de petit calibre : une menace à la paix et à la sécurité des Etats de l’Afrique centrale » a pour but de faire le point sur cette situation jugée « préoccupante » par les experts.

Selon Savihenda Daniel Raimundo, représentant du secrétaire général de la CEEAC, « l’omniprésence des ALPC en Afrique centrale est un élément déclencheur de nombreuses crises enregistrées dans la sous-région, ses institutions sont fragilisées et leur effondrement est souvent inévitable », a-t-il indiqué. La circulation des petites armes est omniprésente dans l’ensemble des conflits armés actuels en Afrique, alimentant la violence, entravant la sécurité humaine et le développement, souligne le communiqué, précisant qu’il s’agit de la première conférence des Etats parties à la Convention de Kinshasa sur le contrôle des armes légères et de petit calibre (CEP1) qui s’est tenue les 11 et 12 juin 2018 à Yaoundé.

Dans ce contexte, « le processus démocratique est alors sapé et l’anarchie érigée en règle ».

Une situation déplorable liée à la facilité qu’ont les acteurs non-étatiques à acquérir ces armes.

D’après des sources, les violences armées nées de la prolifération des armes légères sont à l’origine de la mort de près de 15 000 personnes ces dix dernières années en Afrique centrale.

Raison pour laquelle l’envoyé du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Ivor Richard, a insisté sur la nécessité de « renforcer le contrôle dans la sous-région ».
La Convention de Kinshasa sur l’ALPC a été adoptée le 30 avril 2010 par onze Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale et entrée en vigueur le 8 mars 2017.

Jean Jacques Opango, Yaoundé
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

L’entreprise danoise fabricant d’éoliennes, Vestas, a annoncé la fourniture de 159 MW pour le...
[La suite...]

Une opération de plantation, à la capitale du Niger, de plusieurs milliers d'arbres baptisée...
[La suite...]

Le Ghana tente d’attirer des investisseurs français. Les associations de la diaspora ghanéenne...
[La suite...]

A Finance Innovation, le continent africain est devenu une priorité. Le Sénégal et le Rwanda...
[La suite...]

En Tunisie, le président de la République Béji Caïd Essebsi a annoncé lundi 13 août un projet de...
[La suite...]

L’exigence de l’accroissement du rendement des produits agricoles, halieutiques et de l’industrie...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×