Accès abonné :              

africa-ma.jpg
Privatisation de la Société des Télécommunications du Mali (Sotelma) Version imprimable
26-02-2012
Société des Télécommunications du Mali (Sotelma). La privatisation de la Société des Télécommunications du Mali (Sotelma) a amorcé sa seconde phase qui va se solder par une réduction des parts de l’Etat de 49% actuellement à 20%.

L’Etat du Mali va se délester de 29% supplémentaire de ses parts

L’Etat du Mali va mettre en vente sur le marché financier de l’Uemoa 29% de ses 49% d’actions de la Sotelma S.A. L’offre publique de vente (OPV) de ces titres, qui devra intervenir au plus tard début avril prochain, sera assurée par trois sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI) : SGI Mali et Phoenix Capital Management (PCM) et EDC Investment Corporation (EIC-Groupe Ecobank). Ce consortium de SGI a donc « à charge de structurer l’OPV, conduire le placement des actions et accomplir les formalités d’inscription de cette OPV à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) » selon la feuille de route que lui a tracé les autorités maliennes.

Les 29% d’actions seront cédés suivant une clé de répartition de 19% dans le grand public et 10% aux salariés de la Sotelma. Il est attendu de l’opération qu’elle rapporte globalement plus de 120 milliards de FCFA à l’Etat. Ce dernier s’en était déjà tiré avec 180 milliards de francs CFA en juillet 2009 au terme de la première phase de privatisation de l’opérateur national malien de téléphonie fixe, mobile et Internet. Le processus d’appel d’offres international, en laquelle elle avait alors consisté s’était soldé par une adjudication des 51% du capital en faveur de Maroc Télécom, filiale du groupe français Vivendi.

Demain un avenir à la Sonatel à la BRVM ?

Une transaction apparemment bienfaisante pour Sotelma qui depuis sa prise de contrôle par Maroc Télécom affiche des performances financières et commerciales intéressantes. Elle terminé l’année 2010 avec un chiffre d’affaires en hausse de 26% à 92 milliards de F CFA et un résultat opérationnel de plus de 14 milliards de F CFA. Ces résultats inclinent à un optimisme quand au succès que pourrait rencontrer la vente prochaine des 29% de part dont va se délester l’Etat malien. Jean-Paul Gillet, directeur général de la BRVM est déjà dans ce mode. Il se réjouit lui déjà de la perspective « de l’introduction à la cote sur le marché des actions, d’ici la fin du première semestre 2012, des titres Sotelma ». Et prédit même à ce titre, lorsqu’il sera coté, « un parcours aussi exceptionnel sur le marché que celui du titre Société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel)».

Il reste, cependant, du chemin encore à parcourir avant que l’action Sotelma ne se négocie à la BRVM ! Mais le gouvernement malien s’active pour « parachever, au plus grand tard, la première semaine de mars 2012, la partie administrative des dossiers aux fins de transmission au Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF) pour validation et autorisation de la vente des titres par le consortium de SGI » selon les explications d’un responsable de l’administration malienne.

Louis S. Amédé, Abidjan
 
< Précédent   Suivant >