RCA-France : Charles Malinas empêtré dans un scandale de trafic de visas Version imprimable
08-02-2017
L’ambassadeur plénipotentiaire de la France auprès de la RCA, durant deux ans et demi, le tout-puissant Charles Malinas, l’homme de l’opération Sangaris et qui a un moment donné l’impression de décider du devenir des Centrafricains, est soupçonné de trafic de visas dans une enquête interne minutieusement menée au sein du Quai d’Orsay.
Selon plusieurs sources concordantes auxquelles nous avons eu accès au sein du Quai d’Orsay, il est clairement indiqué dans un rapport confidentiel produit cet automne par l’Inspection générale des Affaires étrangères françaises sur le fonctionnement de l’ambassade de France à Bangui, où la France conserve encore une influence géopolitique et géostratégique, que des défaillances et des manquements graves ont été relevés dans la procédure de délivrance des visas d’entrée sur le territoire français et l’espace Schengen.

Les auteurs du rapport ont relevé des dysfonctionnements graves dans la gestion et la délivrance des visas à Bangui. Saisie sur le dossier, une source qui a requis l’anonymat au sein du Quai d’Orsay nous indique que «des mesures devront être prises». Car le dossier ne peut plus être classé sans suite compte tenu de la gravité des faits constatés par les inspecteurs du Quai d’Orsay. Il est clairement établi que l’ambassadeur Charles Malinas, en fonction jusqu’en octobre dernier en Centrafrique, est vivement mis en cause dans ce rapport. Ce dernier a d’ailleurs été rappelé à la fin de l’année dernière de son nouveau poste d’ambassadeur en République tchèque. Selon nos sources, Malinas n’a plus remis les pieds à Prague depuis son rappel en fin décembre dernier. L’ambassade est désormais administrée par un chargé d’affaires, nous indique-t-on du côté de Prague.

Tout démontre pourtant que le dossier est ultra-sensible. La semaine dernière, le directeur Afrique du Quai d’Orsay, Rémi Maréchaux, ancien premier conseiller à l’ambassade de France à Bangui, a récemment effectué le déplacement à Bangui pour vérifier les conclusions du service d’enquête. Les résultats ne font aucun doute : les «dysfonctionnements» constatés sont très graves, «hors normes», nous confie un diplomate, et éclairent de façon peu glorieuse l’action de la France en Centrafrique.

Des visas trafiqués
Il y a quelques mois, des employés locaux de la chancellerie française à Bangui alertaient déjà la hiérarchie sur les pratiques douteuses de délivrance des visas et des injonctions de l’ambassadeur Charles Malinas auprès des services consulaires de l’ambassade de France à Bangui. Les services de police chargés à Paris de la lutte antiterroriste avaient constaté en effet que des musulmans radicalisés avaient débarqué de Centrafrique vers la France. Les visas, apparemment, leur avaient été accordés généreusement, sans les vérifications d’usage. Or, selon un diplomate français, fin connaisseur de la Centrafrique, «ce sont en fait des centaines et des centaines de visas qui ont été en fait distribués à des Centrafricains musulmans par les services de l’ambassade de France».

Au ministère français de la Défense dont les services maintiennent une surveillance sur le pays, ces alertes ont été prises très au sérieux. Il devenait difficile pour le Quai d’Orsay de fermer les yeux. Très rapidement, l’enquête qu’il a diligentée révèle que cette politique laxiste était couverte par l’ambassadeur Charles Malinas lui-même. Dans quel but? À ce stade, les soupçons d’enrichissement personnel ne sont pas écartés par les enquêteurs des Affaires étrangères.

Charles Malinas, l’ambassadeur ami des autocrates de la région
Charles Malinas incarnait cette nouvelle catégorie d’ambassadeurs en Afrique plus préoccupés de leurs bonnes relations privilégiées avec le pouvoir local que de servir les intérêts de leur pays. On les voit devenir peu à peu les porteurs de messages à Paris des régimes africains peu accommodés aux valeurs démocratiques.
L’ancien ambassadeur à Bangui avait développé une relation privilégiée avec l’ancienne présidente, Catherine Samba Panza, à tel point que certains Centrafricains le désignaient comme le «gouverneur de Bangui». Désigné à ce poste par Laurent Fabius pour mener, de janvier 2014 à mars 2016, la transition démocratique tout en assurant ses arrières par quelques placements en Côte d’Ivoire, Charles Malinas n’a ménagé aucun effort pour faire admettre à Paris que Martin Ziguélé était l’homme qu’il fallait soutenir. Hélas, le peuple centrafricain en a décidé autrement au grand dam de ce dernier qui a tout fait pour faire battre Anicet Dolonguélé qui n’appréciait pas ses injonctions.

Charles Malinas était si bien avec le pouvoir centrafricain qu’il fut promu, le 29 avril 2014, chevalier des arts et lettres, contrairement aux usages en vigueur qui prévoient que les diplomates ne peuvent accepter de décoration que lors de leur départ. L’ex-ambassadeur en poste à Bangui est aujourd’hui empêtré dans un scandale qui risque de l’éloigner des cercles de la haute sphère diplomatique et politique.

Rodrigue Fénelon Massala
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Nairobi, capitale du Kenya, vient d’abriter pour la première fois la conférence "Morocco–Kenya...
[La suite...]

Au Sénégal, le mandat du «Wax waxxeet», qui signifie le fait de se dédire en wolof, langue...
[La suite...]

Un déjeuner de travail a été organisé par le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa)...
[La suite...]

Afin d’améliorer l’attractivité des produits d’artisanat au Maroc et à l’international, le...
[La suite...]

Environ 41 millions d’euros, c’est le montant du prêt octroyé par la Banque africaine de...
[La suite...]

La Société commerciale de banque (SCB), appartenant à Attijariwafa bank, fait partie, avec les...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×