RDC : Qui a peur de Moïse Katumbi Chapwe ? Version imprimable
29-06-2015
L’opinion congolaise et internationale a été informée en fin de semaine d’une plainte du chef de l’Etat de la RDC, Jospeh Kabila, à l’encontre d’une trentaine de personnalités, parmi lesquelles figurent Moïse Katumbi, l’ex- gouverneur du Katanga. Cette information a été révélée par plusieurs sources concordantes.
Dans le cadre du combat semble-t-il de la lutte contre la corruption et la fraude, nous indique-t-on du côté des proches du président Kabila, ce dernier ne ménagerait aucun effort pour combattre ces fléaux qui détériorent le climat économique du pays. C’est soi-disant pour marquer le top départ de la bonne gouvernance que le chef de l’Etat de la RDC Joseph Kabila aurait soudain mis tout en œuvre pour traquer les présumés contrevenants. C’est dans ce contexte que le parquet de Kinshasa a été saisi d’une plainte déposée par le conseiller spécial de Joseph Kabila chargé des questions de lutte contre la corruption au nom du chef de l’Etat à l’encontre de plusieurs personnalités.

De mémoire de Congolais, c’est pour la première fois qu’un chef d’Etat en fonction intente une action en justice visant des personnalités investies de fonctions électives ou publiques. En effet, la plainte du chef de l’Etat vise certes une trentaine de personnalités,mais le plus visé par cette plainte reste sans conteste le gouverneur démissionnaire du Katanga et redoutable prétendant à la succession de Joseph Kabila auquel la Constitution interdit de briguer un troisième mandat.

Tout compte fait, depuis que Moïse Katumbi avait publiquement annoncé de façon métaphorique son opposition à un troisième mandat de Joseph Kabila, ce dernier était devenu l’homme à abattre, d’où l’interrogation de plusieurs analystes autour des motivations réelles du pouvoir d’ ester en justice à une année de la fin de mandat de Kabila. Le chef de l’Etat congolais serait-il comme le pense une certaine opinion dans la logique de règlement de comptes ?Car la fameuse plainte du chef de l’Etat après analyse vise des personnalités qui se sont officiellement ou officieusement opposées à sa stratégie de glissement qui lui aurait permis d’aller au-delà de son mandat qui prendra fin en 2016.

Outre Moïse Katumbi , un autre gouverneur réputé très proche de Kabila, Marcelin Chisambo, qui administre la province du Sud Kivu situé à l’Est de la RDC. Marcelin Chisambo fut l’un des miraculeux rescapés de l’aéronef qui coûta la vie au conseiller spécial de Kabila Augustin Katumba Mwanké. Selon une source proche de ce dernier, Marcelin serait tombé en disgrâce avec le raïs tout comme Alphonse Ngoy Kasanji le puissant gouverneur du Kassaï Orientale. En réalité, les autres personnes visées sur la plainte ne seraient que l’arbre qui cacherait la forêt. La principale personne visée dans cette plainte reste et demeure Moïse Katumbi dont les rapports avec le chef de l’Etat actuel se seraient détériorés de façon exécrable. Cette opinion est contestée par les proches du chef de l’Etat dont certains minimisent même la portée.

Cependant, il serait loisible de faire un flash-back sur l’atmosphère de fin de règne qui provoque la panique dans le clan Kabila qui semble ne pas avoir une pièce de rechange dans le Katanga qui a été subdivisé en 4 provinces. Qu’à cela ne tienne, les partisans de Katumbi relèvent qu’en 2011, notamment jour pour jour à une année de l’élection présidentielle, Moïse Katumbi fut également l’objet de deux plaintes déposées simultanément en Belgique et à Londres. Donc, le mode opératoire est connu et le logiciel bien huilé. A la différence en 2011, Kabila s’était caché derrière ses proches, en l’occurrence son ministre de la Justice de l’époque Luzolo pour traduire Katumbi en justice. Hélas ! Katumbi avait remporté ces deux batailles judiciaires et fut blanchi par la justice belge et britannique, précise Katumbi. Ainsi, à son retour au Katanga, Katumbi mit sa démission sur la balance. Informée, la population du Katanga lui opposa une fin de non-recevoir à travers une pétition signée par plus de 2 millions de personnes. Cet épisode permettra à Katumbi de mesurer réellement sa popularité, car sa méthode de gouvernance dans cette partie du territoire lui a valut de s’attirer la sympathie du peuple congolais dans une large majorité, d’une part et d’autre, Katumbi devenait une menace pour le clan politique de Kabila qui agit maintenant à visage découvert .La fameuse plainte porte la signature de Kabila en personne qui somme toute choisit le mauvais moment et la mauvaise cible. Car aux yeux de l’opinion, Katumbi est victime d’un acharnement politico-judiciaire qui a un seul but : le discréditer et le rendre inéligible par la force de la loi.

Du côté de Katumbi ,l’heure est à la sérénité, car pour le principal intéressé ce n’est pas la première fois que ses adversaires tentent de le faire passer pour ce qu’il n’est pas et ce n’est toujours pas, poursuit-il, la première fois que les amis de sa famille politique intentent une action en justice contre lui. Mais il préfère rester serein et attend d’être officiellement saisi pour prendre ses responsabilités.

Le feuilleton Katumbi-Kabila ne fait que commencer, mais le personnage Katumbi fait peur à plusieurs cadres de la majorité présidentielle qui voient en lui un redoutable concurrent qu’il faudrait clouer. Mais la stratégie choisie ne s’accommoderait guère. Katumbi ne se laissera pas intimider. Attendons-nous à plusieurs épisodes. La crainte de Katumbi serait-il le commencement de la débâcle ?

Rodrigue Fénelon Massala
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le processus démocratique abouti au Bénin ou encore à Djibouti, les relations entre Paris et les...
[La suite...]

Banque Populaire et Maroc Export organisent, du 29 mai au 3 juin 2016, la 3ème édition B to B in...
[La suite...]

Dans la catégorie «Gestion de Portefeuilles», ERI vient d’être récompensée pour son progiciel...
[La suite...]

Quatre ans après la pose de la première pierre du gigantesque complexe hôtelier, porté par le jeune...
[La suite...]

La 10ème édition des Trophées African Banker, tenue mercredi 25 mai 2016 à Lusaka en Zambie, a...
[La suite...]

Après l’Afrique de l’Ouest et centrale, les entreprises marocaines s’intéressent aux opportunités...
[La suite...]

Autres articles

 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :