S.E. Fodé Sylla, ambassadeur itinérant du Sénégal : «À Essaouira, on est résolument Africain» Version imprimable
04-07-2017
Entre deux concerts, S.E. Fodé Sylla, ambassadeur itinérant du Sénégal, a salué la réussite du Festival Gnaoua et Musiques du Monde, imposant la Gnaoua Diffusion à travers la planète et révélant ces différences qui nous unissent. Il n’a pas manqué d’encourager la tenue d’une rencontre similaire dans son pays…
Les Afriques : Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde fête ses 20 ans. Que ressentez-vous en foulant le sol d’Essaouira?
Fodé Sylla : C’est l’aboutissement d’un rêveur et utopiste. Souvent, on a l’impression que le fait de classifier les pays en pays riches et pauvres peut impliquer que le bien et le beau ne sont réservés qu’aux plus nantis. Je m’inscris en faux. Quand il s’agit de faire la même chose pour nous, on y arrive avec des gens déterminés. À Essaouira, un groupe de personnes, comprenant André Azoulay, Neïla Tazi…, a su le faire. Ces derniers ont su faire de cette chose anecdotique un sujet mondial. Ici, on est parti de quelque chose local pour arriver à un thème, la Gnaoua Diffusion, appréciée partout. Ce qui s’est passé à New York, à Washington ou encore plus récemment au mois de février au Bataclan à Paris constitue une des plus belles réponses qu’on pouvait apporter. À Paris, au-delà de l’humain, c’est ce côté multiple avec des apports divers et venant de partout qui a été magnifié.

Aussi, d’un seul coup, cette tendance est devenue internationale. La Gnaoua Diffusion permet la réconciliation de gens d’horizons différents. Réunir en ce festival des stars mondiales, de la trempe de Lucky Peterson, Ismael Lô, Carlinhos Brown, autour de grands Maâlems du Gnaoua, est extraordinaire. Comme le disait si bien André Azoulay, quand on est à Essaouira on est ni noir, ni juif, ni arabe, mais on est résolument Africain.

N’est-il pas venu le moment de dupliquer un tel festival dans des villes et cités historiques en Afrique noire, vu la forte valeur ajoutée qu’il dégage?
Neïla Tazi, co-fondatrice du Festival Gnaoua et Musiques du Monde et vice-présidente de la Chambre des conseillers, a abordé la question au cours d’un récent déjeuner à Marrakech avec Oumar Youm, directeur de cabinet du président Macky Sall. Il s’agit d’organiser un tel festival et l’y implanter. Ce serait un symbole fort dans la coopération Sud-Sud, encouragée par les dirigeants et par les peuples. Gorée est un symbole, une ville emblématique, d’autres localités, telles que Diamniadio, la nouvelle ville qui monte, Tambacounda, ma ville, dans le Sénégal oriental, ou Kédougou dans cette même sous-région… peuvent bien abriter une manifestation similaire. D’ailleurs, la Biennale de Dak’Art s’inscrit dans ce sillage.

Ce sont des rencontres qui boostent aussi l’activité économique. À Essaouira, il y a 20 ans, les réceptifs étaient entre 10 à 20, aujourd’hui, si on y inclut les maisons d’hôtes, ce nombre dépasse les 200. Ce sont autant d’emplois générés qui s’ajoutent aux revenus des boutiques modernes d’art et de souvenirs et autres activités connexes. Les villes qui accueillent de tels festivals gagnent en notoriété. S’inspirer du Festival Gnaoua c’est non seulement redorer son image, mais aussi valoriser davantage sa culture. Au-delà de la musique contemporaine, il s’agit de défendre une politique culturelle ancrée dans les origines et qui tend vers l’universel.

Propos recueillis par Daouda MBaye à Essaouira
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×