Sarkozy, un discours de destruction massive Version imprimable
27-02-2008

«Je m'engage à ne jamais serrer la main de quiconque ne reconnaîtrait pas Israël». C'était Nicolas Sarkozy, le 13 février 2008, au dîner du Crif. C'était tellement fort que les officiels dans le monde arabe sont restés sans voix.

«Je m'engage à ne jamais serrer la main de quiconque ne reconnaîtrait pas Israël». C'était Nicolas Sarkozy

Par Saïd Djaafer, Alger

Même la Ligue arabe n'a rien dit. Seul le président du Yémen, Ali Abdallah Salah, a exprimé à Jack Lang qu'il recevait, en présence de l'ambassadeur de France à Sanaa, le 17 février, ses regrets devant cette sortie du président français. Selon l'agence de presse yéménite, Saba, Ali Abdallah Salah a considéré que «ce genre de déclaration, s'il est avéré, ne sert pas les relations arabo-françaises et le rôle neutre de la France dans la relance du processus de paix dans la région». Selon l'agence, Ali Abdallah Saleh aurait conseillé au président français de «corriger» ces propos qui suscitent de la circonspection à l'égard du «rôle de la France dans la région». Mais que faisait Jack Lang chez le président yéménite ? Il était porteur d'une lettre écrite de Nicolas Sarkozy invitant Ali Abdallah Saleh a un grand salamalec à Paris. Le plus piquant est qu'en application de l'engagement pris par Nicolas Sarkozy, le président Yéménite et pratiquement tous les rois et chefs d'Etats arabes, ne sont plus éligibles à l'auguste poignée de mains du locataire de l'Elysée. En fait, il est plus simple de dire que seuls, Hosni Moubarak d'Egypte, le Roi Abdallah de Jordanie, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi de Mauritanie et Mahmoud Abbas qui n'a pas le choix, auront la possibilité de serrer la main de Nicolas Sarkozy. C'est tellement gros que les officiels arabes ont préféré ne rien dire. Car de mauvais plaisants arabes tancent déjà sur Internet, le Roi Abdallah d'Arabie Saoudite, le guide libyen Maamar Gueddafi ou le président algérien Abdelaziz Bouteflika sous le mode : vous qui lui avez récemment serré la main, est-ce que vous avez fait une reconnaissance clandestine d'Israël?

Quelques journaux arabes pensent que Sarkozy visait l'Iran, le Hezbollah et le Hamas mais qu'au lieu d'être précis, il a fait un discours de «destruction massive» pour la diplomatie et l'économie françaises. Dans un forum de discussion arabe, le lendemain du passage de Sarkozy au Crif, le sujet du jour était : «Acceptes-tu de serrer la main de Sarkozy?». Personne ne doute que les mauvais plaisants s'adressaient aux dirigeants arabes… qui, à l'exception de Ali Abdallah Salah, ont préféré ne pas entendre…ce chahut.

http://www.dailymotion.com/video/x4dftd_sarkozy-au-crif_news (à 8'45)

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×