Sénégal-MCA: Les bonnes béquilles pour un second compact Version imprimable
30-04-2015
Dans quatre mois environ, le Sénégal aura épuisé le financement du MCA américain et les autorités aspirent à obtenir un second compact. Le sérieux cabinet d’audit et de conseil Grant Thornton souligne, dans sa publication annuelle, consacrée à l’analyse du budget, les chances du pays à s'adjuger cette deuxième ligne de financement.
Le compact signé entre le Sénégal et les Etats-Unis, dans le cadre du Millenium Challenge Account (MCA) tire à sa fin. Le Sénégal a reçu dans ce cadre un don de 540 millions de dollars en 2010, pour un programme destiné à lutter contre la pauvreté et accélérer la croissance. Le financement est notamment destiné à financer la construction d’infrastructures routières et hydro-agricoles, ainsi que d’autres projets à caractère social. Comme bien d’autres pays avant lui, le Sénégal espère que ce compact pourra être renouvelé, et avec un budget beaucoup plus conséquent. Pour cela, le pays devrait d’abord avoir utilisé l’intégralité des 540 millions de dollars américains qui lui avaient été précédemment alloués. Ensuite, le pays devrait démontrer sa capacité à gérer et à entretenir efficacement les infrastructures réalisées par ce biais. 

Grant Thornton explique, par ailleurs, que parmi les paramètres qui seront pris en compte dans l’éligibilité du pays à un compact, il y a une vingtaine d’indicateurs ayant trait à des questions économiques, sociales et de gouvernance politique. Dans ces 20 indicateurs, il suffit d’avoir une bonne place sur une dizaine pour être qualifié pour un compact. Et la brochure du Grant Thornton indique que le statut de pays éligible du Sénégal n’est pas menacé, grâce notamment à son bon score relatif à la lutte contre la corruption, le respect des droits démocratiques, et son bon comportement sur 14 indicateurs, au lieu de dix nécessaires. 

Indices MCA et Mo Ibrahim vs indice Transparency International
L’un des points les plus remarquables est la bonne notation du Sénégal en ce qui concerne l’indicateur de la lutte contre la corruption. Pour cet indice, le pays obtient 94% sur l’indice du MCC. Cela devient très intéressant, quand on fait le rapprochement avec l’indice de Transparency International (Ti) sur la perception de la corruption, sur lequel le Sénégal fait 43 points sur les 100 possibles, et se classe à la 74ème place. Quand on sait que pour réaliser son indice sur la corruption, le MCC s’est basé sur les enquêtes de la Banque mondiale et du Brookings Institute, on ne pourrait l’accuser de légèreté. D’ailleurs, la brochure souligne que cette performance du Sénégal est renforcée par le rapport Mo Ibrahim 2013/14, qui classe le Sénéga l 9ème sur 52 pays au plan de la gouvernance globale. Et dans ce rapport, le score du Sénégal est en constante progression depuis 2009. Par ailleurs, on peut remarquer que même Transparency International reconnaît sur son tableau comparatif des trois dernières années que le Sénégal améliore régulièrement son score au fil des années. Il n’en reste pas moins que l’écart entre les deux notations des deux organisations est assez étonnant, à tout le moins. Ce qui n’empêche pas les autorités de devoir faire montre de prudence. 

La réhabilitation de la Rn6 traîne les pieds
Dans sa brochure intitulée «Sénégal 2015-Objectifs de croissance et orientations budgétaires», le cabinet d’audit Grant Thornton souligne que le MCA du Sénégal a enregistré des progrès notables dans l’exécution physique et financière, «notamment dans le Nord du pays». Le document souligne toutefois que «des retards ont été enregistrés au Sud, dans l’exécution du projet de réhabilitation de la route nationale 6, notamment le tronçon reliant Ziguinchor à Tanaf». Les experts de Grant Thornton expliquent que «des mesures ont été prises pour accélérer le rythme des travaux en vue d’en assurer la réception au 23 septembre 2015». 

(La suite à lire dans le prochain numéro du magazine Les Afriques) 

Par Ismael Aidara, rédacteur en chef
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×