TNT L’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale à la traine Version imprimable
14-06-2018
La Télévision Numérique Terrestre devait être opérationnelle depuis le 17 juin 2015, l’Afrique subsaharienne continue de marquer le pas.
En Afrique, seulement 9 pays couvrent plus de 80 % de leurs territoires en télévision numérique. Il s’agit de la Namibie, la Zambie, le Malawi, le Swaziland, Maurice, la Tanzanie, le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda. En somme, aucun pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Néanmoins, sur le continent, 18 autres pays ont vu le lancement de plateformes TNT (sans coupure de l’analogique), et 11 pays sont sur la bonne voie. Trois principaux groupes privés lancent la TNT dans différents pays, soit de manière indépendante, soit en «joint-venture» avec les Etats. Un nouvel entrant dans la TNT, TNTSat Africa tente de percer en Afrique de l’Ouest et Centrale. C’est un secret de polichinelle, la Télévision Numérique Terrestre (TNT) devait être opérationnelle depuis le 17 juin 2015. Malheureusement, le constat est cinglant, deux ans plus tard, l’Afrique subsaharienne continue de marquer le pas. Pour Sa Eva Nébié, analyste en chef de Dataxis en charge de l’Afrique déclare que : «La raison principale est le manque de volonté politique des autorités nationales de mettre en œuvre le basculement.» Ce d’autant plus que la plupart des pays en retard sont ralentis par des problèmes financiers ou techniques alors que Selon l’accord passé avec l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) le 16 juin 2006, les 54 États africains se sont engagés à éteindre le signal analogique avant le 17 juin 2015 pour certains pays, et en 2020 pour d’autres. Sylvain Béletre, analyste chez Balancing Act, co-auteur d’une étude sur la télévision numérique terrestre (TNT) en Afrique, rend compte des dernières avancées sur ce segment. «Certes, de nombreux pays sur le continent n’ont pas répondu à l’appel de la coupure de l’analogique». Avant d’ajouter : «Ce Rendez-vous manqué illustre l’incapacité de la plupart de certains gouvernements à tenir leur promesse dans les temps». De cet étude sur : «Le retard des lancements de la TNT», Il en ressort que cela représente un manque à gagner énorme pour les populations et les économies locales qu’on peut estimer à des milliards de Fcfa de perte pour l’Afrique. La même étude souligne que dans environ la moitié des pays du continent, ce retard impacte également les services de télécommunication, à l’instar de la 4G-LTE - puisque la TNT permet de libérer le spectre des fréquences pour favoriser le haut débit.dans certains cas, le problème est administratif.

De l’analogie au numérique
Dans l’ensemble, la TV numérique terrestre a été freinée par les priorisation des dépenses des Etats, et les investissements requis allant de 15 à 200 millions de dollars US, selon la taille des territoires à couvrir, explique-t-on dans les couloirs des différents ministères tutelles. Le passage au numérique va nécessiter pour l’ensemble des pays de l’UEMOA le déblocage d’une enveloppe de 260 milliards de FCFA dont par exemple 30 milliards pour chaque pays. Il existe actuellement 5 manières de financer la TNT, selon le dernier rapport de Balancing Act, et le retour sur investissement peut être très positif pour les nations. De manière théorique, pour obtenir leur licence et émettre sur la TNT officielle, les chaînes de télévisions devront s’équiper de systèmes et de contenus numériques et s’acquitter d’une licence, voire payer une location annuelle. Mais les radiodiffuseurs n’auront pas besoin de mettre en place leurs propres émetteurs, multiplexes et réseau. Ils utiliseront le réseau de la TNT nationale.

Si la plupart des pays africains n’est pas encore en état de basculer vers le tout numérique, une poignée d’entre eux bénéficiera de la TNT d’ici la fin de l’année 2018. A cet effet d’ailleurs, les régulateurs de l’audiovisuel des pays de l’UEMOA et de la Guinée se sont réunis du 17 au 18 avril 2018 à Abidjan en Côte d’Ivoire à l’initiative de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA). L’objectif de la rencontre était d’évaluer le niveau de déploiement de la TNT dans les différents pays membres, en plus de la Guinée. «Ce séminaire a été dédié à l’approche d’ensemble du bilan du processus de basculement à la TNT dans les pays membres de la Plate-forme, des difficultés rencontrées, des perspectives et solutions», indique le communiqué sanctionnant cette assise. Dans le même communiqué, on apprend que : «De l’état des lieux du processus de basculement de la TNT dans les Etats membres de la Plate-forme, il apparaît qu’il y a une grande disparité dans le bilan d’étape. Certains pays, comme le Burkina Faso, sont quasi prêts au basculement intégral (à 80% du territoire national) ; d’autres pays par contre, ont fait l’option d’un basculement progressif».

Sur les causes de ce retard, la plateforme des régulateurs évoque plusieurs raisons, à l’instar du coût de diffusion des programmes des télévisions privées par les sociétés nationales de télédiffusion, dans des contextes économiques généralement défavorables, ou encore l’articulation des relations entre les instances de régulation des contenus et les sociétés de télédiffusion. Toutefois, les pays membres de l’UEMOA ainsi que la Guinée ont montré que même s’ils accusent un grand retard, ils tiendront tous l’échéance du 17 juin 2020, après avoir manqué celles de 2015 et de 2017.

Mathieu Nathanaël Njog
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Extraits de l'éditorial paru dans le magazine Les Afriques numéro 383, signé Abderrazzak Sitaïl,...
[La suite...]

Rarement on aura vu ces dernières années, des discours convergents sur l’Afro positivisme. Il y a...
[La suite...]

Le moratoire proposé aux fonctionnaires par le président de la République a été rejeté par l’Union...
[La suite...]

Le président Libérien George Weah a matérialisé ce 14 juin la signature du contrat d’attribution...
[La suite...]

En dépit du nombre de morts préoccupant enregistrés sur la route qui mène vers un « Eldorado »...
[La suite...]

La Télévision Numérique Terrestre devait être opérationnelle depuis le 17 juin 2015, l’Afrique...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×