Togo : Faure Gnassingbé s’enquiert de la libre circulation dans les postes-frontières Version imprimable
09-06-2017
Le chef de l’État togolais, président en exercice de la Cedeao, a effectué une visite inopinée à la frontière entre le Togo et le Ghana pour s’imprégner personnellement de la libre circulation des personnes et des biens.
Le poste frontalier d’Aflao, l’une des voies de passage entre le Togo et le Ghana, a ouvert le bal des visites inopinées du nouveau président en exercice de la Cedeao. En effet, le jeudi 8 juin, le président Faure Gnassingbé, accompagné du président de la commission de la Cedeao, Marcel De Souza, a effectué une visite de terrain de façon imprévue à la frontière entre le Ghana et le Togo. Passé les premières minutes, une foule de gens s’est aussitôt regroupée autour de lui pour lui exprimer leur joie de le voir venir s’enquérir de leurs difficultés pendant les formalités policières et douanières.

Les témoignages que nous y avions entendus étaient fort émouvants, constate un membre de la délégation présidentielle. Les commerçantes ont décrit au chef de l’État les péripéties et le calvaire auxquels ils sont confrontés jour et nuit. Une commerçante s’est rapprochée d’une proche collaboratrice du chef de l’État et la prie d’exprimer sa profonde gratitude à Gnassingbé pour sa descente à la frontière et l’invite à y envoyer souvent des émissaires afin de lui rendre compte directement. Et c’est entre autres actions le dispositif que le président a prévu mettre en place immédiatement. Mieux, il a décidé d’installer des caméras de surveillance aux postes frontaliers d’immigration et de douane. De ce fait, tout agent qui se ferait prendre en flagrant délit subira la rigueur de la loi pouvant aller jusqu’à sa radiation. Une action salutaire qui sera de nature à réduire substantiellement les tracasseries aux frontières.

Après la frontière entre le Ghana et le Togo, la prochaine visite, selon Requia Madougou qui a assisté à cette visite-surprise, sera le poste frontalier entre le Bénin et le Togo, Hilacondji/Sanvi Condji.

La problématique de la libre circulation des biens et des personnes reste et demeure un des défis majeurs à relever dans la sous-région. La mission lui a été confiée par ses pairs. Ainsi, il appelait sans plus tarder à enlever les dernières barrières au brassage des populations, responsabiliser notre jeunesse en encourageant sa mobilité économique dans l’espace régional, tel est le chantier que compte consolider le président togolais durant son mandat à la tête de la présidence tournante de la Cedeao.

La question de la modernisation des équipements dans les postes frontaliers de la région, notamment dans un environnement marqué par la lutte contre le terrorisme, reste un des volets sur lesquels le chef de l’État togolais devrait également s’appuyer pour renforcer la sécurité dans les zones de brassage des populations de l’espace et des autres visiteurs de la région.

Rodrigue Fénelon Massala
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×