Tunis : Plénière Alliance Pursuit de CJD International Version imprimable
07-03-2017
Papa Landing Mané et Gaëtan de Sainte Marie, respectivement président et vice-président du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise international (CJDI), viennent d’animer, mercredi 8 février à Tunis, pour une centaine d’entrepreneuses et d’entrepreneurs, tous membres du CJD en Tunisie, une plénière «Alliance Pursuit».
Les entrepreneurs sont les acteurs de changement. Changement du monde… dans tous les cas, le CJD international (Centre des jeunes dirigeants d’entreprise international) œuvre dans ce sens. Avec Alliance Pursuit, un serious game créé par le CJD France, un jeu permettant à des dirigeants, qu’ils soient clients, partenaires, sous-traitants, de créer et de promouvoir des alliances pour être plus forts ensemble, la voie est toute tracée. Justement, Gaëtan de Sainte Marie, vice-président du CJDI trouve que : «Alliance Pursuit s’inscrit pleinement dans l’économie collaborative appliquée au BtoB, c’est-à-dire comment nous permettre concrètement d’être plus agiles pour nous développer plus rapidement quitte à sortir des sentiers battus».

Pour rappel, le CJD a déjà animé de telles sessions à Londres, Monaco, à l’ile Maurice et prochainement dans d’autres pays où le CJD est présent. Cette démarche illustre une volonté au cœur des missions du CJD. Se souvenant que c’est un groupe, avec 4 dirigeants de 4 pays différents et 4 activités distinctes, qui a démarré une alliance transnationale après avoir joué à Alliance Pursuit, ce responsable du mouvement patronal a ajouté : «Quand on communique sur l’entreprise humaine ou sur la performance globale, il est important de fournir des idées et des outils opérationnels».

Dans cet esprit, le CJD a créé le site www.acteursduchangement.cjd.net, ouvert à tous et où l’on peut trouver et télécharger gratuitement une vingtaine d’outils conçus par des entrepreneurs et prêts à l’emploi, tel qu’Alliance Pursuit. Ils vont des serious games aux guides pratiques par thème, en passant par des supports pour évaluer et construire ses plans d’action… Aujourd’hui, nous précise-t-on, l’une des priorités du mandat de 2 ans de Papa Landing Mané et de Gaëtan de Sainte Marie est que ces outils soient davantage connus et utilisés le plus possible par les 5 000 dirigeants membres du CJD dans 18 pays et sur 4 continents, mais également par l’ensemble des acteurs du changement, même externes au CJD, à savoir tous ceux dont les actions et expérimentations visent à faire évoluer l’entreprise et la société. Et dans ce sillage, la feuille de route du CJD International pour 2017 est de «créer des alliances entre les entrepreneurs du monde partageant la même vision d’une entreprise humaine en multipliant des animations et des événements, plénières, commissions de travail, sessions de formation, autour de ces outils à la demande des différents pays et sections qui le souhaitent», assure le président du CJDI, Papa Landing Mané. Du reste, le rôle du CJD a toujours été de proposer des outils innovants et prêts à l’emploi pour renforcer la performance des entrepreneurs, quel que soit leur pays d’origine.

L’aide à la création
Nous apprenons que chaque pays peut initier sa propre démarche, celle-ci pouvant être reprise et partagée avec d’autres. Par exemple, le CJD Sénégal et le CJD Maroc animent chaque année leur «Course de l’entrepreneur», un jeu de pistes qui retrace la création d’entreprise et en fait découvrir les différentes étapes (l’étude de marché, les différents acteurs du financement possibles…). De même, le CJD Tunisie a lancé ses Business Awards pour mieux identifier et partager les recettes de terrain des success-stories entrepreneuriales. «Le CJD International est un levier pour booster les réseaux CJD nationaux, renforcer les alliances entre les entrepreneurs de ces pays et démontrer au niveau international que les entrepreneurs agissent pour une économie au service de l’Homme», assure le duo de dirigeants.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine.


Abdelmalek El Mekkaoui (avec CJDI)

CJD et CJD International en bref
Créé en 1938 par Jean Mersch en France, où il demeure le plus ancien mouvement patronal, le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise s’est développé dans 18 pays et compte plus de 5 000 adhérents – entrepreneurs et cadres dirigeants – à travers le monde. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. Source intarissable d’intelligence collective, depuis 78 ans, le CJD n’a cessé d’apporter des réponses de terrain aux enjeux sociétaux, notamment en termes d’emploi, en diffusant auprès de ses adhérents dirigeants d’entreprise les outils pour se former, échanger et expérimenter.

Créé en 2010, le CJD International représente donc le réseau des réseaux des Jeunes dirigeants d’entreprise à travers le monde. Il soutient la création et le développement d’associations nationales, permet la diffusion de formations, d’outils et de bonnes pratiques à destination des entrepreneurs, et facilite les échanges internationaux entre entrepreneurs.

Liste des pays où le CJD est présent et date de création : France (1938), Tunisie (1998), Maroc (2003), Québec (2007), République tchèque, Bénin (2009), Algérie, Mauritanie, Monaco (2010), Sénégal (2011), Belgique (2012), Côte d’Ivoire (2013), Chine, Londres, Madagascar (2014), île Maurice, Guinée, Burkina Faso (2015)

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Au Sénégal, le mandat du «Wax waxxeet», qui signifie le fait de se dédire en wolof, langue...
[La suite...]

Nairobi, capitale du Kenya, vient d’abriter pour la première fois la conférence "Morocco–Kenya...
[La suite...]

Un déjeuner de travail a été organisé par le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa)...
[La suite...]

Afin d’améliorer l’attractivité des produits d’artisanat au Maroc et à l’international, le...
[La suite...]

Environ 41 millions d’euros, c’est le montant du prêt octroyé par la Banque africaine de...
[La suite...]

La Société commerciale de banque (SCB), appartenant à Attijariwafa bank, fait partie, avec les...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×