Une intégration en douceur Version imprimable
23-07-2018
Editorial paru dans le magazine Les Afriques numéro 387, signé Abderrazzak Sitaïl, directeur de la publication.
ABDERRAZZAK SITAÏL, DIRECTEUR DE PUBLICATION
Abderrazzak Sitaïl, Directeur de publication, Groupe Les Afriques


L’année 2018 marque une étape importante pour le Maroc dans sa stratégie de consolidation de l’unité africaine. Un an après le mémorable discours de Sa Majesté Mohammed VI au 28è Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, où le souverain chérifien avait notamment déclaré, « il est beau le jour où l’on rentre chez soi », les Marocains traduisent par les actes cette déclaration forte du Roi. D’où ce déploiement à travers le continent, aussi bien sur le plan diplomatique, économique, social, culturel que cultuel. C’est dire que le Maroc veut autant que faire se peut, rattraper les trente deux ans pendant lesquelles elle avait quitté l’Organisation de l’unité africaine, ancêtre de l’Union africaine.

Dans ce sillage, il convient de saluer l’option prise par le Roi du Maroc à étendre et à renforcer les relations à travers le continent. Sa dernière tournée africaine, notamment dans les pays anglophones traduit ce renouveau diplomatique du Maroc, qui est loin de se concentrer uniquement sur les pays francophones, historiquement ses alliés. Une volonté de fédérer les énergies positives qui amène le Maroc à adhérer bientôt à la Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

A l’image d’une présence diplomatique tout azimuts, le déploiement économique des investisseurs marocains à travers le continent est la meilleure traduction d’un afropositivisme, tant il est vrai que l’Afrique doit croire en ses capacités, puisque personne ne viendra d’ailleurs pour l’aider à sortir du sous-développement.
C’est avec bonheur que des enseignes marocaines sont visibles du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, aussi bien dans les secteurs bancaires, des assurances, de l’agro-industrie, des Technologies de l’information et de la communication ou des services. Le projet de construction d’un oléoduc reliant le Nigeria au Maroc participe de cet objectif tout comme la construction d’une usine d’engrais en Ethiopie.

Le Maroc est également aux avant-postes dans l’épineux dossier de gestion des migrants pour plus d’engagement de l’Europe à trouver une solution efficace et pérenne à ce problème. C’est dire que le continent a besoin de son leadership en sa qualité de puissance régionale, le Maroc ayant sans doute compris que son aura ne pourrait être capitalisée qu’en restant au sein du giron africain. Evidemment, tout n’est pas que rose, raison pour laquelle chacun doit jouer sa partition, se dépouiller de vaines rivalités et d’égo surdimensionné afin de créer une dynamique qui s’inscrive dans la durée. L’Afrique doit apprendre à se faire confiance car être ensemble a plus d’avantages que d’inconvénients.

Abderrazzak Sitaïl, directeur de la publication
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

La neuvième édition d’Africa postal forum se tiendra à Abidjan, la capitale économique de la Côte...
[La suite...]

Le géant mondial du courtage en assurances Brokerslink a annoncé l’extension de son réseau à neuf...
[La suite...]

Le deuxième forum Partenariats public-privé (PPP) Afrique qui se tiendra les 12 et 13 novembre...
[La suite...]

Le groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP) finalise l’acquisition, auprès du groupe...
[La suite...]

La Banque africaine de développement finance des entreprises publiques et privées non africaines...
[La suite...]

Le royaume chérifien a été choisi pour abriter les assemblées annuelles du Groupe de la Banque...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×