Zone Cemac : 37 milliards de f CFA de baisse de résultat net des banques Version imprimable
28-07-2017
Les banques d’Afrique centrale connaissent un environnement difficile à l’instar des économies régionales frappées durement par la dépréciation des cours du pétrole et des produits de rente sur le marché mondial.
Le résultat net des 52 banques en activité dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) est passé de 124 milliards de francs CFA en 2105 à 87 milliards de francs CFA en 2016, soit une baisse en valeur relative de 37 milliards de francs CFA et une diminution en valeur absolue de 30%. Cette forte régression est la conséquence de la conjoncture difficile observée depuis quelque temps dans cette sous-région, avec notamment un repli de la croissance de 0,2% à cause principalement de la chute des cours du pétrole intervenue en 2014, et dont cinq des six pays de la zone sont producteurs et exportateurs.

D’après des statistiques compilées de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), au 30 avril 2017, l’activité bancaire dans cet espace économique s’est caractérisée par une légère progression du total-bilan de 1,38%, soit 176 milliards de francs CFA par rapport à la même période en 2016. Toujours dans la même période, les créances en souffrance ont augmenté de 292 milliards de francs CFA, soit une hausse de 26,36%. Par ailleurs, si les crédits bruts sont estimés à 423 milliards de francs CFA, soit une progression de 5,28%, les dépôts de la clientèle qui sont de l’ordre de 579 milliards de francs CFA ont connu une baisse de 5,81%.

Respect des normes prudentielles
Toutefois, l’excédent de trésoreries des banques qui s’élève à 1 079 milliards de francs CFA en avril 2017 a connu un recul de 33,4% par rapport à 2016, «une diminution qui s’explique par le fait que les banques ont accordé plus de crédits sur la période sous-revue, alors qu’elles ont collecté moins de dépôts», précise la Cobac. S’il est vrai que l’on observe «une légère reprise» qui pourrait redonner un nouveau souffle au secteur bancaire, la frilosité du marché recommande beaucoup de prudence. À ce sujet, réunis à N’Djamena, la capitale tchadienne, le 20 juillet 2017, pour la 9è réunion annuelle de concertation entre le président de la Commission bancaire de l’Afrique centrale et la profession bancaire et financière de la zone Cemac, les acteurs de la finance de la sous-région ont été rappelés à l’ordre par le régulateur.

Il s’agit notamment du respect des grands agrégats économiques sur lesquels les banques obtiendront leurs résultats. Étant donné que l’environnement économique actuel ne permet pas aux banques de réaliser de grands profits, le gendarme du secteur bancaire en Afrique centrale appelle au respect strict des normes prudentielles sous peine de sanctions qui peuvent être de la mise sous administration provisoire des banques au retrait des agréments.

Achille Mbog Pibasso
 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, procédera au...
[La suite...]

United Bank of Africa (UBA) propose des transactions transfrontalières à travers la nouvelle...
[La suite...]

Une nouvelle ère s’ouvre au sein de la Commission économique africaine avec l’entrée en fonction de...
[La suite...]

Fort de sa 4è place sur les 15 banques en activité au Cameroun, la restructuration en cours ne...
[La suite...]

Les pays producteurs de coton ont convenu au cours de leurs dernières assises au Cameroun de mettre...
[La suite...]

Dans la perspective de conclure un programme d’ajustement avec le FMI, le gouvernement congolais a...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×