Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Le déclin annoncé de l’Occident en corrélation avec la démographie ? Version imprimable
19-01-2011

La baisse de la natalité en Europe serait-elle à l’origine de l’inexorable déclin économique ? C’est Keynes contre Malthus. Un débat qui concerne l’Afrique.

true-size-of-africa.jpg

Le rapport du cabinet PwC remet bien des querelles à l’ordre du jour. Ainsi, au début de la révolution industrielle (1750), environ 20% de la population mondiale était européenne. En 2007, le Vieux continent ne pesait plus que 11% dans la démographie mondiale, contre 60% pour l’Asie et 14% pour l’Afrique. En 2050, la population mondiale sera de 9 milliards d’habitants. La part de l’Europe aura encore diminué, selon les projections de l’ONU qui estiment que des pays comme l’Allemagne (-5,26% d’ici 2050), l’Italie (-21%) vont voire leurs populations décroitre avec, en prime, une pyramide des âges inversée. Le phénomène sera spectaculaire en Russie, qui comptera 40 millions habitants de moins que par rapport à sa situation en 2007. Ce déclin démographique influe-t-il sur l’économie ? Pour beaucoup d’économistes, la pression démographique agit sur la demande des biens et services, déterminée cependant moins par ce facteur que par le pouvoir d’achat. La célèbre formule « il n’y a de richesses que d’hommes » de Jean Bodin a fait florès, malgré le pessimisme malthusien qui domina la pensée économique européenne tout au long du 19ème siècle et qui, en ce qui concerne l’Afrique, servira d’inspiration aux partisans de la limitation des naissances.

Pour la doctrine de Malthus, la population croit par moyenne géométrique tous les 25 ans lorsqu’elle ne rencontre aucun obstacle, alors que les ressources augmentent en progression arithmétique. Le plus grand disciple de l’économiste britannique sera sans doute Mao Tsé Tung, qui appliquera à la Chine une planification sévère de la population à travers le fameux concept de l’enfant unique, qui, d’après le rapport de Price, sera, dès la décennie 2020, l’une des premières causes de ralentissement de la croissance économique de l’Empire du Milieu. La deuxième moitié du XXème siècle et les progrès technologiques qui ont amélioré la productivité des machines et le rendement des terres arables semblent avoir définitivement enterré Malthus, même si c’est plutôt la voie moyenne de l’optimum du peuplement atteint quand le pays réalise son revenu maximum par tête d’habitant qui a triomphé.

 

Décroissance démographique

D’autre part, et selon les projections contenues dans le rapport du cabinet PWC, ce sont pourtant les marxistes, farouches opposant de Malthus, qui professaient un accroissement contenu de la population de l’Union Soviétique en raison de la planification économique socialiste (qui permet une meilleure répartition des richesses), qui ont été désavoués à moins d’invoquer la chute du mur de Berlin et du communisme. La Russie, qui a appliqué 70 ans d’économie planifiée, en est sortie avec un taux de décroissance plus prononcé que n’importe quel pays de l’Europe occidentale. Ce pays, qui comptait 149 millions d’habitants en 1989, n’en compte plus aujourd’hui que 142 millions, en raison de la chute de la natalité et, relativement, du départ massif des juifs russes et des russes germanophones. Les projections de croissance économique faible en Europe confortent les stagnationnistes inspirés par les travaux de Keynes, qui avançaient la thèse selon laquelle la natalité est à l’origine de la récession. Il est vrai que pour cette école, la demande constitue le moteur de l’économie.

Quoi qu’il en soit, ces conceptions économiques battues ou fortifiées par le dynamisme de l’histoire économique du XXème siècle et de la première décennie du XXIème siècle concernent l’Afrique de près. Avec 1 milliard d’habitant, le continent noir dispose d’une superficie supérieure à celles des Etats-Unis, de la Chine, de l’Inde, de l’Union européenne et du Mexique réunis. Un frein à la croissance économique ?

A.W.

 
< Précédent