Et se sucrent avec la noix de cajou … Version imprimable
Afrique
11-05-2013
«Un réseau militaro-économique» tirant profit de la contrebande et d'un système de taxation parallèle, selon le rapport au Conseil de sécurité des experts chargés de vérifier l'application de l'embargo sur les armes à destination de la Côte d'Ivoire. Ce texte pointe du doigt les seigneurs de guerre qui ont joué un rôle décisif dans l’accession au pouvoir du très FMI président Alassane Dramane Ouattara. Selon ce rapport, un tiers de la production nationale de 450 000 tonnes de noix de cajou a également été victime de la contrebande. Le document chiffre le manque à gagner à quelque 130 millions de dollars pour le 2ème producteur mondial de noix de cajou. Les experts dont le mandat a été renouvelé par le Conseil de sécurité, la semaine dernière, font également part de leurs soupçons concernant le commerce de l'or, des diamants, du coton, du bois et d'autres ressources.
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×